Portrait de la jeune fille en feu : critique cramée

Simon Riaux | 19 mai 2020
Simon Riaux | 19 mai 2020

Portrait de la jeune fille en feu, ce soir à 21h05 sur Canal+ !

Depuis le très remarqué Naissance des pieuvres, le cinéma de Céline Sciamma n’a de cesse de grandir en ambition, en puissance dramaturgique et accomplissements plastiques. Avec Portrait de la jeune fille en feu, récompensé du prix du scénario à Cannes, elle fait office de sérieuse concurrente aux plus hautes distinctions et pourrait bien représenter la France aux prochains Oscars.

IRRIDESCENCE DES PIEUVRES

Une peintre est chargée de réaliser le portrait d’une jeune femme de bonne famille, fraîchement sortie du couvent et sur le point d’être mariée, en dépit de ses réticences. Entre les deux femmes croît bientôt une relation passionnée. Plus qu’un instantané de fièvre amoureuse, le récit de Céline Sciamma choisit un angle plus éminemment mental, en s’attachant à chroniquer le souvenir d’un amour, l’empreinte intellectuelle d’un lien indéfectible.

 

Photo Adèle HaenelAttention, ça brûle

 

C’est ce qui de prime abord, avant que l’oeuvre passionne et enivre, peut rebuter, ou à tout le moins questionner le spectateur. Construit autour de deux axes, soit la progressive montée du désir puis une volcanique communion, Portrait de la jeune fille en feu fait oeuvre de pensée, oeuvre d’écriture et d'une précision terrassante.

Fréquemment, les somptueux dialogues de  Sciamma évoquent la précision cristalline des haïkus, quand la géométrie harmonieuse du cadre rappelle la palette émotionnelle du cinéma d’Ozu. Des choix qui éloignent le métrage des attendus du mélo passionnel (une pente que n’emprunte jamais le film), préférant déployer un langage qui privilégie l’introspection, la politique et le dialogue avec le spectateur.

 

Photo Adèle Haenel Adèle Haenel

 

BIG BANG DE FILLES

À l’évidence, le sujet est pour la cinéaste l’occasion de se livrer à une profonde réflexion sur son rôle, la relation qui l’unit à Adèle Haenel et la mission esthétique qu’exige tout acte de mise en scène. D’une toile passée à l’eau d’un coeur symbolique dévoré par les flammes ou d’un échange puissant au sujet de la peinture des hommes, Sciamma multiplie les trouvailles et les accomplissements, transformant son récit progressivement en volcan politique sur le point d’exploser. Grâce à des personnages parfaitement interprétés, un découpage exigeant et chirurgical, la cinéaste réinvestit des schémas aussi classiques que les rapports de classe, l'attraction ambivalente entre Pygmalion et muse, pour enfin sonder avec une énergie nouvelle la puissance émancipatrice d'un amour interdit. 

Sans jamais céder au pensum politique, ou au commentaire opportuniste de l’actualité, Portrait de la jeune fille en feu explore les problématiques qui traversent actuellement le corps social, de la représentation des femmes, en passant par la domination qu’une société conçue contre elle leur inflige. Avec une exigence cinématographique qui ne se dément jamais et une pertinence sans cesse renouvelée, le métrage s’impose comme un des films les plus flamboyants de l'année 2019, jamais écrasé par sa folle ambition d'établir un renouveau du regard féminin par l'image.

 

Affiche française

Résumé

Avec une intelligence de chaque instant, Céline Sciamma interroge la nature de la passion amoureuse et la question du regard au cinéma. Elle livre une romance réflexive de prime abord, un geste de mise en scène et d'écriture formidablement abouti.

Autre avis Alexandre Janowiak
Avec Portrait de la jeune fille en feu, Sciamma dessine avec simplicité et préciosité une relation brûlante, vibrante et indélébile, magnifiée par son parfait duo d'actrices. L'émotion arrive peut-être tardivement mais explose dans un final ravageur et hiémal. Déchirant.

commentaires

Kyle Reese
21/05/2020 à 15:39

Je rejoins Holly Boddy.

