Semaine du 18 septembre 2019

Box-office France : Ad Astra décolle bien et dépasse le clown de Ça : Chapitre 2

Déborah Lechner | 26 septembre 2019 - MAJ : 09/03/2021 15:58
5
Photo Brad Pitt

Ad Astra arrive dans le classement directement à la première place et relègue Ça : Chapitre 2 sur la deuxième marche du podium.

Pour son arrivée en salles, Ad Astra grimpe au sommet du box-office français en totalisant 434 069 entrées éparpillées dans 425 copies. Le nouveau film de James Gray fait un meilleur démarrage que son précédent long-métrage, The Lost City of Z (312 924 à la fin de son exploitation) qui n'a bénéficié que d'une centaine de salles pour sa distribution.

Ad Astra dépasse également The Immigrant (146 077 pour 242 copies), Two Lovers (239 193 dans 229 salles) et La Nuit nous appartient (264 579 avec 245 copies). 

 

Photo Brad PittBrad Pitt dans Ad Astra

 

Ça : Chapitre 2 se retrouve ainsi deuxième du classement avec 340 000 spectateurs sur 975 024 en quinze jours. Le film d'horreur d'Andrés Muschietti essuie ainsi une baisse de fréquentation de 46,5% et perd 15 salles (585).

Le deuxième volet est toujours moins prolifique que le premier, Ça, qui avait enregistré 1,4 million d'entrées avec moins de copies à disposition (387) mais une plus courte durée aussi. Le film de 2017 était quant à lui premier du box-office pour sa deuxième semaine d'exploitation.

Comme la semaine dernière, La Vie scolaire est troisième. La comédie dramatique française de Grand Corps Malade et Mehdi Idir perd seulement 5,64% de son audience en raison des 75 salles ajoutées à la distribution (688) et réunit ainsi 217 244 spectateurs sur plus de 1,2 million en un mois.

Le deuxième long-métrage des coréalisateurs enregistre de meilleurs chiffres que leur précédent, Patients, qui avait atteint les 966 265 entrées sans 536 copies.

 

photo, Bill SkarsgårdBill Skarsgård dans la peau de Grippe-Sou dans Ça : Chapitre 2

 

Pour son démarrage à l'affiche, Un jour de pluie à New York arrive en quatrième position avec 202 317 entrées dans 290 salles. Le démarrage du nouveau film de Woody Allen fait mieux que celui de son précédent long-métrage : Wonder Wheel et ses 151 321 tickets vendus.

En revanche, son dernier film est pour l'instant moins prolifique que ses dernières réalisations comme Café Society (365 813 entrées, mais avec près de 100 salles en plus), L'Homme irrationnel (354 687) et Magic in the Moonlight (369 900).

Pour sa troisième semaine d'exploitation, Inséparables perd une place et termine cinquième. La comédie de Varante Soudjian essuie une légère baisse de 9,6% et enregistre 174 105 spectateurs dans 408 copies sur un total de 678 622 entrées. Le troisième long-métrage du réalisateur rencontre plus de succès que son deuxième, Walter (323 195 et 211 salles).

 

photo, InséparablesAlban Ivanov dans Inséparables, qui joue également dans La Vie scolaire

 

De son côté, Fast & Furious : Hobbs & Shaw enregistre la chute record de la semaine en dégringolant de huit places. Le spin-off de David Leitch est 19e devant C'est quoi cette mamie ?! et derrière Le Chardonneret. Le film perd 52,7% de ses spectateurs et 140 salles avec 23 0003 entrées sur 2,4 millions en sept semaines.

Hobbs & Shaw reste moins prolifique que les dernier opus de la saga, Fast & Furious 8 de F. Gary Gray (3,8 millions), Fast & Furious 7 de James Wan (4,4 millions) et Fast & Furious 6 de Justin Lin (2,9 millions). Il fait quand même mieux que les premiers volets de la franchise, Fast & Furious de Rob Cohen (1 million à la fin de son exploitation), 2 Fast 2 Furious de John Singleton (1,7 million) et Tokyo Drift de Justin Lin (767 354 entrées en tout).

Enfin, Portrait de la jeune fille en feu réalise un démarrage compliqué avec seulement 105 099 spectateurs. Pourtant, il s'agit là d'un des meilleurs films français de l'année et un immanquable de ce mois de septembre. On ne saurait donc que vous conseiller de vous rendre en salles pour le découvrir, notre critique vous convaincra peut-être.

 

Affiche française

# Titre Entrées Semaine Evolution Cumul Salles
1 Ad Astra Ad Astra Voir la bande-annonce 434 069 1 - 434 069 425
2 Ça : Chapitre 2 Ça : Chapitre 2 Voir la bande-annonce 340 000 2 -46,5% 975 585
3 La Vie scolaire La Vie scolaire Voir la bande-annonce 217 244 4 -5.64% 1 255 053 688
4 Un jour de pluie à New York Un jour de pluie à New York Voir la bande-annonce 202 317 1 - 202 317 290
5 Inséparables Inséparables Voir la bande-annonce 174 105 3 -9.6% 678 622 408
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires
Hank Hulé
26/09/2019 à 14:33

Messi Messi !

Simon Riaux - Rédaction
26/09/2019 à 14:28

Y pa 2 koi.

Hank Hulé
26/09/2019 à 14:20

Merci Monsieur Riaux pour ces explications. San renkune

Simon Riaux - Rédaction
26/09/2019 à 13:06

@Hank Hulé

Hello,

Comme vous le notez, le phénomène tend à se généraliser. Non pas que les journalistes soient moins instruits ou compétents que leurs prédécesseurs. Ce qui a changé, c'est la disparition accélérée des postes de SR (secrétaires de rédaction), dont la charge est traditionnellement de veiller au respect des règles de mise en page et d'orthographe.

Dans une économie où les revenus tendent à baisser structurellement, ils sont logiquement les premiers impactés, n'étant pas les postes les plus "productifs" d'une rédaction. On se bat pour maintenir un certain niveau de relecture, et éliminer le plus de coquilles, approximations ou erreur dues au rythme intense auquel nous sommes tenus.

On s'améliore, et on y travaille continuellement, avec nos moyens relativement modestes. Et merci pour le signalement.

Hank Hulé
26/09/2019 à 12:45

"prolifique ; Qui se multiplie rapidement" selon le Larousse.
adjectif utilisé à tort et à travers depuis des semaines dans ces comptes-rendus du BO et qui n'a pas le sens que vous lui portez.
Par ailleurs, il y a toujours des fautes que ma fille de 13 ans ne fait plus depuis des années ("ces dernières réalisations").
Je pinaille mais ça me gave de constater (pas que chez vous mais aussi sur des sites d'infos plus généralistes) ce nivellement par le bas du niveau général. Si vous (les journalistes) ne savez plus écrire, comment voulez-vous être pris au sérieux sur le fond ?

votre commentaire