Semaine du 4 avril 2018

Box-office France : Pierre Lapin dépasse Ready Player One, Gaston Lagaffe se plante complètement

La Rédaction | 12 avril 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
79
Photo

Ready Player One est coiffé au poteau par Pierre Lapin, Gaston Lagaffe et Dans le brume se prennent violemment un bon gros mur des familles.

Sous nos latitudes, qui dit Pâques dit lapin, et donc assez logiquement, Pierre Lapin débarque chez nous deux mois après sa sortie américaine pour profiter de la période. L'attente s'est avérée payante puisque notre léporidé (de rien) démarre en tête du box-office français avec 495 000 entrées, ce qui est très bien mais pas énorme quand on compare aux sorties de dessins animés en général. Ça le place légèrement au dessus de Ferdinand par exemple, mais on est loins des locomotives de Pixar.

 

PhotoPierre Lapin

 

Ready Player One de son côté doit déjà céder sa première place en deuxième semaine et prend un peu l'eau, perdant presque la moitié de son public. Les 470 000 entrées de cette semaine lui permettent cependant de franchir aisément la barre du million d'entrées, c'est qui écrase complètement le blockbuster précédent de Steven Spielberg, puisque Le BGG - Le Bon Gros Géant avait misérablement arrêté sa course à 771 000 entrées. En début d'années, Pentagon Papers avait terminé sa carrière avec plus d'1,3 millions d'entrées, proche de Lincoln en 2013. Son dernier gros succès est Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne en 2011, avec plus de 5,3 millions de spectateurs.

La belle surprise de la semaine nous vient de Red Sparrow, avec Jennifer Lawrence, qu'on n'attendait pas aussi haut avec 332 000 entrées pour la semaine de sa sortie, et qui se paye même le luxe d'avoir la meilleure moyenne de spectateurs par copie de la semaine avec 994 ; soit un peu moins de 100 de plus que Pierre Lapin et à des années lumières du troisième, Ready Player One et de ses 659 spectateurs.

 

Photo Jennifer LawrenceRed Sparrow

 

Après quatre semaines, Tout le monde debout de Franck Dubosc emballe quant à lui un succès total au box-office, et les 240 000 spectateurs de la semaine passée lui permettent de franchir d'une courte tête les 2 millions d'entrées. Ce qui est amplement suffisant pour un film budgeté à 10 millions d'euros, même si ces entrées sont aidées par une augmentation assez importante du nombre de copies.

Pour finir le classement en beauté, nous avons le déplaisir certain de vous présenter le clou du spectacle, à savoir le proprement honteux film Gaston Lagaffe, qui s'écrase avec perte et fracas contre le mur inamovible du box-office avec 237 000 pour son démarrage, et une moyenne faiblarde de 414 spectateurs par copie. C'est moins que l'excellent docu-fiction The Rider, c'est vous dire. C'est clairement une catastrophe pour un film qui aura coûté presque 19 millions, mais assez franchement, ce n'est pas nous qui allons pleurer.

 

Photo Théo FernandezOn ne prononcera même pas ton nom

 

Dans le reste du classement, Dans la brume paye son manque de visibilité et sa promotion bien trop discrète au prix fort. Le film avec Romain Duris et Olga Kurylenko démarre évidemment bien trop faiblement à 123 000 entrées. Les 500 000-600 000 entrées apparemment visées par les producteurs sont donc loin. C'est dommage et assez incompréhensible de ne pas lui avoir donné une chance à la hauteur de ses ambitions, parce que le film est super et obtient une belle moyenne de spectateurs par copies, preuve qu'une certaine attente et même envie du public était présente.

