Midway : critique touchée et coulée

Simon Riaux | 7 novembre 2019
Simon Riaux | 7 novembre 2019

Depuis 10 ans, Roland Emmerich enchaîne revers et contre-performances. Independence Day : ResurgenceWhite House Down ou encore Stonewall ont laissé penser que le metteur en scène avait perdu le mojo old school qui présidait à ses films destructeurs et couillons. Avec Midway, il veut nous rappeler qu'il est capable, telle l'armée américaine, de se relever et de nous en mettre plein la margoulette.

PEARL HARBOR WITH A VENGEANCE

Ce n’est pas vraiment un scoop, Roland Emmerich aime les films qui font boum-boum, on ne s’étonnera donc pas de le voir se pencher sur une des plus grandes batailles (et victoires) de l’aéronavale américaine, à savoir celle de Midway, qui vit les Japonais recevoir une sévère déculottée. Si cet affrontement fut une conséquence directe de l’attaque de Pearl Harbor, le film d’Emmerich ne se place pas vraiment dans les pas de Michael Bay.

Ce dernier s’était essayé avec ses grosses patounes à la fresque guerrière saupoudrée de mélo, à l’occasion de ce qui restera comme un de ses plus spectaculaires ratages artistiques, doublé d’un aboutissement technique, presque 20 ans après sa sortie. L’équation de Midway est bien différente, et jamais Emmerich ne tente d’émuler le sens de l’épate de son prédécesseur.

En témoignent ses effets spéciaux, qui évoquent les glorieuses heures de Goldeneye 64 et d’Ace Combat sur PS2. Effets numériques mal finis, perspectives illisibles, incrustations grossières, le blockbuster est un précis des tares qui affectent aujourd’hui ces projets terminés dans l’urgence et en dépit du bon sens.

 

photo, Woody Harrelson"Quoi mes cheveux ? Qu'est-ce qu'ils ont mes cheveux ?"

 

Mais ce que Midway sacrifie sur l’autel de la crédibilité, il le gagne en vélocité. Roland Emmerich règle ses comptes avec tous les professeurs de physique qui lui ont jadis cassé les pieds et s’il jette toute forme de crédibilité aux cabinets, c’est pour mieux transformer les dogfights de Midway en resucée de Star Wars dopée à la Speed Racer (la créativité débridée en moins).

C’est là le plus grand point fort du métrage : se couper franchement de la réalité pour s’accepter comme fantasme enfantin. Débile, mais réjouissant, à condition d’apprécier l’imagerie vers laquelle tend le projet.

 

photo, Ed Skrein, Keean Johnson"Hum, il n'est pas en train de faire une superbe critique de notre film là..."

 

LE JOUR LE PLUS CON

Car au-delà de sa photo qui évoque un bug Instagram et de ses personnages plus rigides que l’humour d’une maîtresse de donjon SM un lundi matin, l’ensemble évoque directement l’époque révolue des pulps bellicistes et autres serial guerriers.

Image mordorée, couleurs passées comme les pages d’un vieux roman de gare, moumoutes improbables (Emmerich en veut clairement à Woody Harrelson, auquel il offre une nouvelle humiliation capillaire après 2012), tout nous renvoie aux cases et couvertures de ces publications décomplexées, qui traitaient avec un mélange de sauvagerie et de désinvolture des soldats US.

 

photo, Nick JonasLe colonel Moustache, dans le cockpit, avec le chandelier !

 

Jusque dans ses scènes d’action, où les pilotes se beuglent dessus de cockpit à cockpit, Midway évoque cette période bénie d’un divertissement inconséquent et fantasmatique. Toutefois, il faudra non seulement apprécier cette branche de la sous-culture anglo-saxonne pour apprécier un peu le film, mais surtout survivre à ses interminables dialogues compassés, et ses innombrables introductions, consécutives à de non moins maladroites ellipses. Ce ne sera pas une mince affaire, même pour les plus combatifs amateurs de batailles aéronavales.

