Sicilian Ghost Story : critique hantée

Créé : 12 juin 2018 - Simon Riaux

Plus d’un an après sa présentation sur la Croisette, une œuvre radicale et poétique a réussi à trouver son chemin jusque dans nos salles. Retour sur une histoire de crime et de fantôme passionnante.

 

photo
22 réactions

IMPOSE TON STYX

En 2013, Fabio Grassadonia et Antoine Piazza dévoilaient Salvo dans le cadre de la Semaine de la critique. C’est dans la même sélection lors de l’édition 2017 du Festival qu’ils ont dévoilé leur second long-métrage, Sicilian Ghost Story, qui prolonge de manière passionnante les thèmes de leur premier long-métrage. Une nouvelle fois, le duo hybride récit criminel cru et matière première mythologique, pour aboutir à une oeuvre aussi inclassable qu'entêtante.

Après la découverte de l’humanité par un homme de main meurtrier, c’est au contraire le surgissement de l’horreur dans une Sicile prisonnière des brumes d’un conte gothique que narre le duo. Luna et Giuseppe n’ont pas encore 14 ans, mais ils s’aiment passionnément, n’en déplaise à leurs familles, à couteaux tirés. Quand le jeune garçon disparaît mystérieusement, Luna ne tarde pas à comprendre que la mafia locale est de la partie. Elle va remuer ciel et terre pour retrouver celui qu’elle visite en rêve, la nuit tombée, au cœur d’un mystérieux lac.

 

PhotoUne forêt où vont se nouer plusieurs destins

 

Forts de l’incroyable photographie de Lucas Bigazzi – collaborateur de longue date de Paolo Sorrentino – le duo de metteurs en scène peut déployer un style à la fois ample et riche. Qu’ils suivent leur héroïne via les envolées d’un hibou aux airs de narrateur silencieux, qu’ils accompagnent son errance dans une forêt de conte ou l’immergent dans un cauchemar éveillé aux reflets mordorés, ils nous imbibent l’écran d’une imagerie gothique puissamment évocatrice.

 

photoEntre rêves et cauchemars...

 

LE VRAI ET LE FAUST

Tableau vivant immensément poétique, Sicilian Ghost Story, souvent présenté comme une relecture contemporaine de Roméo & Juliette, semble plutôt emprunter au mythe d’Orphée, ou au romantisme allemand. En effet, on ne sait trop qui de Luna ou de Giuseppe est Orphée, mais il ne fait nul doute que ces deux amants tentent vainement de conjurer les courants d'un Styx Sicilien, dont les couleurs évoquent tantôt Lïle des Morts (Böcklin) ou L'Abbaye dans la Forêt de Friedrich. Ici, morts et vivants, unis par l’amour et la volonté de triompher d’un monde impitoyable, s’allient et accèdent à un au-delà, un outre monde fascinant peuplé d’entités et de formidables silhouettes.

 

photoLuna et Giuseppe

 

Mais le film de Grassadonia et Piazza n’est pas une simple évocation esthétique, puisqu’il s’inspire d’un terrible fait divers italien et du supplice subi deux années durant par un jeune garçon dont le père venait de trahir ses collègues mafieux. Il s’agit donc ici de retranscrire une horreur authentique, par le biais d’un univers métaphorique capable de soutenir la vision onirique des cinéastes, sans traduire l’essence même des événements dont ils s'inspirent. Ce défi complexe est relevé tout au long du film, jusqu’à l’un de ses derniers plans, image aquatique d’une sidérante dureté, où Sicilian Ghost Story marie soudain des concepts, textures et couleurs proches de l’abstraction, avec la description naturaliste de la monstruosité criminelle de ses personnages.

Le procédé est osé, mais grâce à lui, cette folle histoire d'un amour luttant contre la loi du silence et les châtiments inhumains infligés aux innocents possède à la fois la force du genre criminel balisé sur lequel elle s'appuie et la force iconographique des légendes immémoriales qui la structurent. Alors que le temps d’une ultime séquence, l’espoir se meurt et se décompose très littéralement, le métrage nous indique organiquement que la vie est toujours possible, et que de Luna et Giuseppe, le cœur protecteur n’est pas toujours celui qu’on croit.

 

Affiche française

 

Résumé

Entre le mythe d'Orphée et Roméo & Juliette, cette romance cruelle et somptueuse transforme la Sicile en fascinant écrin mythologique.

commentaires

Fil 12/06/2018 à 15:43

Un immense merci de nous parler de film. Tellement heureux qu'il sorte enfin sur les écrans!

votre commentaire