Creepy : Critique sociopathe

Mise à jour : 21/11/2017 19:33 - Créé : 14 juin 2017 - Christophe Foltzer

Kiyoshi Kurosawa fait partie des grands noms de l'horreur japonaise, parce qu'à l'époque où nous étions en pleine mode des Ring et autres Ju-On, il a fait probablement l'un des films les plus terrifiants tout en étant l'un des plus suggestifs : Kaïro. Et tout de suite, cela force le respect.

Affiche
20 réactions

Il y a du génie dans le cinéma de Kiyoshi Kurosawa, ça nous le savons depuis quasiment 20 ans, mais son approche est tellement particulière qu'elle exige une concentration de tous les instants ainsi que beaucoup de patience. En effet, loin des canons modernes, Kurosawa tisse un cinéma empreint de symbolisme, à la limite du contemplatif, avec une économie évidente de parole et un rythme d'autant plus lent qu'il en devient fatal pour ses personnages. Car, encore une fois, tout semble également fonctionner sur la notion de temps dans Creepy, dans une forme qui convoque à la fois le spectateur et ses personnages, complices tout autant que victimes de ce qui se déroule à l'écran.

C'est avec un grand plaisir que l'on constate que Kurosawa a décidé de revenir à ses premières amours, le polar, genre qui l'avait révélé en 1997 avec Cure dont le film qui nous intéresse aujourd'hui entretient un certain nombre de rapports dans la mise en forme et les thématiques. Là encore, Kurosawa sonde l'esprit humain dans ce qu'il a de plus horrible, dans ces endroits où les petites lueurs d'espoir résistantes aux ténèbres s'éteignent à tout jamais.

 

Photo Hidetoshi Nishijima

 

Et c'est en adaptant le roman éponyme de Yutaka Maekawa que le réalisateur revient aux fondamentaux. Ici, nous suivons les obsessions morbides de Takakura, ancien policier qui, après un drame, déménage dans un quartier paisible avec sa femme, Yasuko, pour donner des cours de criminologie à la fac du coin. Voulant faire bonne impression, Yasuko entraine son mari à la rencontre de leurs voisins, plutôt acâriatres et repliés sur eux-mêmes mais leur rencontre avec leur voisin de palier, Nishino, va quelque peu les étonner, l'homme étant particulièrement mystérieux et imprévisible. En parallèle, Takakura, parce qu'il s'ennuie, déterre un vieux crime non résolu du coin et entend bien l'élucider.

 

Photo

 

MON VOISIN ROTOTO

La terreur à domicile, l'Autre de proximité, autant de thèmes archi rebattus au cinéma qui n'auraient que peu d'intérêt si un véritable réalisateur ne s'attaquait à la question. Et à cet exercice, Kurosawa excelle, dans son portrait misérable et fataliste d'une humanité désenchantée et inhumaine, totalement à la merci de ses pulsions parce que coupée de ses affects. On y parle de beaucoup de choses dans Creepy, du regard de l'autre, de regard sur soi, de regrets, d'apparences, de frustrations et de fascination morbide, mais nous retiendrons surtout la démonstration de la manipulation exemplaire et terrifiante qui est à l'oeuvre dans ce film.

 

Photo Creepy

 

En effet, avec son talent habituel, Kurosawa parvient à créer deux figures dominatrices, froides et dangereusement inhumaines qui jouent sur l'affect comme avec des pions dans un jeu de dames. L'affrontement par personnes interposées, la manipulation, les faux-semblants, tout y est brillamment exposé, traité, analysé et rendu de façon cinégénique. Le "grand méchant" de l'histoire, simple en apparence, risque fort de marquer les esprits tant cela fait longtemps que nous n'avions pas vu un tel concentré de perversion ordinaire et banale. De ce point de vue, Creepy est une réussite.

 

Photo Hidetoshi Nishijima

 

Malheureusement, pareil étude a forcément un prix, et c'est celui de l'exigence. Si au niveau de la mise en scène, du scénario et du jeu des acteurs, il n'y a rien à dire, la plus grosse faiblesse du film se situe dans son rythme, lent donc, et sa durée qui paraitra excessive puisqu'elle atteint quand même 2h10. Nous aurions bien enlevé 20 minutes assez aisément, surtout dans le dernier acte du film qui, lorsqu'il a révélé son secret perd quelque peu en intensité, intensité qui revient heureusement lors d'une conclusion déchirante et magnifique qui rattrape ces quelques égarements.

 

Affiche

 

 

Résumé

Exigeant avec son spectateur et lent par instants, Creepy n'est pas à mettre entre toutes les mains et il faut connaitre un minimum l'oeuvre de son réalisateur pour vraiment l'apprécier. Mais, pour les initiés, le voyage vaut le détour, une plongée dans les ténèbres humaines comme seul Kurosawa peut nous l'offrir.

commentaires lecteurs votre commentaire !

Tim 02/07/2017 à 14:17

Je trouve quand même que le film joue sur beaucoup de facilités scénaristiques. Ce qui, pour ma part, fait de l'ombre à cette "manipulation exemplaire" dont vous parlez.

Kean 14/06/2017 à 20:05

On est d'accord.
Le rythme est similaire parfois a son magnifique et sous=estimé Charisma.

MystereK 14/06/2017 à 16:30

Excellent film, sans effet accrocheur, tout en nuance.

votre commentaire