L'Expérience interdite - Flatliners : critique encéphalogramme plat

Geoffrey Crété | 3 novembre 2017 - MAJ : 09/12/2018 17:15
Geoffrey Crété | 3 novembre 2017 - MAJ : 09/12/2018 17:15

Devenu pour des raisons plus ou moins avouables une sorte de film culte, L'Expérience interdite de Joel Schumacher, sorti en 1990 avec Kiefer Sutherland, Julia Roberts et Kevin Bacon, a les honneurs d'un remake. Ou plutôt le déshonneur : une revue de presse désastreuse, un box-office dans le même esprit et un film bien inutile.

DEAD ZONE

L'Expérience interdite version 2017 n'est pas une suite du film de 1990. C'est une remake en bonne et due forme. Que Kiefer Sutherland ait laissé entendre qu'il était de retour pour incarner le même personnage que dans l'original de Joel Schumacher est donc faux, et peut-être révélateur : pour expliquer un film si fade, si neutre, si oubliable, il y a peut-être une genèse contrariée, et un projet qui a hésité entre un remake pur et dur, et une suite plus ou moins claire.

Peu importe au fond : rien ne pourra sauver le film de son propre échec. Ni la mise en scène de Niels Arden Oplev, réalisateur de la trilogie Millenium originale, qui tente d'émerger aux Etats-Unis - le thriller Dead Man Down avec Colin Farrell et Noomi Rapace, loin d'être aussi mémorable que le pilote de Mr. Robot qu'il a signé. Ni la présence d'acteurs solides comme Ellen Page et Diego Luna. Pas effrayant pour un sous, L'Expérience interdite a tout d'un produit bâclé, emballé sans passion ni foi. 

 

Photo Ellen Page"Faîtes que ce film soit un mauvais rêve, faîtes que ce film soit un mauvais rêve"

 

LA MORT AU CLOU

Avec son budget d'une vingtaine de millions, L'Expérience interdite 2017 se situe dans la fourchette haute des productions Blumhouse, proche d'un Conjuring et loin des économies réduites et malignes de Split ou Insidious. A l'écran, il y a donc une poignée de scènes pseudo-spectaculaires, avec une course-poursuite en voiture parfaitement inutile, des effets visuels tape-à-l'oeil ou encore un climax à coup d'aspirateur surnaturel. L'intention est là, mais rien de plus : le film sonne creux, et n'a rien à raconter derrière l'imagerie très ordinaire (des lumières blanches, des machins qui volent et explosent au ralenti).

Si le film se retrouve désormais à avoir un air de ressemblance avec un Lazarus Effect (une autre production Blumhouse) qui rappelait lui-même L'Expérience interdite des années 90, il en reprend le pire : un scénario bête et mécanique, des personnages stéréotypés au possible, mais même pas l'approche huis clos irrésistible qui donnait un peu de matière au film avec Olivia Wilde. Ce remake est donc aussi lisse et froid que les décors métalliques de sous-sol où les héros jouent avec la mort.

Et ce n'est pas avec une utilisation paresseuse des silences et de la musique, une mécanique vieillotte de jump scares et une mise en scène d'une banalité affligeante (un cadavre dans une baignoire, une apparition au milieu d'une rue, une lumière qui clignote) que le réalisateur parvient à imprimer quoi que ce soit dans ce tunnel de poncifs.

 

Photo Nina Dobrev Paroxysme de l'angoisse par L'Expérience interdite version 2017

 

L'ENNUI DES MORTS 

L'Expérience interdite 2017 est également d'un grotesque amusant lorsqu'il raconte ses personnages. De l'étudiante en médecine qui culpabilise d'avoir tué accidentellement un patient au pseudo-tombeur hanté par cet enfant qu'il n'a pas élevé, en passant par celle qui doit à tout prix réussir ses examens pour échapper à sa condition, le scénario de Ben Ripley (Source Code) est d'une lourdeur que ne renieraient pas certaines mauvaises séries B des années 90 justement. Le traitement de l'héroïne est à ce titre très révélateur, son deuil et son traumatisme étant si peu approfondis que la seule éventuelle surprise du film n'en est que plus logique et pauvre.

