Dragons 3 : Le monde caché - critique qui Krokmou

Mise à jour : 08/01/2019 13:51 - Créé : 8 janvier 2019 - Christophe Foltzer

Quatre ans et demi après Dragons 2, plus un changement de distributeur (le film étant maintenant sous la bannière Universal), Dragons 3 : Le monde caché a la difficile mission de terminer une des sagas les plus populaires et les plus intelligentes de l'animation occidentale moderne. Une sacrée gageure pour Dean DeBlois, le réalisateur et scénariste du film.

photo Dragons 3
330 réactions

RÉVÉLER CE QUI EST CACHÉ

Avant de vous dire ce que nous avons pensé de Dragons 3 : Le monde caché, nous devons vous faire une petite confidence. Durant l'été 2018, nous avions été invité par Universal pour un événement ultra-secret : une rencontre avec le réalisateur Dean DeBlois. Pendant plus d'1h30, il nous avait expliqué ses intentions pour le film, montré les planches de design, des maquettes de séquences et quelques scènes terminées.

Une rencontre passionnante dont nous n'avons malheureusement pas eu le droit de vous parler. Cela dit, un propos du réalisateur nous obsédait depuis ce jour-là : "Avec Dragons 3, mon intention est de vous faire pleurer." Voilà qui donne immédiatement le ton.

 

photoHarold face à ses responsabilités de chef

 

Un an après les événements de Dragons 2, Harold, Astrid, Krokmou et les autres passent leur temps à libérer les différents dragons emprisonnés par les hommes. Ils accueillent les créatures dans le village de Beurk, de plus en plus saturé. En tant que chef, Harold est mis face à ses responsabilités, forcé de penser avant tout au bien de la communauté plutôt qu'à ses envies personnelles.

Cela correspond à l'arrivée du terrible Grimmel (personnage extraordinaire au passage), un tueur de dragons, engagé par des clans adverses, qui veulent régler le problème de ce petit groupe décidément bien gênant pour leurs affaires. Pour Harold, la seule solution est d'exiler tout le monde dans le Monde Caché, la terre légendaire des dragons, si tant est qu'elle existe vraiment. Chose rendue d'autant plus difficile que Krokmou fait une rencontre qui va changer son existence.

 

photoUne rencontre qui va changer beaucoup de choses

 

LA VIE, LA VRAIE

Si le premier Dragons était un magnifique conte symbolique et initiatique, sa suite avait surprise par son ton résolument plus adulte qui, sans abandonner les fondements thématiques de son histoire, faisait clairement office d'épisode de transition. Harold grandissait alors que sa relation avec Astrid évoluait, qu'il accédait au statut de chef et qu'il retrouvait enfin sa mère. Il était mis face à son versant sombre, Drago, qui représentait le "mauvais" leader despote qu'il pouvait devenir.

Dragons 3 continue cette ligne puisqu'il marque de façon effective le passage à l'âge adulte du héros, sa responsabilisation obligatoire et donc, fatalement, l'abandon de certaines choses de son enfance.

 

photo Dragons 3Un récit qui en appelle à l'enfant que nous avons été

 

Sans rien spoiler, disons simplement que Dragons 3 : Le monde caché remporte son pari haut la main, réussit à nous transporter une nouvelle fois alors même qu'il se révèle beaucoup plus intimiste que les précédents volets. En effet, ne vous attendez pas à un déluge d'action spectaculaire, hormis l'inévitable affrontement final, puisque l'accent a principalement été mis sur le développement des personnages et leurs devenirs. Et c'était évidemment la meilleure chose à faire tant Dean DeBlois maitrise son sujet tout comme le langage cinématographique qu'il a encore perfectionné ces dernières années.

On ne compte plus en effet les séquences qui nous marqueront durablement, dont certaines fonctionnent en effet miroir de celles vues dans le premier film pour un effet dramatique ravageur. Tout est cohérent, tout fait sens, tout est beau, intelligent, profond et dépasse de très loin son cadre de film d'animation pour enfants. Nous avons affaire là à du vrai et grand cinéma, tout court. Un film encore plus touchant qu'il est totalement cohérent avec les précédents dans ce qu'il nous montre et dans ce qu'il veut nous dire. On n'a plus l'habitude.

