The Passenger : critique Terminulle

Simon Riaux | 24 janvier 2018
Simon Riaux | 24 janvier 2018

Il y a dix ans, Liam Neeson renouvelait tout un pan du cinéma d’action, en l’ouvrant avec Taken à une génération de comédiens vieillissants capables d’assumer la castagne à la papa gentiment réac. Redevenu une star de premier plan à coups de manchettes, l’acteur semble désormais rongé par sa propre caricature, perdu entre cabotinage désincarné et narration aux fraises.

 

 

METRO BOULOT POPO

Il y a une chose qu’on ne peut pas enlever au réalisateur Jaume Collet-Serra et il s’agit de son absolue cohérence. Avec sa quatrième collaboration aux côtés de Neeson, il s’efforce de respecter chacun des ingrédients de la recette qu’ils ont patiemment mise au point. Du point de départ faussement original, en passant par les bastons montées n’importe comment, le script absurde et les effets numériques voyant, rien de nous est épargné qui n’ait déjà été testé sur des cobayes humains à l’occasion de Non-Stop ou Sans Identité.

Nous suivons ici Michael MacCauley, ancien flic devenu assureur, qui se retrouve précipité dans une traque implacable au milieu de son train de banlieue. Soit un récit qui mixe paresseusement les arcs narratifs des précédents films de Collet-Serra, sans jamais s’encombrer du plus petit souci de cohérence. Premier problème : une nouvelle fois, super-Liam doit identifier un quidam dans un transport en commun, principe ultra-rebâché, qui ralentit considérablement le scénario, lequel ne nous épargne aucun cliché.

 

Photo Liam Neeson

On lui avait pourtant bien dit de composter son billet

 

Trop rigide pour induire une dose d’auto-parodie – ou au moins de distance – le film n’est pas plus compétent en matière d’action. Neeson n’a aucune envie de se casser un ongle, tandis que le monteur du dernier Hitman ignore manifestement comment booster cet ensemble mal fagoté, dopé aux cascades numériques cheap. On pense bien sûr à Non-Stop et son jeu du chat et la souris dans un avion de ligne, mais The Passenger n'en a même pas la relative innocence.

 

Photo Liam Neeson,, Vera Farmiga

"Si vous ne me rendez pas ma carte vermeille, je vais la retrouver et vous faire devenir morte."

 

TERMINUL

Dans cette avalanche de médiocrité imaginée un lendemain de grève, les personnages secondaires surnagent. Vera FarmigaPatrick Wilson et Sam Neill s’amusent manifestement et leur jeu un peu outré a des airs de petit thriller des années 90. On croise même à leurs côtés l’excellente Florence Pugh, découverte dans The Young Lady. Tous offrent un peu de couleur et de chair à ce récit désespérément grisâtre, et nous feraient presque oublier qu'ils sont là pour payer la deuxième couche de crépi de leur piscine à vagues.

C’est de leur côté que le film puise un peu d’énergie, ainsi que dans ses dialogues, tout droit sortis d’un Steven Seagal des familles. On sent bien que le metteur en scène aimerait se rapprocher d’un certain cinéma d’action artisanal, aujourd’hui disparu à Hollywood. La démarche peut charmer, mais elle souligne hélas combien le savoir-faire et la philosophie qui présidait à ces productions a disparu.

 

Affiche française

Résumé

Mécanique, incohérent et grabataire, ce film d'action s'appuie lourdement sur la silhouette d'un comédien qui n'a plus grand chose à donner au genre.

Lecteurs

(1.8)

Votre note ?

commentaires

Mimi0912
14/06/2018 à 10:11

J’ai tenté de mettre des emojis à la fin de mon commentaire mais cela s’est transformé en points d’interrogations

Mimi0912
14/06/2018 à 10:10

Liam Neeson extraordinaire comme toujours ????????????

Pulsion73
25/01/2018 à 10:25

Rédaction, merci. J'étais persuadé que mon 1er post n'était pas parti. Enfin bref. Liam Neeson n'a plus rien à prouver depuis un moment mais j'aimerais bien le revoir dans un vrai film qui prend aux tripes.

kharezmi
24/01/2018 à 20:59

C'est un spin off de the conjuring.

Lino Cassinat - Rédaction
24/01/2018 à 18:50

désolé pour le temps de réaction, je m'en occupe.

Sky Captain
24/01/2018 à 18:26

Pas besoin de supprimer. On ne dirait jamais assez à quel point "Le Territoire des Loups" (son titre anglais,"the Grey", possède bien plus de poésie ambiguë) est un grand film. Peut-être l'un des meilleurs films des années 2010.

Pulsion73
24/01/2018 à 16:34

Aie aie. La rédaction peut elle supprimer mon 1er post ou m'indiquer la marche à suivre. Merci.

Pulsion73
24/01/2018 à 16:31

A remater: Le Territoire des Loups. Un Liam Neeson en mode "plus qu'humain". Un très bon survival.

votre commentaire