Wonder Woman 1984 : critique qui reprendrait bien un petit coup de fouet

Simon Riaux | 17 décembre 2021
Simon Riaux | 17 décembre 2021

Wonder Woman 1984, ce soir à 20h55 sur Canal+ Cinéma.

Après une sortie pour le moins chaotique, au beau milieu d’une crise sanitaire mondiale, Wonder Woman 1984 avait déçu ses premiers spectateurs, légaux et illégaux. Et à en croire les nombreux retours visibles en lignePatty Jenkins s’était vautrée dans les grandes largeurs. Mais, alors que la poussière de la polémique est largement retombée et que le film est enfin sorti légalement en France, qu’en est-il véritablement ? 

FLOP BUSTER 

Les tares du blockbuster super-héroïques à l’ère de son industrialisation sont désormais bien connues, et Wonder Woman 1984 n’y échappe pas, notamment quand le film doit se dépatouiller d’un cahier des charges aussi lourdingue que contradictoire. En effet, on a souvent l’impression que les plaisantes intentions de la cinéaste entrent en contradiction avec les exigences du chantier qu’elle dirige.  

C’est peut-être la raison pour laquelle la sous-intrigue de Cheetah (Kristen Wiig) ne prend jamais, greffée pour gonfler artificiellement le quota de scènes d’action (avec quelques échecs cosmiques à la clef). C’est sans doute ce qui explique l’irruption de scènes d’action absurdes, à l’image d’une confrontation autoroutière qui donne le sentiment d’avoir été intégralement conçue sur fonds verts, ne tient qu’à un quiproquo et n’impressionne jamais. C’est probablement ce qui “justifie”, une longueur stérile, le film dépassant allègrement les 2h30, qui use le spectateur, au détriment d’une atmosphère lumineuse et bienvenue, qui appelait au contraire une certaine célérité. 

 

photo, Gal Gadot"Le premier qui fait une vanne sur les Chevaliers du Zodiac mate le Snyder Cut"

 

De même, on ne saurait dire si le métrage a souffert d’une production heurtée, ou si les conséquences de la pandémie survenue en 2020 ont interrompu l’agencement de ses finitions, mais on est souvent consterné par le rendu global du blockbuster. Les effets spéciaux les plus complexes, ceux concernant le personnage de Cheetah notamment, souffrent d’une grossièreté souvent embarrassante, mais on s’étonne aussi de constater certains ratés terriblement embarrassants, qui vont de perruques mal fignolées (lors du final ventilant) ou à l’usage de mannequins tout droit sorti des pires nanars des années 80. Ce sentiment de gâchis est encore rehaussé par une série de traits d'humour le plus souvent grossiers, ou en rupture avec la candeur de l'ensemble.

 

photo, Chris PineChris pinaille

 

PATTY CUT 

Wonder Woman 1984 est-il pour autant le cataclysme dont tant de spectateurs se font l’écho ? Non. Il est d’ailleurs étonnant qu’à l’heure où un certain film de 4h est porté aux nues comme un accomplissement dans l’art d’adapter les comics (coucou Zack Snyder's Justice League), le boulot et la passion de Patty Jenkins n’aient pas engendré plus de louanges. Dès son introduction, la volonté manifeste de charger ses cadres de vie, de lignes de fuite évocatrice, de sublimer perpétuellement la grâce et la puissance des Amazones est manifeste. On le sent d'autant plus que sa collaboration avec Gal Gadot fonctionne désormais à plein régime, la comédienne étant nettement plus à l'aise avec le personnage (et la comédie) que lors de ses précédentes interprétations de l'héroïne.

Et il en va de même sitôt le récit revenu au présent. Plus qu’un énième produit surfant sur la nostalgie des années 80, la réalisatrice utilise la profusion de formes et de couleurs pour régulièrement retrouver des gammes chromatiques associées à la veine la plus vivace, organique et colorée des œuvres originales. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le film se place aussi clairement dans les pas du chef-d’oeuvre matriciel qu’est le Superman de Richard Donner (quitte à faire parfois dans la révérence trop appuyée). 

 

photo, Gal GadotLa Maison flanche

 

Alors que d’autres productions ont encore bien du mal à s’extraire du schéma facile du destruction porn et des luttes artificielles contre des hordes de bots numériques, Patty Jenkins ramène toujours ses protagonistes à des enjeux émotionnels concrets, primaires, proches du conte. Une orientation qui lui permet de s’appesantir sur un méchant pathétique, le trop humain et souvent touchant Maxwell Lord (Pedro Pascal). Ce dernier permettra au scénario d’oser un climax très intéressant sur le papier, résolument anti-spectaculaire et chevillé aux valeurs de son héroïne... jusqu’à ce qu’il se transforme en mauvaise réclame pour les réparations de ventilateurs défectueux. 