 

Affiche

# Titre Entrées Semaine Evolution Cumul Salles
1 Pierre Lapin Pierre Lapin Voir la bande-annonce 495 488 1 - 495 488 550
2 Ready Player One Ready Player One Voir la bande-annonce 470 177 2 -47,2% 1 359 965 713
3 Red Sparrow Red Sparrow Voir la bande-annonce 331 963 1 - 331 963 334
4 Tout le monde debout Tout le monde debout Voir la bande-annonce 240 467 4 -43,5% 2 028 647 715
5 Gaston Lagaffe Gaston Lagaffe Voir la bande-annonce 236 756 1 - 236 756 573
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires
BelXander
14/04/2018 à 17:20

Vous m'avez donné envie d'aller voir Dans Le Brume, je pense que j'irais cette semaine.

Je préfère soutenir ce genre de film français que des films comme Gaston Lagaffe ou Les Profs ou autre que je trouve plutôt lamentable et qui pourtant semblent plus facilement se faire. (et être mis en avant)

OpieOP
13/04/2018 à 10:00

@Timo

Personne n'essaie de te faire croire quoi que ce soit. Libre à toi d'affirmer comme une vérité ("La vérité c'est que...") que non ça n'intéresse pas, non personne n'aime vraiment, non ce film n'aurait pas mieux marché avec plus de copies, non ce film a eu une promo normale.

On peut en revanche être plus humble, peut-être, et se dire que la moyenne par copie laisse entendre qu'il y a un public qui, quand il avait une salle avec ce film, a été curieux. Ce qui est un indicateur. Utilisé par tous les analystes du BO.

Après si t'as vraiment envie de nous faire accepter ta vision (film moyen, paysage ciné moyen, moyen moyen moyen arrêtons d'en parler), que tu es juste dans l'impossibilité de croire qu'on puisse vraiment aimer ce film, et que même l'idée de soutenir un film qui essaie pour le bien du ciné français (sans argent ni soutien des prod, pas d'opportunités, pas d'outils, un cadre encore plus rigide, des prod encore plus frileux, des films encore plus rares et lisses, et donc cercle vicieux : je l'invente pas, demande à n'importe quel jeune cinéaste ou scénariste qui rêve de faire du film de genre qui serait tout sauf "moyen"), c'est un problème, c'est bien ton droit. Mais c'est aussi celui des autres d'apprécier le film pour ce qu'il est ET pour ce qu'il représente.

Timo
12/04/2018 à 19:41

La moyenne par copie ne veut pas dire que ça marcherait proportionnellement mieux avec beaucoup plus de copies. Red Sparrow a une meilleure moyenne par copie, ça ne veut pas dire que dans 1000 salles il aurait fait 1,5 million d'entrées. Ca marche pas comme ça. Si Dans la Brume n'a pas eu plus de copies c'est que les salles n'en voulaient pas.

Quant au buzz critique, s'il y a eu une ou deux très bonnes critiques, globalement ça crève pas le plafond. Comment faire monter le buzz quand les critiques disent juste 'c'est moyen" ? Dans la Brume est moyen, il a un succès moyen. Rien de honteux ou étonnant.

Maintenant si on essaie de faire croire que Dans la Brume est un chef d'oeuvre maudit qui sera vu comme un film culte dans 10 ans, j'ai peine à le croire...

J'ai plutôt l'impression que certains veulent le succès de ce film bon mais sans plus, juste au nom du soutien à la grande cause du cinéma de genre made in France. Si c'était un film américain, les mêmes diraient "bof, c'est du réchauffé et c'est plein de clichés"... mais comme c'est des copains français, on soutient en fermant les yeux sur les défauts. On a eu la même chose avec Valérian.

OpieOP
12/04/2018 à 18:27

@Timo

Et donc si le public "n'en a rien à carrer", autant ne pas en parler, en discuter, et abandonner ? Pour laisser celui qui se plaint de pas avoir de grand film d'horreur ou de SF en France, se dise que tout le monde s'en fiche à part lui ?

