Fullmetal Alchemist : critique équivalente

Christophe Foltzer | 24 février 2018
Christophe Foltzer | 24 février 2018

Fullmetal Alchemist n'est pas qu'un excellent manga, c'est aussi un monument de la culture populaire moderne, pour pleins de raisons que nous vous avons expliqué lorsque nous lui avions consacré Un Doigt dans le Culte il y a quelques mois. Aujourd'hui, l'adaptation live est disponible et on va voir que, même si c'est un peu plus compliqué, la puissance de l'histoire originale résiste de bien belle manière.

Depuis quelques années, les japonais adaptent leurs mangas les plus populaires à une cadence infernale et le plus souvent pour des résultats assez mitigés. Qu'il s'agisse de L'Attaque des Titans ou de Terra Formars, ces produits semblent singer leur modèle sans jamais réellement tenter de dépasser le matériau original. Ce qui fait que l'on se retrouve généralement face à des produits fidèles sur le papier mais désespérément creux. Bien sûr, il existe quelques exceptions, comme la trilogie Kenshin le vagabond, mais avec Fullmetal Alchemist, la tâche se révèle d'autant plus ardue que le manga original d'Hiromu Arakawa est un monstre de philosophie, de politique et d'humanisme.

 


  

ECHANGE EQUIVALENT

Heureusement, Fullmetal Alchemist, le film réalisé par Fumihiko Sori, n'ambitionne pas de nous raconter toute l'histoire en un seul métrage, ce qui serait clairement impossible. Nous nous retrouvons donc face à la première partie du manga, en suivant Ed et Al Elric, deux alchimistes d'état en quête de la pierre philosophale dans le royaume d'Amestris. Après la mort de leur mère quand ils étaient enfants, ils ont tenté de la ramener à la vie en bravant l'interdit de l'alchimie : la transmutation humaine. Résultat, Al a perdu son corps et son âme est attachée à une armure, tandis qu'Ed y a laissé un bras et une jambe.

Ils vont donc rencontrer plusieurs alchimistes pour en apprendre un peu plus sur cette fameuse pierre qui pourraient leur permettre de retrouver leurs corps tandis qu'un complot se dévoile de plus en plus, que de mystérieux personnages semblent ourdir de sombres dessins dans l'ombre et que l'état-major pourrait être impliqué, alors que le pays se remet douloureusement d'une guerre terrible contre le royaume d'Ishbal. Donc, voilà, les amateurs retrouveront les bases du manga mais, malheureusement, c'est là que le bât blesse.

 

Photo

 

TRANSMUTATION INTERDITE

En effet, même si le film ne reprend que la première partie de l'histoire, cette dernière est déjà foisonnante, un peu trop pour un film qui dure quand même 2h14 et à aucun moment le long-métrage ne semble faire les bons choix. Le souci, c'est que Fullmetal Alchemist est prisonnier de sa condition d'adaptation et doit, de ce fait, retranscrire les moments forts de l'intrigue. En résulte un gros problème de rythme et un manque sérieux de rigueur dans la construction.

Les événements s'enchainent en sacrifiant la trame générale du récit, on a l'impression de se retrouver face à une version condensée d'un drama télé qui nous présenterait ses meilleures scènes bout-à-bout. Pour vous dire, ce n'est qu'à partir de la seconde partie du film que nous avons eu l'impression qu'il nous racontait quelque chose. Alors oui, le fan retrouvera ses temps forts préférés (Nina, le Dr. Marco, le laboratoire N°5, Maes Hugues) mais le liant entre tous ces épisodes dramatiques et bouleversants n'est pas là. Ce qui pose un sacré problème pour le néophyte puisque le film en appelle constamment à la connaissance du matériau original pour combler les trous.

 

Photo

 

Dans sa volonté d'adaptation, le film se permet aussi des changements assez embarrassants et malheureux. Condenser une telle intrigue en 2h15 exige évidemment des sacrifices mais on ne s'attendait pas forcément à ceux-là. Ainsi, des Homonculus, il n'en reste que trois et encore, ils ne sont pas aussi marquants qu'avant même s'ils se révèlent plutôt réussis. Plus gênant, le King Bradley a totalement disparu, remplacé par un général un peu anecdotique. Un problème de taille pour qui a lu le manga et sait l'importance de ce personnage.

 

Photo

 

LA PORTE DE LA VERITE

Ceci dit, tout n'est pas noir dans Fullmetal Alchemist. Le film, tourné principalement en Italie, retranscrit bien le pays d'Amestris et est parvenu à recréer les mêmes environnements avec un souci du détail particulièrement savoureux. Dans l'ensemble, les personnages sont fidèles à leurs modèles, correctement brossés et bien interprétés. Qu'il s'agisse de Roy Mustang, Maes Hughes ou encore Riza, on les reconnait bien et leurs comportements ne dénotent jamais. Ryosuke Yamada campe un Ed Elric très convaincant, qui passe sans problème de la légèreté enfantine du personnage, à sa gravité de soldat et de jeune adulte découvrant le prix à payer pour sa quête. Al, quant à lui, est très réussi et particulièrement impressionnant. Seule Winry, l'amie d'enfance des frères Elric traine la patte, totalement sacrifiée dans cette adaptation, excessive et survoltée, on ne retrouve jamais cette jeune femme responsable et aimante, prête à tout pour aider ses amis et qui, mieux que quiconque sait ce qu'ils ont dû subir.

