Battle of the Sexes : critique féministe

Créé : 25 novembre 2017 - Alexandre Janowiak

Présenté début septembre lors du festival de Telluride, La Bataille des Sexes retrace le match de tennis légendaire entre la joueuse Billie Jean King et l'ancien champion Bobby Riggs. Onze ans après Little Miss Sunshine, il signe aussi les retrouvailles entre Steve Carell et le duo de réalisateurs Jonathan Dayton - Valerie Faris au cinéma.

Photo Emma Stone, Steve Carell
14 réactions

JEU…

Pour leur troisième collaboration cinématographique, Jonathan Dayton et Valerie Faris changent totalement de registre avec Battle of the Sexes. Après leur super comédie dramatique Little Miss Sunshine, présentée en 2006 à Sundance, puis leur comédie romantique Elle s’appelle Ruby en 2012, le duo revient avec un challenge biographique.

Décrit comme une comédie sportive par son distributeur, le long-métrage concourt dans la catégorie comédie ou musical pour les Golden Globes, et malgré de nombreuses touches humoristiques, Battle of the Sexes surprend au fil des minutes par son sérieux. Là où le match de tennis entre deux légendes du sport était la finalité de Borg / McEnroe, le match qui voit s’affronter Billie Jean King et Bobby Riggs est uniquement un moyen pour Battle of the Sexes. Car si le match retranscrit par Jonathan Dayton et Valerie Faris est au cœur du récit, ce sont ses enjeux politiques et ses conséquences sociales qui intéressent le duo. Un choix cinématographique qui permet de donner une vraie ampleur à leur long-métrage.

 

Photo Steve CarellLe match King vsRiggs aurait été regardé par 90 millions de personnes à travers le monde en 1972

 

SET…

Lors d’innombrables interviews promotionnelles, le duo n’a cessé d’expliquer que l’affrontement présidentiel entre Clinton et Trump était à l’origine du film. Sans même en être informé, il est impossible de ne pas voir l’évidente comparaison Clinton-King versus Trump-Riggs dans Battle of the Sexes. D’un côté, une femme progressiste, pour l’égalité des sexes, l’égalité salariale, les droits LGBT... De l’autre, un homme sexiste, provocateur, prétentieux, machiste et showman.

Ce parallèle confère ainsi une aura profondément actuelle au long-métrage des réalisateurs américains. Car si le match se déroule en 1972, toutes les thématiques féministes et sociales qu’il dépeint ont une résonance particulière à notre époque, d’autant plus en pleine affaire Weinstein. Mieux : le film réussit surtout à avoir une signification impérissable qui lui évitera de subir les affres du temps.

 

Photo Emma StoneUn combat porté par la sublime Emma Stone

 

… ET MATCH

Si ce sont finalement les intentions politiques du scénario écrit par Simon Beaufoy (Un jour dans la vie de Billy Lynn, Slumdog Millionaire) qu’il faut principalement garder en tête, Battle of the Sexes reste également un excellent divertissement. La mise en scène du duo n’a rien d’extraordinaire mais les talentueux Linus Sandgren à la photographie (oscarisé pour La La Land) et Nicholas Britell à la composition (Moonlight) viennent sublimer l’ensemble de l’œuvre. Les fans du sport de raquette seront comblés, le tennis a rarement été aussi bien filmé au cinéma notamment lors de son dernier quart éblouissant.

L’excellente Emma Stone, dans le rôle le plus profond de sa jeune carrière, et Steve Carell, au top de sa forme dans une partition qui lui colle à la peau, portent, eux, le film sur leurs épaules. Le très joli casting qui les entoure (Andrea RiseboroughSarah SilvermanBill Pullman ou encore la trop rare Elisabeth Shue), réalise également un sans-faute.

Finalement, et à l'image du sous-titre de son affiche, on peut dire que le pari est réussi pour Battle of the Sexes. Reste à savoir s'il marquera l'histoire du cinéma. Une chose est sûre, ses propos font partie de l'Histoire avec un grand H.

 

Affiche

Résumé

S’il est un superbe divertissement sportif, Battle of the Sexes est surtout un pamphlet politique et féministe au message intemporel porté par un casting brillant.

commentaires lecteurs votre commentaire !

Aucun commentaire.

votre commentaire