 

photo Dragons 3Grimmel, un tueur de dragons impressionnant

 

EFFET MIROIR

Techniquement, le film est à tomber et le studio Dreamworks a fait encore d'énormes progrès ces derniers temps. Pourtant, au premier coup d'oeil, la différence ne se verra pas forcément. Elle réside cependant dans une foultitude de détails liés aux décors magnifiques ou à l'extraordinaire lumière de Roger Deakins. On pense notamment à quelques envolées dans les nuages, mouvements sur le sable, ou encore course dans les hautes herbes, hallucinantes de réalisme.

La mise en scène est toujours claire, inspirée et utilise à merveille les possibilités d'une caméra virtuelle. Et encore, nous ne l'avons vu qu'en 2D. Si, comme d'habitude, les personnages du fond sont les moins détaillés de l'ensemble, ils se marient cependant à la perfection avec le reste. Pourtant, le film n'est pas parfait.

 

photoUn exode qui confine au déni de réalité

 

Effectivement, il est beaucoup trop court pour ce qu'il veut raconter et la fin s'en trouve quelque peu précipitée alors que justement elle méritait de prendre son temps. Certaines pointes d'humour sont un peu trop forcées, notamment en ce qui concerne les personnages secondaires, tare classique d'adhésion du public le plus jeune.

Mais nous pardonnons tout ça sans problème face à l'excellence du reste et à la nécessité de ces pastilles pour une histoire au fond extrêmement mélancolique, un peu sombre, triste, poétique et qui, dans un passage confinant à la Dark Fantasy, risque d'impressionner les spectateurs les moins âgés.

 

photo Dragons 3Préparez les mouchoirs

 

Il n'en reste pas moins que Dragons 3 : Le monde caché tutoie le sommet tout au long de son déroulement. D'un impact émotionnel incroyable, porté par une musique inspirée qui joue intelligemment avec nos attentes, le film se conclut sur une succession de scènes tellement belles et émouvantes qu'elles auront raison des coeurs les plus flétris. Dean DeBlois ne nous avait pas menti l'été dernier : nous avons pleuré et le pire, c'est qu'on en redemande.

 

Affiche française

Résumé

Dragons 3 : le monde caché n'est pas loin d'être un gros chef-d'oeuvre du genre, handicapé par de menues scories. Il n'empêche qu'il touche au but et au coeur avec une facilité déconcertante. La conclusion tant redoutée est à la hauteur de la promesse de son émerveillement. Dragons 3 n'est pas un film, c'est une expérience, c'est la vie. Et probablement le premier bijou de 2019. Chapeau bas.

commentaires

Haruka 17/01/2019 à 15:12

Merci pour cette Review, cela me donne encore plus envie de le voir.
J’avais lue que un site que Jeffrey Katzenberg de chez Dreamworks avait évoqué un possible film 4 si DeBlois avais les idées ?
Est-ce qu’un 4 ième film serait envisageable ou pas du tout ? Concernant le screen où l’on voit Harold et Krokmou c’est vraiment un screen du film ou une simple image comme ça ? (Je et parle pas de celle de l’affiche mais d’un autre screen où l’on voit Krokmou derrière Harold dans sa selle)

Christophe Foltzer - Rédaction 10/01/2019 à 09:03

@Nanou :

Non le film n'est pas trop brutal. Il y a néanmoins un passage qui pourrait impressionner les plus jeunes par son ambiance un peu plus sombre et vaguement terrifiante mais cela reste un spectacle pour toute la famille.

Drivox 10/01/2019 à 01:43

Pour la barbe ils ont annoncer que c'etait pour nous perde et pour eviter les spoils

Nanou 09/01/2019 à 23:03

Bonsoir on m à dit que ce film ainsi que les autres n' étaient pas pour les juniors moins de 10 interdit c est vrai ?trop de brutalité

Dragone10 09/01/2019 à 16:59

A chaque fois que je regarde l’annonce j’ai encore plus envie de le regarder.

Maxzack 09/01/2019 à 14:26

Super!!!!!!

Louis le kikoo 08/01/2019 à 22:51

J'ai aimé tout les films même le jeu il est cool , je suis fan .

Number6 08/01/2019 à 22:37

Au fait, tj Miller a été gardé pour doubler Kranedur ? Étonnant.

M1Pats 08/01/2019 à 19:43

Super, un des films que j attend le plus en 2019

Malilou 47 08/01/2019 à 18:08

59 ans bientôt et je trépigne d'impatience en attendant la sortie du film.... Me moque bien du regard des autres... Si je sort du ciné avec les yeux bouffis et rouges je n'accuserais pas une quelconque allergie !! J'assume !

Plus

votre commentaire