 

Affiche française

Résumé

Caricatural et techniquement très limité, Midway n'est assurément pas un bon film. Mais la décomplexion franche et la nostalgie pour les pulps guerriers qui s'en dégagent font de lui une curiosité jamais franchement désagréable.

commentaires

Paehon
12/11/2019 à 14:14

Ah oui, puis j'avais lu dans la critique que le film enc**ait la physique. J'ai pas été déçu, et quasi dès le début du film...
Ca ne m'a pas dérangé plus que ça mais ça m'a amusé.

Paehon
12/11/2019 à 14:13

C'est fou ce procès qui est fait à EL. J'ai vu le film vendredi en 4dx (oui je suis maso) et je l'ai trouvé à peine passable. Et pourtant j'aime les films à grand spectacle.

Contrairement à ce que laissait penser la bande-annonce ça discute pas mal, et quand il y a de l'action elle n'est jamais déplaisante mais ce n'est rien que nous n'avons pas déjà vu 1000 fois.

Sans la 4dx je me serais sûrement endormi.

ecrangros
12/11/2019 à 01:10

"survivre à ses interminables dialogues compassés" merci c'est ce que je voulais savoir et je m'en doutais. Autant on peut s'attendre à tout sur un film de guerre terrestre, autant quand il s'agit d'avion ou de sous-marins, il faut énormément broder - ou greffer un arc de romance - sans quoi le film durerait 15 mn.

Rambo
12/11/2019 à 00:05

@ Simon Riaux
Dans votre réponse à mon commentaire (qui ne vous visait pas en particulier mais en général ceux qui sont très, voir trop, souvent critique envers un certain cinéma american à grand spectacle.... qu'ils soient membres du monde journalistique ou simple participant comme moi ) vous me conseillez de voir quelques films Français pour avoir une bonne surprise....
Voici une liste des 10 meilleurs films français de 2019 (source sens critique)
Edmond
Grâce à Dieu
Le Chant du loup
L'Heure de la sortie
Mon inconnue
Une intime conviction
Hors Normes
Les Invisibles
L'Incroyable Histoire du facteur Cheval
La Vie scolaire

Pas vraiment de "bonnes surprises"....

Depuis la création du cinema celui ci à pour but de permettre au spectateur, pendant 2 heures, de sortir de son quotidien et d'oublier ses problèmes.....

Au prix ou coûte une place de cinema à l'heure actuelle la plupart des spectateurs vont au cinema pour voir du grand spectacle et pas un film qui les replonge dans leur quotidien .....
Il y a la télévision pour cela ! et encore.....

Dans ces 10 meilleurs films Français un seul essaye un peu de faire "du spectacle" : le chant du loup mais sans avoir néanmoins la réussite d'une production us équivalente...
Quand aux autres......
Alors oui je suis critique de ce cinema Français qui constamment demande des financements publics pour continuer à produire des" films d'auteurs" digne de la télévision sans plus!

Mon "coup de gueule" envers la critique n'était pas spécialement porté sur votre avis du film "Midway" mais sur la généralité des critiques envers les blockbusters et leurs acteurs fétiches.

Ces superproductions us ont bien sur des défauts, des invraisemblances, des impossibilités mais la n'est pas ce qui compte.... juste la possibilité d'évasion du quotidien voila leur créneau et leur réussite .