Ce qui permet enfin à Wonder Woman 1984 de se tailler une place à part au sein des productions DC, ce sont les séquences où Jenkins parvient à imposer une logique purement cinématographique. La dramaturgie des premières rencontres entre Diana et Barbara, les relations toxiques qui poussent Lord vers une spirale destructrice ou encore la dernière scène dans laquelle apparaît Chris Pine sont toutes mues par un sens du cadre et une narration toujours pensée par l'image, qui font trop cruellement défaut au genre.

Wonder Woman 1984 est disponible en VOD dès ce 31 mars 2021, et en DVD et Blu-ray dès le 7 avril 2021

 

Affiche

Résumé

Imparfait, souvent schizophrène et souffrant de finitions parfois cosmiques, Wonder Woman 1984 étonne souvent par ses bonnes idées, une conception du spectacle étonnamment fidèle aux canons des comics, et un récit à hauteur de ses personnages, et donc des émotions du spectateur.

Autre avis Geoffrey Crété
Wonder Woman 1984 traîne les mêmes défauts que le premier film, notamment dans les scènes d'action, le jeu de Gal Gadot et la niaiserie extrême. Mais en prenant des airs de conte, et en poussant au maximum les délires visuels kitsch, le récit joue la carte d'une étonnante candeur qui sied parfaitement au personnage.
Autre avis Alexandre Janowiak
Wonder Woman 1984 est loin d'être la bouse annoncée, et au contraire jouit de quelques beaux moments avec son postulat plus fantastique que super-héroïque et ses quelques plongées émouvantes dans l'intime de ses personnages. Dommage que la tenue visuelle ne suive pas dans ce film trop long et au climax chaotique.
Autre avis Arnold Petit
Même s'il tente de se démarquer par son esthétique ou son propos politique, Wonder Woman 1984 reste incohérent, gênant et frôle carrément le ridicule à certains moments, encore plus que Gal Gadot. Patty Jenkins tente à tout prix d'iconiser sa super-héroïne, mais n'a rien compris à Wonder Woman. Heureusement que Pedro Pascal est là pour le fou rire.
Autre avis Mathieu Jaborska
La lourdeur ahurissante de l'écriture atrophie les rares bonnes idées du film. Restent alors deux heures et demi très laborieuses, où les quelques frustrantes scènes d'action se glissent entre les roublardises narratives aussi évidentes que stupides et des seconds rôles en roue libre.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(1.6)

Votre note ?

commentaires
Virage
21/12/2021 à 15:22

Comment peut-on mettre 3 étoiles à cet étron cosmique, franchement !?
Alors ok, succéder au premier, réussite surprise que personne n’attendait, n’était pas chose facile et révélait de la traversée d’un champ de mines en territoire Vietcong. Malheureusement la réalisatrice saute à pied joint sur chacune d’entre elles. C’est laid, c’est mou, c’est caricatural, l’histoire est d’une niaiserie sans nom et faire revenir Chris Pine était une bien mauvaise idée ! Heureusement pour lui, qui sait piloter un ULM sait évidemment piloter un Boeing 747, il pilotera donc un avion de chasse dont quelqu’un avait négligemment oublié les clés sur le cockpit…

Pulsion73
19/12/2021 à 13:15

Patty Jenkins, les effets spéciaux au poil c'est pas son truc apparemment.

pc
18/12/2021 à 10:56

Non 1000 fois non. Ce film reste très très mauvais surtout comparé au premier.

RobinDesBois
17/12/2021 à 22:15

Vous êtes indulgents c’est vraiment une daube. Le 1er qui est très classique et académique mais se laisse regarder est infiniment meilleur. Là tout est raté. Et pour les fx et lés scènes d’action je sais pas comment ils ont fait pour se foirer, je suis très bon public et indulgent en général pour ce genre de chose mais là ça fait téléfilm au budget fauché alors qu’ils disposaient d’un budget énorme.

Wonder Kastor
17/12/2021 à 19:43

D’accord avec cette critique agréablement nuancée

Abibak
28/09/2021 à 13:12

Je m'attendais à pire, honnêtement pas si mauvais, à voir en famille.

Barbanane
03/09/2021 à 21:50

On nous a survendu un film féministe et on se retrouve avec une cruche.
Ils auraient mieux fait de garder l'orientation badass de Snyder, ç'aurait été plus crédible dans le discours.

Casto Junior
03/09/2021 à 18:49

Un téléfilm parfait ... pour la télé

Blockbuster
11/07/2021 à 11:21

Horriblement mauvais, rien à sauver, difficile à croire que ce sont les mêmes qui ont réalisés le premier, qui était beaucoup mieux.

Thom58
11/05/2021 à 00:42

Manque de vrai combat dommage un peut mou et fouillis le 1er était carrément mieux

Plus
votre commentaire