Primal : critique Tiger King

Christophe Foltzer | 1 septembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 1 septembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Si vous nous lisez régulièrement, vous savez qu'on aime d'amour Nicolas Cage, surtout depuis qu'il fait n'importe quoi. Son surjeu, sa tension, ses projets aux pitchs alambiqués, tout est là pour nous rappeler qu'il est un peu notre Steven Seagal en version noble et sincère. Sauf que voilà, Primal de Nick Powell nous ramène à une réalité bien triste.

PIÈGE EN HAUTE MERDE

Dès son annonce, Primal nous avait envoyé du rêve, pensez donc : Nicolas Cage y incarne Frank Walsh, un chasseur qui se retrouve coincé sur un paquebot avec des animaux sauvages que quelqu'un a libéré. Franchement, on ne pouvait espérer plus.

Le pitch est génial et on voyait déjà notre Castor Troy d'amour partir dans ses envolées exagérées, rouler des yeux et hurler à gorge déployée face à des animaux qui n'en auraient pas mené large.

 

photo, Nicolas CageNicolas Cage, perdu dans la jungle de sa carrière. Introspection.

 

La promesse était belle, mais elle a beaucoup de mal à être tenue. Parce qu'on ne nous avait pas tout dit. En plus de transporter des animaux, le bateau (qui n'est pas un paquebot) achemine le terrible Loffler, mercenaire accusé de crime contre l'Humanité, jusqu'au Mexique pour qu'il soit remis entre les mains de la justice. Évidemment, Loffler parvient à se libérer, ouvre les cages et commence à dézinguer tout ce qui se tient sur deux pattes. Seul Nicolas Cage, armé de son pistolet tranquillisant et de sa sarbacane (on ne plaisante pas) va pouvoir l'arrêter dans sa folie meurtrière.

On le voit, tous les ingrédients sont là pour nous offrir un huis clos haletant type Piège de cristal avec un héros brisé, un méchant charismatique et une unité de lieu implacable. Sauf que voilà, le talent a été jeté par-dessus bord dès le début de la traversée.

 

Photo PrimalDes soldats pas vraiment d'élite

 

PRIMAL RAGE

À aucun moment Primal n'embrasse son postulat super excitant. En effet, très rapidement les animaux sauvages passent au second plan, ne devenant pas une menace, mais un ressort scénaristique pour se sortir d'une impasse dramaturgique, l'essentiel de l'action se concentrant sur le face à face entre Walsh et Loffler.

C'est évidemment une erreur monumentale, d'autant plus que, lorsque l'on parle d'animaux sauvages en liberté, il s'agit en réalité de trois pauvres singes, deux serpents et un jaguar blanc en image de synthèse tout moisi. Donc, de base, on se dit qu'il y a un gros problème. Comme en plus le réalisateur Nick Powell n'est pas John McTiernan, il se montre incapable de faire exister son décor, de lui donner une importance dramatique, voire tout simplement de nous faire comprendre la géographie du bateau.

 

Photo PrimalUn animal sauvage sorti tout droit de ta PS2

 

Et on ne parle pas du manque de rythme total de l'intrigue, des personnages qui se font flinguer mollement sans que cela ait le moindre impact dramaturgique, d'un scénario à tiroirs remplis de poussière et de cette décision, visiblement générale, de ne pas interpréter correctement les personnages.

Si Kevin Durand est le seul vraiment à la hauteur dans le rôle de Loffler, et le seul qui donne l'impression de s'amuser un minimum, Nicolas Cage fait peine à voir. Il force le trait du héros brisé et ambigu, mais au grand coeur, sans jamais verser dans la folie furieuse salvatrice qui aurait eu tout à fait sa place dans l'histoire et ce qu'elle tente de nous raconter (genre l'homme est un loup pour l'homme pire que le règne animal, ce genre de conneries).

 

Photo PrimalKevin Durand, le seul qui s'amuse vraiment

 

Et on ne parle même pas de Famke Janssen, trop occupée à se battre contre le botox qui paralyse son visage pour vraiment nous donner quelque chose d'intéressant. C'est triste à dire, Primal est un ratage à tous les niveaux. Ennuyant au possible, sans rythme, mal fichu, mal écrit, absurde, il ne vaut que pour son ouverture un peu over the top et son idée de départ ultra excitante. Ce n'est clairement pas suffisant.

