En passant pécho : critique coupée à la javel sur Netflix

Simon Riaux | 10 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 10 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Liberté, égalité, toxicité pourrait être la devise de cette belle production française hébergée par Netflix. En passant pécho débarque sur la plateforme ce 10 février 2021.

ROYAL AU BAR

La vie a cela d’ironique qu’elle se plaît parfois à tourner en bourrique les défenseurs de l’ordre moral, à la manière d’un vieux berger allemand soulageant ses intestins aux pieds d’un maître-chien à la badine leste. C’est ce qu’on se dit en découvrant le premier long-métrage de Julien Royal, dont la mère, candidate malheureuse à la présidentielle de 2007 après avoir été députée puis plusieurs fois ministres, s’inquiétait en 1988 pour la jeunesse de France :

“Comment ne pas penser à tous ces gosses de banlieues, cloitrés entre quatre murs de béton, privés de vacances, et qui n’ont que la télévision pour rêver et s’évader, enfants abreuvés de violence, de laideur, de médiocrité ?”

Un questionnement qu’a fait sien son fils, réalisateur d’En passant pécho (co-scénarisé avec son interprète Nassim Lyes), disponible sur Netflix. Plutôt que les déferlements de violence d’anime japonais qui devaient considérablement enrichir la culture populaire française, il a préféré donner suite à sa web-série à succès et se concentrer sur le douloureux problème de l’ingestion massive de stupéfiants coupés aux sels de bain.

 

photo, Benjamin Tranié, Nassim LyesÇa pique le nez et les yeux

 

Les productions hexagonales ayant toujours eu du mal avec les concepts de teen movies, les stoners comédies et plus généralement le rire de la défonce, il était permis de nourrir la plus grande inquiétude quant au résultat. Et à plusieurs niveaux, le premier film que voilà a bien du mal à tenir la ligne. Durée excessive pour une intrigue prétexte, accumulation de gags parfois trop dense et succession de vannes inégales font friser l’overdose. Mais heureusement, la bourgeoisie française n’aimant rien tant que se replâtrer les narines en jouant les caïds, l’ensemble réserve son lot de belles surprises et de trouvailles.

 

photoDeux miskines amis-amis

 

UNE POUTRASSE BIEN CHARGÉE

Si la connerie était une discipline olympique, il y a fort à parier qu’En passant pécho établirait un nouveau standard sportif et pourrait sans mal revendiquer une performance historique. En effet, l’abattage de ses comédiens est souvent irrésistible, et le goût de l’ensemble pour le jusqu’au-boutisme devient progressivement une mécanique inarrêtable. Les plus beaux emballements de cette trace sont à mettre au crédit de Lyes qui débite répliques improbables et mimiques terrifiantes sans qu’absolument rien ne semble capable de le stopper.

Une ode hilare à la violence qui culminera lors d’une séance de cosplay à base de  Tortues Ninja et de bizutage sexuel, rehaussée par ses excellents seconds rôles. Et ces derniers composent une galerie non moins hallucinante, où surnagent Fred Testot, Charlotte GabrisJulie Ferrier et l’odorifère Benjamin Tranié. Peu importe dès lors que trop souvent, le film ressemble à une suite de sketchs mal assemblés, ou à une private joke de poivrots en descente de carambars, puisqu’on se surprend à rêver de descendre quelques godets avec ces charmants psychopathes.

En passant pecho est disponible sur Netflix depuis le 10 février en France

 

affiche

Résumé

Suite de sketchs parfois agencée n'importe comment, En Passant pécho finit par séduire à force d'accumulation anarchique de débilités cosmiques.

Autre avis Alexandre Janowiak
Rarement un trip n'aura été aussi débile, vulgaire, foutraque, déjanté et absurde. De quoi y trouver quelques idées fulgurantes, mais surtout une overdose de conneries aberrantes et exaspérantes.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.9)

Votre note ?

commentaires
gacho
22/02/2021 à 10:00

Top 3 des pires navets de l'histoire du cinéma pour moi...film pour personnes sans cerveau.

Jessie
17/02/2021 à 23:47

Mais j’ai ris !!! Et je l ai pas vu venir tellement je me suis marrée. C est déjanté, barge et ça fait du bien !!!! Il faut juste pas être trop coincée !!!

Professor
15/02/2021 à 20:30

Fan de la web série je suis très déçu du film

Lylyrose
15/02/2021 à 09:17

Pauvre cinéma Français !
Le film est Tellement médiocre...

Chris78
14/02/2021 à 08:13

Vraiment nul.. Mais alors nul a chier

Viscarious
13/02/2021 à 13:05

Les gens qui pensent que rentré de soirée a 3h du matin c est deja bien tard penseront ce que ce film est bidon. Ceux qui rentrent chez eux apres 18h le lendemain comprendront et partageront enormement plus avec ce film.
De plus les experiences de jeunesses, sont importante pour comprendre l’etat d’esprit du film; et on a pas tous eu la meme. ( attention pas besoin d’avoir vecu dans la cité des 4000 non plus). Si tu ne t es jamais fait avoir par un dealeur, qui te dit « fais despi » pour ne pas que tu regardes le matos, forcement bcp de blagues te passeront a coté. La serie youtube aide également a se plonger dans l univers.
Ce film ne s adressent juste pas a tout le monde. Juste a ceux qui ont eu une jeunesse souvent fetarde et certainement parfois moins studieuse.
Aucune critique a formuler dans un cas comme dans l autre. Ce sont juste deux trajectoire différentes.

Kadoc
13/02/2021 à 08:08

J'ai rarement autant rit devant un film. Meme deux jours après j'ai du mal à m en remettre. C'est complètement barré, les acteurs sont géniaux.

Rastawarrior
13/02/2021 à 08:04

Merci a la comédie Française de pouvoir encore nous faire autant rire avec un film totalement improbable et déjantée.
Merci pour les barres de rires.
Et pour les critiques négatives on peux plus rien pour vous !!!!

Coco
12/02/2021 à 19:42

Il faut connaître la série avant de la ramener

Mirouf
12/02/2021 à 14:17

C est nul affligeant pathétique

Plus
votre commentaire