Kingdom : Ashin of the North - que vaut l'épisode spécial sur les zombies coréens de Netflix ?

Déborah Lechner | 26 juillet 2021
Déborah Lechner | 26 juillet 2021

La saison 2 de Kingdom est sortie début 2020 et aucune saison 3 n'a pour l'instant été confirmée, mais Netflix ne lâche pas sa série coréenne pour autant puisque la plateforme a sorti un épisode spécial de 93 minutes, Kingdom: Ashin of the North, qui fait office de prequel en remontant aux origines de l'épidémie zombie. ATTENTION SPOILERS SUR L'ÉPISODE ET LES DEUX SAISONS DE KINGDOM !

LES FLEURS DU MAL

Après les débuts de l'épidémie zombie et de l'embrasement du pays dans la première fournée, la saison 2 de Kingdom a recentré son intrigue sur le complot et les hautes autorités responsables du massacre, dévoilant tout un nouveau pan d'une toile de fond de plus en plus complexe (et on avait beaucoup aimé).

Dans les dernières secondes de l'épisode final, l’ancien prince héritier Lee Chang (Ju Ji-hoon) et la soignante Seo Bi (Doona Bae) tombaient ainsi sur une mystérieuse femme nommée Ashin (Jun Ji-hyun), qui semblait tirer les ficelles de cette conspiration royale et utiliser les zombies comme une arme de destruction massive, en plus d'être méchamment badass. Une figure de l'ombre au dessein machiavélique qui présentait alors toutes les caractéristiques de la grande antagoniste de la série, bien que ses motivations quelque peu extrêmes restaient encore à découvrir. 

 

photo, Jun Ji-hyunLa pièce maîtresse

 

C'est un des principaux buts de cet épisode spécial, Ashin of the North, qui s'apparente d'ailleurs plus à un long-métrage prequel, pour lequel la scénariste Kim Eun-hee et le réalisateur Kim Seong-hun ont renoué avec l'univers médiéval et surtout renforcé sa dimension géopolitique. Le spin-off n'hésite pas à empiler les cadavres, taillader et déchiqueter de la chair humaine dans des séquences horrifiques qui lorgnent parfois sur le B (la zombibiche et le tigre-zombie), mais se concentre davantage sur les machinations et manœuvres martiales de Joseon afin de se débarrasser de ses ennemis : les Jurchen et plus spécifiquement la tribu des Pajeowi.

Il s'agit de ce fait d'un autre coup de projecteur sur la misère et la stigmatisation des communautés rurales du royaume, une des thématiques que la série a décortiquée dans les deux précédentes saisons. Si le ton et l'atmosphère restent macabres, le premier zombie n'apparaît ainsi qu'au bout d'une heure de visionnage, dans un dernier acte plus magistral qui permet à l'épisode de se rattacher aux événements de la série principale.

 

photo, Kim Si-aFuture assashin 

 

Ce retour aux origines du mal peut d'abord paraître confus, avec un manque de repères temporels, un texte introductif un peu trop dense et tout un tas de nouveaux noms à retenir, mais les enjeux se dessinent assez vite. Tout en approfondissant la mythologie de l'oeuvre, les spectateurs conservent plusieurs points d'ancrage, en particulier la fleur violette qui permet aux morts de ressusciter et devient au fur et à mesure un instrument politique utilisé pour mettre la péninsule à feu et à sang (alors même que son existence et son pouvoir étaient connus depuis des décennies et que la nature semblait s'en accommoder). 

Comme autre port d'attache, le spin-off a rappelé Park Byung-eun pour reprendre son rôle de Min Chi-rok, qui soupçonnait les malversations de la Reine inféconde dans la saison 2 de Kingdom. De la même façon, l'épisode témoigne à nouveau du manque de miséricorde des hautes instances et du manque de loyauté du clan Haewon Cho, visiblement coutumier des incidents diplomatiques. En revanche, on peut douter de l'utilité immédiate de certains nouveaux personnages à l'instar d'Ai Da Gan (Koo Kyo-hwan). Il semble être le chef des cruels Pajeowi, mais n'a eu droit qu'à quelques brefs instants devant la caméra, la scénariste lui réservant peut-être son vrai quart d'heure de gloire dans la prochaine saison.

 

photoPhytothérapie

  

BEAT THEM ALL

Comme l'indique l'accroche à peine référencée de l'affiche : "vengeance is coming". En plus de verser dans le thriller politique et le genre horrifique, Ashin of the North se construit donc essentiellement comme un thriller psychologique et un revenge movie qui retrace le parcours chaotique d'une anti-héroïne succombant à la folie et la cruauté, les deux maux responsables de son malheur. Les épreuves et les traumatismes qu'elle a essuyés étant jeune (avec les traits de la très convaincante Kim Si-a) l'ont conduit à devenir une femme implacable, froide et terrifiante, dont le calme extérieur exacerbe la fureur intérieure, contenue sur le visage impassible de la vedette coréenne Jun Ji-hyun.