 

Photo Fullmetal Alchemist

 

Que retenir alors de cette adaptation ? Fullmetal Alchemist n'est clairement pas le ratage craint pendant des mois, mais il n'est pas non plus une réussite. Il se situe dans un entre-deux un peu gênant, qui ne choisit jamais vraiment à quel public il se destine. On ne peut vraiment le conseiller pour se familiariser avec le manga, mais en même temps, il risque d'énerver le fan le plus aguerri par ses choix discutables. Correctement exécuté mais vidé de sa substance (qui pointe quand même son nez en quelques occasions), le film n'est pas désagréable quoique trop long et erratique dans sa construction. Disons, pour conclure, qu'il se pose en bon objet de complément pour qui s'intéresse au manga original. Et, franchement, vu l'époque, c'est déjà pas si mal.

 

Affiche

 

Résumé

Fullmetal Alchemist est clairement un film qui a le cul entre deux chaises. Fidèle sur la forme, il sacrifie le fond du manga original en passant totalement à côté de son sujet. En reste un produit divertissant qu'il faudra probablement rattacher à sa suite annoncée pour en saisir toute l'ampleur.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Pfly
21/05/2018 à 20:39

Ayant suivi tout l anime, forcément je suis déçu... Il manque trop de personnage important et l histoire est saccadée. Le rythme est mou et si vous êtes fatigué, vous vous endormirez. Malgré une volonté de vouloir bien faire, ce film est loin, très loin de l œuvre originale que je recommande au passage

leonardo
02/03/2018 à 21:24

Un casting 100% jap cest horrible !!!! Ed est horrible.. Un petit rouquin qui joue trop mal c'est pas supportable :(

sephyr
25/02/2018 à 21:55

hey lerealiste ; il est bien écrit sur le titre du Film: Full Metal alchemist , peut être ne l'as tu pas vu, alors c'est normal que ca suive l'histoire.

Elios
25/02/2018 à 20:28

Mon dieu mais qu'est ce que c'est que cela.... Une pure déception comme quoi parfois les œuvres originales restent les meilleurs. Pleins d'erreur, d'oublis, c'est abject

Math
25/02/2018 à 01:49

Moi en tout cas g bien apprécié le film je trouve qu'ils on fait des efforts quand même la perfection n'existe pas ce n'est pas très évident de respecter le manga ils ons faît de leurs mieux il y a des films tiré des mangas qu'il sont vraiment pas respecté et mâle foutu après chacun sont opinions vivement là suite

Mat
25/02/2018 à 00:32

Le film malheureusement souffre également d'interprétation affreuses et inappropriées. Il s'agit d'erreurs de casting et surtout de direction.

Anonyme
24/02/2018 à 23:45

Bonjour,

Une petite erreur lors de la présentation de Ed et Al, seul Ed est un alchimiste d'état pas Al.

ismo
24/02/2018 à 23:23

On a pas vu Armstrong dommage lol

tiikoooo
24/02/2018 à 22:38

il relève le niveau des dernières adaptations manga en film live. Après un death note qu'on s'efforce d'oublier, il reste dans la veine comme plus haut cité terra formas et l'attaque des titans.

Moi ce qui m'a le plus "dérangé" n'est pas l'histoire (elle reprend la trame principale en simplifiant et sans trop s'éloigner dans des sous arc, on rappelle, il faut condenser une premiére partie d'une série en un film de 2h), c'est plus le entre deux entre adaptation fidèle et réaliste, et de l'autre l'adaptation pure et dure rendant par moments un visuel kitsch.

j'attend de voir la suite. De plus, la version française a le mérite de remettre les voix de l'animé dans le doublage de ce film. Un gros point positif si ce n'est le plus important.

Cela ce veut plus un complément à l'oeuvre originale en une adaptation plutôt fidèle visuellement et qui n'est pas mauvaise, qu'une adaptation avec une vision de réalisateur qui se réapproprie l'oeuvre comme l'a fait nolan pour batman ou un snyder pour superman.

LeRealiste
24/02/2018 à 20:00

attendez! attendez !… VOUS POINTEZ 2,5 À CE FILM DE MERDE SANS AUCUNE ORIGINALITÉ ET QUI PLUS EST UN COPIER/COLLER de l'oeuvre originale!!!!!!!!

Et je ne parlerais pas des erreurs de montage dans le film...

votre commentaire