La Terre et le Sang : critique à scier par terre

Simon Riaux | 20 avril 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 20 avril 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

S’il y a bien un genre qu’on se languit de voir les cinéastes français investir, c’est le cinéma d’action. Et quand l’un d’entre eux en fait quasiment une profession de foi, on ne peut que le suivre avec grand intérêt. C’est la raison pour laquelle l’arrivée de La Terre et le Sang sur Netflix était guettée avec curiosité, tant on espérait que son réalisateur Julien Leclercq pourrait y donner la pleine mesure de son talent. 

SIÈGE AUTO 

Il raconte ici quelques heures mouvementées de la vie de Saïd, entrepreneur au cancer fraîchement diagnostiqué, qui serait sur le point de vendre sa scierie si une bande de dealers surarmés ne se pointait pour y récupérer la cocaïne qu’y a planqué un de ses employés. De prime abord, on est agréablement surpris par la gravité qui se dégage du décor, de ses habitants, comme des multiples influences affleurant ici et là. 

En effet, ses paysages vallonnés, où s’étendent les pins comme un mauvais présage sur les personnages, évoquent immédiatement l’Amérique post-industrielle de Rambo, quand l’unité de lieu renvoie instantanément à un certain Assaut de John Carpenter. La caméra, sans doute consciente des fantômes qu’elle invoque, se garde bien de singer ces maîtres, préférant les laisser à la lisière du champ, et infuser progressivement l’image et la tonalité du récit, pour le plus grand plaisir des cinéphiles un peu las des dialogues dans les salons de St Germain des prés. 

À l’aise avec son décorum, le metteur en scène l’est également avec ses comédiens. Technicien accompli, Leclercq sait comment filmer ses deux acteurs principaux, Sami Bouajila et Eriq Ebouaney, jamais meilleurs que quand l’image joue de leurs physiques - de la stature de l’un, ou de la mine burinée de l’autre. Il en va de même pour l’action, jamais bon marché en dépit d’un budget qu’on devine modeste, se reposant toujours sur le cadrage pour maximiser ses effets. 

 

photo, Sofia LesaffrePromenez-vous dans les bois, mais plus vite que ça

 

FAIRE PEU DE TOUT BOIS

Malheureusement, ces belles intentions et ces quelques indéniables réussites sont en grande partie étouffés par d’autres choix, bien moins heureux, qui desservent grandement l’ensemble. Tout d’abord, si le film n’est pas verbeux, il souffre tout de même de dialogues artificiels, voire sur-explicatifs, dont on pouvait largement se passer. 

D’autant plus que la mise en place soigneuse de l’intrigue est tout à coup abandonnée, le contexte socio-économique, la maladie et d’autres pistes psychologisantes ne résistant pas à quelques coups de mitrailleuse bien placés. L'impression d'avoir alors assisté à une diversion très scolaire, pensée uniquement pour nous faire patienter avant un trop court jeu de massacre, est plutôt amère. Quand s’opère la bascule du drame au film de siège, les orientations de La Terre et le Sang jouent de plus en plus contre l’immersion du spectateur.

 

photo, Sami BouajilaSami Bouajila s'enflamme

 

Ce dernier se demande ainsi pourquoi on l’a immergé dans ce décor de scierie, finalement bien peu mis à contribution (on y découpe vite fait un bras, quand l’espace offrait moult possibilités salissantes), quand les affrontements, s'ils font leur possible pour assurer un peu de spectacle, ont finalement des airs de renoncement presque hors-sujet ; c'est à l'image d'une poursuite qui ne compense jamais tout ce qu'une paire de scies sauteuses aurait pu nous apporter de joies rougeoyantes.

Alors que la montée en puissance de la violence progresse, la photographie du film demeure étonnamment terne, atone, ses tons désaturés distanciant terriblement de ce qui se déroule à l’image (un problème déjà patent dans Gibraltar, ou L'Assaut). Et c’est avec une grande déception qu’on assiste à l’ultime affrontement qui clôt le film, dont l’emphase paraît inversement proportionnelle à la chair dont la narration est dénuée. 

 

Affiche officielle

 

Résumé

Jamais désagréable, La Terre et le Sang nous laisse malheureusement avec un profond sentiment d'occasion manquée, tant le film peine à tirer le meilleur de ses multiples atouts.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.8)

Votre note ?

commentaires
Dirty Harry
22/04/2020 à 10:28

Pour ma part j'attends toujours qu'on découvre le talent de Julien Leclercq, juste un mec malin qui a fait son trou dans le milieu mais qui n'a rien pondu de notable jusqu'ici.
Pour le moment tout ce qu'il a fait, Florent Emilio Siri l'a fait en mieux...(Leclercq devrait organiser un barbeuc avec Olivier Megaton pour envisager des projets ensemble car ils boxent dans la même catégorie).

DominikCherbourg
21/04/2020 à 23:10

@joe nie
Philippe Noiret fait très bien l'affaire dans le vieux fusil qui est un super film. il a une gueule de Vénère???