Comme le zombie qui n'est qu'une métaphore de notre propre inhumanité gangrénant les sociétés, Ashin n'est donc que l'énième dommage collatéral d'une guerre de clans qui va se retourner contre ses bourreaux et mettre le feu aux poudres. Mais sa transformation en guerrière génocidaire est peut-être le trait le plus mal dégrossi de la série, avec un renversement un peu trop manichéen, qui lui donne inévitablement un aspect plus théâtral et artificiel, même si cette dramaturgie reste assez efficace à défaut d'être originale.

 

photoLa voie de la justice

 

En résumant un périple de plusieurs années en 90 minutes tout en braquant l'objectif sur un seul personnage, le récit s'en retrouve inévitablement décousu par moments, avec beaucoup de passages d'exposition et un sous-développement flagrant de plusieurs personnages qui restent unidimensionnels et dont la psychologie est à peine effleurée. On peut néanmoins se réjouir de ne pas voir avec Ashin of the North un sous-produit de Kingdom, mais bien une parenthèse narrative et dramatique qui a bénéficié de la même attention esthétique pour dépasser les ambitions visuelles du format télévisuel et proposer un objet qui tend plus vers la cinématographie.

Que ce soit à travers la direction artistique, la photographie, la composition des plans, les jeux de lumière, la variété des décors (forêts sombres, plaines plus verdoyantes, paysages désertiques et montagnes enneigées) ou des différents cadrages, cet épisode spécial nous rappelle que Kingdom est à ce jour une des propositions les plus ambitieuses et singulières du catalogue Netflix. On attend donc avec impatience l'annonce d'une troisième saison, mais aussi le prochain épisode spécial, qui devrait cette fois s'articuler autour des pérégrinations du Prince héritier, toujours interprété par Ju Ji-hoon.

Kingdom : Ashin of the North est disponible depuis le 23 juillet 2021 sur Netflix en France

 

photo

Résumé

Avec une mise en scène et une direction artistique toujours travaillées et soignées, Kingdom : Ashin of the North étend la fresque politique de la série Netflix en élucidant le mystère qui entourait l’origine de l’épidémie par le biais d'un nouveau personnage, qui ne demande qu'à revenir dans une troisième saison pour nuancer ou approfondir sa psychologie visiblement bien barrée.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.2)

Votre note ?

commentaires
Mokuren
14/08/2021 à 11:12

Belle critique ! Concernant le texte introductif trop dense, il ne parait pas aussi difficile de mémoriser le contexte quand on connait un peu l'histoire de Corée. Les Coréens sont censés savoir qui étaient les Jürchen (qui interviennent d'ailleurs dans d'autres dramas, comme My Country: The New Age, et dans des fictions chinoises). Evidemment, il est compréhensible que vous n'ayez jamais entendu ce nom, car l'histoire médiévale de l'Asie n'est pas enseignée en Occident. Et justement, j'apprécie que la scénariste nous appelle à faire ce petit effort, plutôt que de tout niveler par le bas pour s'adapter au public occidental. Les Jürchen, donc, ont leur page Wikipedia, pour ceux que ça intéresse.

luca
08/08/2021 à 18:07

De la merde pour décervelé

Andarioch1
31/07/2021 à 20:02

Bonne critique. Un bémol toutefois concernant le côté un peu "bâclé" du passage du personnage de victime à antagoniste sans pitié. Avec une certaine perversité la scénariste nous cache des choses (j'essaye de ne pas spoiler) que l'on ne découvre qu'à la fin, comprenant de fait qu'elle a pété son câble depuis un bout de temps. Un peu traitre mais cohérent.
Perso je suis preneur.
Sinon une production télé à cent coudées au dessus de nombre de blockbuster à un milliard (de profit) tant au niveau du scénario que de l'esthétique.

Laurent SFN
28/07/2021 à 12:05

Bonne série...mais pas toujours évidente à appréhender, tant il y a de personnages, d'enjeux, de sous-quêtes, bien au delà de cette histoire de zombies. Faire une série de préquelles sous forme de téléfilms pour approfondir certains personnages ou situations est une bonne idée.

Ninia
27/07/2021 à 12:09

Série de grande qualité !

DH
27/07/2021 à 09:49

J'adore cette série elle est excellente que ça continue

Szalem
26/07/2021 à 19:44

La série est excellente!

Reste à attendre la saison 3 maintenant...

Merci pour la critique!

votre commentaire