Fascinant en effet, jusqu’à un certain point quant même, à un moment ça fatigue.

Sinon toujours pas vu le film car l’histoire autour d’Adele H au moment des Césars avait un peu refroidi mon envie de le voir. (Alors que j avais défendu son courage lors de ses révélations de harcèlement sexuel)

Bref il est peut être temps de le découvrir enfin.

Holly Body
20/05/2020 à 12:25

Fascinant comme une simple critique positive sur un tel film offre une énième occasion à quelques uns d'étaler, encore, leurs petites obsessions et autres blocages profonds sur le monde. Qui fait que s'ils aiment pas/n'ont pas envie de voir/n'ont pas envie d'aimer, ça met forcément en jeu la limite intellectuelle d'autrui et un mal-être politique au-delà de leur nombril.

Dirty Harry
20/05/2020 à 12:11

Déjà qu'avec le pitch on a envie de se faire Conan le Barbare ou Robocop à la place...mais en plus vos critiques (bien rédigées tout ça, on sent que vous appréciez pour pas passer pour les néandertaliens que nous sommes, nous les êtres inférieurs n'habitant pas l'urbanisme aux trottoirs inclusifs et à la nourriture sans gluten !) donnent l'envie de fuir ce film autant qu'une réunion de dépressifs constipés : "l'émotion arrive peut être tardivement" (oula on sent qu'il faut se forcer à se sentir concerné par cette histoire pour avoir son biscuit) "préférant déployer un langage qui privilégie l’introspection, la politique et le dialogue avec le spectateur" : oh punaise là tu sais que James Cameron te manque déjà !

Jojo
20/05/2020 à 10:16

Ce film est un petit bijou ! J'ai découvert Noémie Merlant grâce à ce film qui est sublime !

Micju
20/05/2020 à 01:04

Un film magnifique vraiment magnifique. Il méritait mieux aux Césars.

Babar77
20/05/2020 à 00:18

Ce truc est une perte de temps.
Un peu le même genre de nullité que Call me by your name.
Le genre qui fait artificiellement l'unanimité mais qui aussitôt l'engouement passé est vite passé à la trappe.
Le genre de films pour pseudo intellos que personne n'aurait calculé si les personnages avaient été hétéro.
Mais pour témoigner un pseudo progressisme gay friendly lgbt tralala, ils vont soudainement trouver les plus grandes qualités à la médiocrité.
Genre; waouh la perf... ah oui, j'adore aussi la photo tu vois! Oh oui c'est du Vermeer mélangé avec du Van Dyck avec une touche de Rubens. Pasticher des fragments épars de talent ne garantit pas d'en avoir. Ici c'est le vide intersidéral. Je respecte néanmoins le geste de Haenel lorsqu'elle à boycotté le pédophile.

Sanchez
19/05/2020 à 20:41

C’était beau. Sciamma méritait son cesar

Mattchupichu
06/04/2020 à 20:15

Grand film et grande critique ! Merci et bravo !

Isa
23/09/2019 à 22:46

Enfin la voilà l’histoire d’amour absolue née par et contre les conventions sociales ! la main virtuose de la réalisatrice Céline Sciamma qui peint les jeux de regards , d’esquisse et d’esquive jusqu’à l’explosion du désir ! L’histoire de l’amour féminin impossible qui ne peut être vécu que dans le souvenir sublimé par la partition de Vivaldi dans un final déchirant !

Anne Sérac
22/09/2019 à 01:23

Un grand film parfaitement construit, qui ouvre avec précision et justesse une rare parenthèse dont les hommes sont absents, laissant se déployer l'expression d'un désir féminin, hors des carcans de nos identités contemporaines, hors du carcan des mots eux-mêmes. Un film qui renoue avec une tension érotique depuis longtemps disparue, aux antipodes des crudités habituelles pourtant privées d'intensité.

Plus

votre commentaire