 

Affiche

Résumé

Alors qu'on voulait y croire, Primal nous apprend très vite qu'il ne sera jamais à la hauteur de son pitch. Un ratage total qui n'en devient même pas drôle avec un Nicolas Cage en pilotage automatique entre deux déclarations d'impôt. Et c'est peut-être le plus triste dans toute cette affaire.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
alulu
02/09/2020 à 19:01

C'est surtout que la miss n'a pas les mêmes moyens que les stars plus fortunés qui utilisent eux aussi la chirurgie. En gros, elle va chez le lidl des chirurgiens. Quand on regard Kelly McGillis qui n'a pas pratiqué de chirurgie et Tom Cruise, c'est flagrant. Ces grandes stars ont aussi accès aux cliniques privées ou on régénère le corps à base de sang d'animaux, mais bon, j'ai vu le film et c'est une vraie cata autant pour Famke Jansen que pour le film. Nic Cage s'en sort mieux comme toujours mais triste de le voir cachetonner dans quelques narnars.

Mx
02/09/2020 à 17:24

Ho la vache, famke, qu'es tu devenue, horrible, sans déconner...

Tom’s
02/09/2020 à 13:10

@kyle Reese excellente question, grand sujet que cela, prquoi ces femmes connues qui on du succès tombé dans ces excès, la vérité au Us ils font tt à l’excès,au lieu de la jouer subtil, la peur de vieillir, la tentative de figer ça, un peu trop pr le coup, Famke a un visage déjà à part et n’avais pas besoin de ça pr vieillir dignement, le botox mais pas que, la concernant je dirai plutôt injection de produit pr crée un truc qu’elle n’avais pas avant des pommettes proeminante standard et dès comblement au niveau des yeux pr gommer les cernes,faut savoir que la caméra fait prendre du poids à l’écran, tous ces détails sont exagérément visible à l’écran, je dirais aussi que l’entourage joue pr ne jamais être dans l’opposition, le mauvais chirurgien aussi bref dommagable pr elle, plus jeune y’a megan fox qui est aussi la dedans hasard joue dans Rogue et félin en Cgi .

Kyle Reese
01/09/2020 à 22:46

Pauvre Nicolas, il mérite mieux que ça et il est top dans Colors out of space.
Dans le genre film trip cauchmardesque halluciné il est vraiment bien

J'ai beaucoup aimé le "Famke Janssen, trop occupée à se battre contre le botox qui paralyse son visage" ça a titillé ma curiosité malsaine et effectivement ... mais pourquoi s'infliger ça.
Ce n'est pas ce qui va lui faire avoir de meilleur opportunité de rôle ...triste je l'aimais bcq .. avant.

Ethanhunt
28/11/2019 à 18:59

@ la rédaction merci à la rédaction à goeffrey Crété pour la réponse!!!

Geoffrey Crété - Rédaction
28/11/2019 à 12:16

@Ethanhunt

Difficile de ne pas avoir en tête que Nicolas Cage a eu de gros soucis d'argent suite à des dépenses et placements qui l'ont quasi ruiné dans les années 2000-2010. Il était en faillite et devait à un moment des millions en impôts. Ce qui a probablement pesé dans la balance, et l'a incité à accepter plein de navets. Il l'a d'ailleurs clairement dit en interview : l'argent est un facteur, plus ou moins énorme selon les moments, et il n'en a pas honte.

Après, il n'y a pas que ça, et au fond personne ne peut affirmer savoir... D'autant qu'au milieu de ça, il a tourné quelques bons trucs, comme Joe, Kick-Ass. Il a tourné avec Werner Herzog en 2009, Oliver Stone récemment, sera prochainement dans un Sion Sono ...

tom's
28/11/2019 à 09:54

@ la rédaction Méa culpaaaa désolé que mon com' est été mal interprété en oubliant un "lol" derrière mon "intro" totale decon' second degré les mecs.

Flash
28/11/2019 à 07:50

Il y a de sacrés fragiles sur ce site.
La rédaction ne répond pas à la minute à leurs questions existentielles et c'est caca nerveux assuré.
Sans déconner, faut vous détendre.

Totempkof
28/11/2019 à 01:10

A 21h08, un mercredi, un commentaire est posté et pose une question vaste (la carrière de Nicolas Cage...) à la rédaction.
A 23h03, quelqu'un estime que la rédaction a mieux à faire que répondre.

"La rédaction a mieux à faire".
Bah oui, entre 21h et 23h j'imagine qu'ils rentrent chez eux manger, prendre une douche, et dormir. Le même créneau où nous on vient commenter après le boulot.
Ouais c'est dingue.

La Rédaction - Rédaction
27/11/2019 à 23:27

@opera puccino
@tom's
Non, la rédaction n'a jamais rien de mieux faire que de répondre à ses lecteurs. Seulement Christophe Foltzer, l'auteur de cette critique, devait se coucher tôt pour assurer la couverture de l'actualité US demain à l'aube, mais aussi pour se remettre de la douloureuse épreuve du visionnage de Primal. Il vous répondra peut-être demain matin, si le café est bon.
Bonne nuit !

Plus
votre commentaire