Léo
11/11/2019 à 02:00

Je suis allé voir le film avec mon père, fan de film de guerre.
Je n'avais aucune attente. Eh bien j'en suis ressorti en me disant : Je m'attendais à pire.
Pas si mal, ce Midway. Bon mon père est du genre cinéphile nostalgique, alors on s'est maté le bon vieux Midway pour voir si ce bon vieux Yamamoto était toujours aussi brillant dans ces stratégies qu'autrefois. Force est de reconnaître qu'aucun des films finalement n'est bien transcendant. Mais revoir l'ancien a renforcé en moi l'idée que ce dernier film est plutôt bon.
Dans les bon points je dirais : des acteurs qui ont une gueule, des effets spéciaux parfois très réussis ( notamment les tirs nourris de DCA avec vu depuis la cabine du pilote ), les effets d'explosion (son) lors de l'assaut de Pearl Harbor, on s'y croirait ! Des réalités histoires plutôt respectées, des avions qui déconnent bien souvent, etc.. La musique du film est pas mal non plus
Les points négatifs : une 3D parfois de bas étage, ça manque de finesse et ça fait un peu série B... Quand des navires sont touchés, j'ai eu des idées de plans qui auraient pu être filmés de façon à rendre les impacts plus intenses, dans le film, les bateaux brûlent un peu de façon expéditives, on ne voit pas forcément ce qu'il se passe "dans la coque". Parfois les personnages tombent presque dans la caricature, ça manque un peu de "naturel" : le héro qui tente des punchlines à la cow-boy, mais on peine à être convaincu, les japonais qui te sorte "ils se battent comme des samouraï"... Oui en fait c'est un peu grotesque des fois, mais bon ça fait sourire.

Bon que retenir au final ? Un film qui s'apprécie comme un bon film de guerre sans prétention. C'est pas le film du siècle ni un chef d'oeuvre c'est sûr mais ce n'est pas un navet. Même s'il y a quelques bons points dans ce film, il ne donnera pas envie d'y retourner plus tard, contrairement à d'autres, plus ambitieux ( Lettre d'Iwo Jima, le tombeau des lucioles.. )

Femme décorative qui soutient son soldat
10/11/2019 à 14:09

C'est bon mais sans plus. Le plus plus défaut du film est qu'il n'a pas choisi entre grand spectacle et reconstitution historique réaliste (qui peut résumer les manoeuvres des bâtiments durant l'attaque ?). Heureusement, il y a des acteurs solides comme Wilson et Harrelson sur qui le réalisateur peut s'appuyer.

prometheus
10/11/2019 à 13:16

@ Marty :

Ma phrase signifiait surtout que dans Dunkerque, Nolan adopte un point de vue très individuel, hyper focalisé sur quelques personnages sans vraiment montrer l'ampleur de la WW2. Et pour moi, ça a été été hyper efficace. J'ai été happé par leurs destins individuels.
Dans Midway, on nous montre plusieurs destins individuels mais aussi le côté collectif des enjeux. Pourtant, je n ai pas vraiment vibré pour les personnages. J'étais insensible à leur sort. Dommage.

Marty
10/11/2019 à 12:05

"L'anti Dunkerque par excellence"

Je suis le seul à avoir trouvé Dunkerque ennuyeux et mauvais ?

Nolan est pour moi le real le plus suréstimmé du siècle .

Il n'y a que The Dark Knight que je ne lui enlève pas. Il est tellement réussi que j'ai aimé alors que j'aime ni Batman ni le ton très 1er degré du film au départ .

prometheus
08/11/2019 à 18:38

Vu mercredi. C'est plat, pas hyper fluide car très découpé au niveau temporel pour tenter de reconstituer les mois précédant Midway. Les acteurs font ce qu'ils peuvent mais sans aucun background ni scène d'exposition, durs d'exister... Au final, l'impression de voir un cours d'histoire accéléré et superficiel.
Mention spéciale au pauvres 3 min qui montrent l'attaque de Pearl Harbour sans aucun relief, ni sens du spectacle.
L'anti Dunkerque par excellence.

Garm
08/11/2019 à 12:00

Et ouais, hollywood et écran large... même combat.
Alors que tous les réalisateurs aujourd’hui sont obligés de justifier chaque choix créatif ou scenaristique auprès des internautes, les critiques de cinéma se doivent de justifier également chaque article et de montrer patte blanche.
A croire que certain n’ont que ça dans leur vie et manquent clairement de recul.
Prendre 3 minutes pour relativiser c’est bien trop demander j’ai l’impression

Plus

votre commentaire