Et la bonne moyenne par copie de Dans la Brume, ça signifie que tout le monde s'en carre ? (214 salles, là où Boon et Gaston Lagaffe en ont le double, et son vendus en masse, offerts au public dans la plus grande salle, etc)

La vérité, c'est ta perception du truc en fait ? "Le public" est donc une entité globale, qui pense globalement ? Pas la peine d'essayer de prendre en compte la distribution, le fait que le distrib ait même pas montré le film et que donc zéro buzz critique ? Qu'il se soit contenté de faire parader Duris à la TV pour papa et maman, qui de base ne sont pas le public cible, et face à des journalistes qui n'avaient de toute évidence pas vu le film (donc interviews plates au possible) ? On peut simplifier tout ça certes. On peut aussi vouloir chercher des nuances et se pencher sur la question plus profondément.

jimjim
12/04/2018 à 17:31

les exploitants de salle "n'exploitent" que les grosses comédies franchouillardes et les blockbusters Américains... Les vrais fans de cinéma finiront par ne plus mettre les pieds dans leurs cinés pop-corn... et s'offriront des films de malades sur NETFLIX ou autres, faits par des réalisateurs qui pourront se lâcher... et les français ne seront pas en reste, j'en suis certain ! Je le vois par chez moi, à 70% les exploitants flinguent les films de genre ! L'arme se retournera contre eux, un jour ou l'autre...

Timo
12/04/2018 à 17:02

Ca fait 50 ans que personne n'en a rien à carrer... mais les distributeurs continuent quand même à payer pour en faire et à payer pour les afficher. Ca ne doit pas être si inutile que ça.

Dans la Brume a bénéficié d'un acteur populaire, d'une promo dans la moyenne, d'une sortie dans 215 salles plutôt correcte (à peine moins que Red Sparrow). Les premières critiques presse, le jour de la sortie, étaient moyennes sauf quelques exceptions. Pareil pour le bouche à oreille.

La vérité c'est que le public ne voulait pas le voir. Encore une fois, c'est un film moyen que le public considère comme tel. Nimauvais ni très bon, rien ne le distingue de la masse (normal dans le brouillard). Certains voudraient pousser les gens à aller le voir pour soutenir l'effort de guerre du cinéma de genre à la française. Mais ce combat, le grand public s'en carre, il ne veut pas voir un film juste moyen.

Simon Riaux - Rédaction
12/04/2018 à 16:33

Oui et puis après tout, ça fait seulement 50 ans que plus personne n'a rien à carrer des affiches.
Et puis 3 grandes villes, ce n'est pas "partout".

Timo
12/04/2018 à 16:20

Et puis comme je le disais, Dans la Brume a eu des affiches partout. C'est pas comme s'il était sorti dans l'anonymat.

Timo
12/04/2018 à 16:10

Dans la Brume a eu peu de critiques, quelques unes très bonnes comme la votre mais d'autres beaucoup moins élogieuses soulignant un récit plan plan, des situations cliché et des personnages stéréotypés. Voir les critiques de Telerama, le Monde, le blog du cinéma, Critikat. On est loin d'une critique unanime et "excellente".

Les critiques spectateurs ne sont pas top non plus (sans être mauvaises non plus). Le grand public voit Dans la Brume juste comme un film moyen. Et comme de nombreux films moyens, il se vautre dans l'indifférence.

Dans la Brume est comme trop de films de genre français : on salue la tentative plus que ses qualités réelles. Les critiques l'avouent à moitié, du reste. La question du cinéma de genre au niveau national, le spectateur lambda s'en tape. Il veut juste voir un bon film sans prendre en compte sa nationalité.

Simon Riaux - Rédaction
12/04/2018 à 15:53

@Timo
Le film n'a pas été montré à la presse, et les rares à l'avoir rattrapé le mercredi ont publié des critiques bonnes, voire excellentes.
Le film a été lâché en rase campagne par son distributeur, mais surtout par les exploitants, qui ne l'ont pas montré, exposé, ont renoncé à bcp d'écrans avant de le reléguer dès sa sortie dans de toutes petites salles.

Voilà qui explique en grande partie son échec.

Plus
votre commentaire