DominikCherbourg
21/04/2020 à 23:09

@Joe Nie
Salut.
Sérieux???
Le dernier Rambo?
C'est une daube sans nom. Nul de chez nul.
Par ailleurs autant j'ai trouvé le film moyen sans être nul, autant j'ai trouvé Bouajila super dans son rôle. Comme dans tous ses rôles d'ailleurs.
On n'a pas besoin de gueules "vénères"... D'ailleurs ça veut dire quoi une gueule vénère?
Philippe Noiret fait trèsz bien l'affaire dans le vieux fusil aui est un super film. il a une gueule de Vénère.
Par ailleurs Apocalypto est un très grand film donc le même est de trop (selon ce que tu veux dire derrière ce mot).
Salut

Sami lemon
21/04/2020 à 22:33

Bonsoir
En France, seuls les migrants arabes et africains sont des trafiquants de drogue et des meurtriers?
Les statistiques disent le contraire.

Raptor
21/04/2020 à 19:30

@Dateuss
joe nie, Tek et Clint ont tout dit... Autant sur le cinéma de Leclerc (problèmes de scénario, films de technicien froids/ternes et personnages pas attachants) que sur ton cinéma à toi. Si j'adore Nid de Guêpes mais que j'aime pas La Terre et le Sang, c'est parce que j'ai pas compris qu'il y avait des acteurs et actrices d'origine nord-africaine au casting du premier film, sans doute ?! Ridicule. L'auteur de la critique EL (Simon Riaux) a par ailleurs adoré Les Misérables (que j'ai pas aimé du tout mais là n'est pas la question) alors tu aurais dû y réfléchir à deux fois avant de poster ton premier message. Tout est pardonné.

Maski mask
21/04/2020 à 18:00

Le film ma rappeler rambo the last blood, le film je lai trouver bon mais c est clair qu'il n'exploite pas suffisamment sont potentiels dommage

fitas
21/04/2020 à 17:19

un film d'action qui envoie du bois ,1h20 on dirais 3h tellement il ne se passe rien mais absolument rien ,des cènes d'action sans action , Julien Leclercq la grosse arnaque du cinema d'action francais , si vous voulez de l'action allez y plutôt du coté de florent emilio siri ou fred cavayé

Clint
21/04/2020 à 16:16

@Dateuss : Ton commentaire est insupportable. Ton anti-racisme assumé qui ne te fait penser qu'à travers la couleur de peau d'un individu, te rends ironiquement et paradoxalement le plus raciste de cette page.

Tek
21/04/2020 à 15:24

@Dateuss
"Je n'ai insulté personne, juste donner mon ressenti par rapport à un film Français d'actions, chose assez rare pour encourager ce type de réalisations au lieu de la descendre."
Ce genre de raisonnement n'aide personne. On encourage pas un film (français ou pas) pour ce qu'il représente et/ou parce que les initiatives sont rares. On l'encourage parce qu'il est bon, ce qui n'est pas le cas ici. Leclercq a déjà eu sa chance, puisqu'il a déjà réalisé 5 films, sans compter TRANSIT, et qu'ils sont pour la plupart difficilement défendables autrement que pour leur technique (et encore). Un film est un tout et une technique solide ne suffit pas, pas plus que la passion d'un metteur en scène ne lui suffira a être bon dans son art.

joe nie
21/04/2020 à 14:44

@Dateuss :
Oula... tu l'as pris dans le ventre...
Bon alors je n'ai pas dis que t'étais un con mais que tu passais pour un con... nuance... et je t'ai traité de "troll", c'est vrai et c'était sans doute gratuit, alors excuse moi pour ça.
Maintenant, n'oublie pas que celui qui a commencé à chauffer le monde ici c'est toi... ton premier commentaire était déplacé et en aucun cas justifié. Tu n'as pas à faire ce genre de remarque (accusation) gratuite comme ça. Après, peut-être qu'il y a réellement des gens dans cette société qui n'aimeront pas le film pour les raisons que tu invoques mais je ne pense pas que tu les trouveras ici... et ces gens là ne prendrons sans doute même pas la peine d'écrire un commentaire pour le dire.
Maintenant, ma "pseudo-science" cinéphile, je l'affiche si je veux. On est sur un forum dédié au cinéma je te signale...
Et maintenant si tu veux débattre, on peut... pour répondre plus sagement à ton premier commentaire, on est pas obligé d'aimer un film parce qu'il est français et fait un "effort" de cinéma d'action. C'est comme caresser le petit dernier qui voulait participer à une course avec des grands en lui disant "mais nan, c'était bien, tu vas y arriver". C'est bon... à deux ou trois rares exceptions, ça fait 20 ans, qu'on enchaîne les daubes... Et il faut arrêter de se cacher derrière le budget. J'aurai pardonné au film son manque d'inventivité et de couille dans les scènes d'action si j'avais ressenti un minimum quelque chose pour les personnages... Je pense qu'écrire des lignes sur un document word coûte moins cher que de tourner une cascade...

Plus
votre commentaire