 

Photo Nina Dobrev, Ellen Page, Diego Luna,, Kiersey Clemons, James Norton Ce moment où les acteurs lisent enfin le scénario

 

Chaque personnage aura ainsi droit à au moins une petite séquence de vision, qui offrira au spectateur l'opportunité de mesurer le degré de vacuité de l'entreprise, qui filme des lieux communs (un ascenseur, un couloir vide, une morgue mal éclairée, une salle de bain avec un rideau de douche). L'Expérience interdite - Flatliners devient alors vite une laborieuse démonstration, à base de bric-à-brac de bas étage du film de genre.

La fin, d'une niaiserie abyssale à coup de "Tu dois te pardonner", achèvera définitivement l'amateur venu chercher un thriller sympathique, qui se dira qu'il aurait probablement mieux fait de revoir l'original en VHS, ou même de se péter un doigt dans le magnétoscope, plutôt que de donner sa chance à ce machin. Car il y presque pire qu'un très mauvais film : un film impersonnel d'une tiédeur et d'une banalité qui donne le vertige.

 

AfficheSpoiler : rien de spécial

Résumé

L'Expérience interdite version 2017 n'est pas tant une abomination filmique qu'un produit profondément inutile et sans intérêt à tous les niveaux, qui ne devrait satisfaire ou amuser absolument personne.

Lecteurs

(3.5)

Votre note ?

commentaires

Camille
13/07/2020 à 08:49

Ce qui est "drôle" ds le film, c qu'encore auj on mette des acteurs bien trop.vieux : Diego Luna a 37 ans et James Norton a 32 ans quand le film sort alors qu'ils sont supposés être des internes de 25 ans bientôt docteurs.

Andarioch
22/08/2018 à 19:33

Ellen Page et deux, trois sursauts, je ne demandais rien d'autre ;)

25M
15/04/2018 à 10:16

Ce navet pourrait être regardé comme une comédie tellement il est pathétique et ridicule ^^

levisionneur
22/12/2017 à 02:09

je pense que le film est plutôt réussi enfin presque le début est bien , une personne fait entrer ses amis dans la galère puis il sont bloquer la de-dans sauf que si on comprend bien elle se sacrifient pour eu a la fin mais je il y a quand même un petit bémol c est l histoire n est pas fait automatiquement mais manuellement car si Courteney n avait ps enduis c est amis dans cette expérience rien ne serait arriver en gros le film se base juste sur le début et la fin.
Essayer de regarder les dix première minute et les dix dernière vous comprendrez tous

Cap
14/12/2017 à 13:23

Pas mal , l'interprétation des donneurs de leçons dans le cinéma actuel , il fallait y penser pour
faire réfléchir quelques uns avant de commettre l'irréparable .

Bobby
22/11/2017 à 18:04

On en parle de la perruque dégueulasse de Kiefer Sutherland, qui a l'air d'être gêné de jouer dans ce film, et le mulet immonde de Diego Luna ?

Pierre
22/11/2017 à 16:42

Pour le coup j'ai personnellement passé un moment pas désagréable. Je suis d'accord avec certains des défauts énumérés dans la critique à savoir un formatage certain qui empêche clairement le film de sortir du lot, autant dans sa narration que dans son visuel. Mais curieusement, et malgré la classicisme de l'entreprise, j'ai personnellement suivi non sans déplaisir les aventures de ce groupe, le film étant quand même plutôt bien rythmé. Certaines séquences malgré un manque d'inventivité certains font leur effet (notamment celle dans la morgue), les acteurs sont plutôt bons et la mise en scène, bien que guère mémorable ou novatrice, est suffisamment solide pour ne pas me faire décrocher. Pas un grand film et il est aussitôt oublié une fois vu. Mais le divertissement était là pour moi.

tarzan
22/11/2017 à 16:36

ratage complet domage

Satan LaTeube
04/11/2017 à 11:18

Vite vite j'attends le commentaire du 1er gogol qui nous dira "oui mais non en fait je suis pas d'accord avec vous, quand même le film il est pas mal, c'est pas aussi mauvais que vous le dites".

Benzek
03/11/2017 à 17:53

Pas d'accord José, les commentaires sont emprunts d'un humour simple et bienvenu.
Lachez rien EL.

Plus

votre commentaire