Battle of the Sexes : critique féministe

Alexandre Janowiak | 3 juin 2022
Alexandre Janowiak | 3 juin 2022

Battle of the Sexes est ce soir à 23h45 sur France 3.

Présenté début septembre lors du festival de Telluride, Battle of the Sexes retrace le match de tennis légendaire entre la joueuse Billie Jean King (Emma Stone) et l'ancien champion Bobby Riggs. Onze ans après Little Miss Sunshine, il signe aussi les retrouvailles entre Steve Carell et le duo de réalisateurs Jonathan Dayton et Valerie Faris au cinéma.

JEU…

Pour leur troisième collaboration cinématographique, Jonathan Dayton et Valerie Faris changent totalement de registre avec Battle of the Sexes. Après leur super comédie dramatique Little Miss Sunshine, présentée en 2006 à Sundance, puis leur comédie romantique Elle s’appelle Ruby en 2012, le duo revient avec un challenge biographique.

Décrit comme une comédie sportive par son distributeur, le long-métrage concourt dans la catégorie comédie ou musical pour les Golden Globes, et malgré de nombreuses touches humoristiques, Battle of the Sexes surprend au fil des minutes par son sérieux. Là où le match de tennis entre deux légendes du sport était la finalité de Borg / McEnroe, le match qui voit s’affronter Billie Jean King et Bobby Riggs est uniquement un moyen pour Battle of the Sexes. Car si le match retranscrit par Jonathan Dayton et Valerie Faris est au cœur du récit, ce sont ses enjeux politiques et ses conséquences sociales qui intéressent le duo. Un choix cinématographique qui permet de donner une vraie ampleur à leur long-métrage.

 

Photo Steve CarellLe match King vs Riggs aurait été regardé par 90 millions de personnes à travers le monde en 1972

 

SET…

Lors d’innombrables interviews promotionnelles, le duo n’a cessé d’expliquer que l’affrontement présidentiel entre Clinton et Trump était à l’origine du film. Sans même en être informé, il est impossible de ne pas voir l’évidente comparaison Clinton-King versus Trump-Riggs dans Battle of the Sexes. D’un côté, une femme progressiste, pour l’égalité des sexes, l’égalité salariale, les droits LGBT... De l’autre, un homme sexiste, provocateur, prétentieux, machiste et showman.

Ce parallèle confère ainsi une aura profondément actuelle au long-métrage des réalisateurs américains. Car si le match se déroule en 1972, toutes les thématiques féministes et sociales qu’il dépeint ont une résonance particulière à notre époque, d’autant plus en pleine affaire Weinstein. Mieux : le film réussit surtout à avoir une signification impérissable qui lui évitera de subir les affres du temps.

 

Photo Emma StoneUn combat porté par l'incroyable Emma Stone

 

… ET MATCH

Si ce sont finalement les intentions politiques du scénario écrit par Simon Beaufoy (Un jour dans la vie de Billy Lynn, Slumdog Millionaire) qu’il faut principalement garder en tête, Battle of the Sexes reste également un excellent divertissement. La mise en scène du duo n’a rien d’extraordinaire mais les talentueux Linus Sandgren à la photographie (oscarisé pour La La Land) et Nicholas Britell à la composition (Moonlight) viennent sublimer l’ensemble de l’œuvre. Les fans du sport de raquette seront comblés, le tennis a rarement été aussi bien filmé au cinéma notamment lors de son dernier quart éblouissant.

 

La Bataille des sexes : Photo Emma StonePrête à marquer l'Histoire

 

L’excellente Emma Stone, dans le rôle le plus profond de sa jeune carrière, et Steve Carell, au top de sa forme dans une partition qui lui colle à la peau, portent, eux, le film sur leurs épaules. Le très joli casting qui les entoure (Andrea Riseborough, Sarah Silverman, Bill Pullman ou encore la trop rare Elisabeth Shue), réalise également un sans-faute.

Finalement, et à l'image du sous-titre de son affiche, on peut dire que le pari est réussi pour Battle of the Sexes. Reste à savoir s'il marquera l'histoire du cinéma. Une chose est sûre, ses propos font partie de l'Histoire avec un grand H.

 

Affiche

Résumé

S’il est un superbe divertissement sportif, Battle of the Sexes est surtout un pamphlet politique et féministe au message intemporel porté par un casting brillant.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.0)

Votre note ?

commentaires
Tnecniv
06/06/2022 à 10:29

Sur la dernière image j'ai tellement l'impression que Boris va sortir son stylo ...

Chris11
05/06/2022 à 20:41

Aucun souvenir. C'est bien que le film soit bien fait et bourré de bonnes intentions, mais ça ne suffit pas.

Ethan
05/06/2022 à 09:39

C'est vrai que le tennis féminin est moins mise en avant de nos jours. Il a moins de talents qu'il y a quelques années. Sur l'égalité salariale il me semble que ça s'est amélioré depuis. A rolland garros les 2 vainqueurs touchent la même récompense financière.
Sur les droits lgbt c'est plutôt clivant me semble t'il.

Je pense que le tennis a plutôt déçu sur le comportement des fans. Je me souviens d'une finale entre Hingis et Graf où la suissesse se faisait huer car elle avait contesté un point. Le public n'avait pas vu l'innocence d'une jeune joueuse de 18 ans qui n'avait pas l'habitude de jouer face à un public tenant aussi fort pour l'autre joueuse. Le simple fait de dire qu'elle voyait sa balle bonne au moment où elle était annoncé faute puis dans un deuxième temps de dire à l'arbitre qu'il se trompait de trace avait dans les deux temps provoqué des sifflements assez violents et pas correct vis à vis d'elle. Ces sifflements l'avait alors poussé à montrer la bonne trace, chose qui se faisait pas. Ce match avait choqué à l'époque et la presse n'avait pas été tendre avec hingis

rientintinchti2
04/06/2022 à 22:28

ça sent le bourrage de crâne tout ça.

zetagundam
04/06/2022 à 16:14

N'ayant pas vu le film, et aimant les films "historiques" factuels, je suis curieux de savoir si le film relate les faits réels (25 ans d'écart entre les deux, le gars arrive non préparé, car trop confiant et gros fumeur, etc...) ou si il verse du côté propagandiste ?

Dooble60
04/06/2022 à 07:59

D’un côté, une femme progressiste, pour l’égalité des sexes, l’égalité salariale, les droits LGBT... De l’autre, un homme sexiste, provocateur, prétentieux, machiste et showman.


la propagande est magnifique

TekilaDav
04/06/2022 à 03:02

On voit le talent d actrice la.
Pour qu une femme aussi belle qu emma stone arrive a jouer une femme aussi moche que billy j kean, il faut un sacre talent.

Guéguette
04/06/2022 à 00:25

Aucune fausse note, donc chiant à mourir...comme tous les biopic etc...

votre commentaire