La Momie : la critique qui embaume

Simon Riaux | 7 juin 2017

Universal souhaitant emboiter le pas à Disney et Warner, qui travaillent depuis quelques années à déployer les univers étendus Marvel et DC Comics, le studio s’est penché sur son catalogue afin de déterminer quelles « marques » pouvaient se prêter à ce type de traitement. Les Universal Monsters (série de célèbres films d'horreur, entre les années 20 et les années 60) sont les heureux élus du processus industriel, et leur ambassadeur n’est autre que La Momie : le blockbuster avec Tom Cruise est ainsi le premier volet du Dark Universe d'Universal.

Photo
205 réactions

MOMIE BEGINS (again)

La firme avait tenté une première fois de transformer ses créatures en Avengers de l’horreur avec Dracula : Untold, dont le ratage commercial et artistique en 2014 n’a pas entamé les velléités de l’entreprise. Universal a tenté d’apprendre de son échec. Mais si des leçons ont été tirées, on n’est pas certains que ce soient les bonnes.

Oubliez Imhotep et la tronche de linceul de Boris Karloff : la momie qui nous intéresse aujourd’hui est une femme prénommée Ahmanet. Adieu corps putrescent, au revoir silhouette massive et impavide, c’est Sofia Boutella (Kingsman, Star Trek Beyond, Atomic Blonde), qui se glisse sous les bandelettes. On s’en réjouissait, espérant que ce changement de sexe renouvellerait également le mythe. On tenait là la promesse d’une interprétation beaucoup plus physique et dynamique, que justifiait le choix de son athlétique interprète.

 

Tom Cruise teaser

Ahmanet, ou l'amour vache

 

Mais hélas, cette momie n’a jamais été pensée comme une menace à proprement parler et encore moins comme un monstre iconique du cinéma révéré depuis 1932. Non, Sofia Boutella ne sert ici que de faire-valoir à son antagoniste masculin, devenu un obscur objet de désir, puisque même le mal absolu ne peut que défaillir devant l’anatomie triomphante de notre héros et son invincible sens du cool. En effet, La Momie n’est pas tant la renaissance attendue d’une des plus saisissantes images du cinéma qu’un véhicule dont la star s’échine à prendre le contrôle

En témoigne le premier acte du film, où un Tom Cruise métamorphosé en Nathan Drake du pauvre mitraille de l’islamiste en gigotant de toits en toits, sous un déluge de punchlines et de vannes pataudes, voire gentiment sexistes. La star s'enlise aux côtés de son personnage informe, disloqué par sa volonté de toujours incarner un mélange de positivisme et de cool atitude en contradiction totale avec l’ADN horrifique du projet, devenu curieusement anachronique. La star se mue en une version javelisée du Michael Douglas d'À la poursuite du diamant vertégarée en plein désert.

 

Tom Cruise

Une cascade spectaculaire, mais hors sujet

 

TOM OF THE DEAD

Deux films s’affrontent au sein de La Momie et malheureusement, tous deux sont ratés. D’un côté : un film d’aventures bas du front, qui fait son possible pour recycler ce qu’une armada de commerciaux en goguettes ont identifié comme relevant du « cool » (Uncharted, des avions qui explosent, une origin story calquée sur la recette Marvel). De l’autre : un simulacre d’horreur gothique, nettoyé à la javel pour ne pas effrayer les enfants.

Les contrastes esthétiques, thématiques et rythmiques qui ébranlent le film – parfois au sein d’une même séquence – sont si évidents et contreproductifs, qu’on n'est pas loin de penser que la post-production de La Momie a été apocalyptique et aura amené le studio à transformer plusieurs fois le film au gré des attentes des exécutifs. Second couteau repiqué sans vergogne du Loup-garou de Londres, Vail (incarné par Jake Johnson) est l'un des personnages les plus problématiques, tantôt éjecté du récit, tantôt intégré aux péripéties au forceps, révélant au passage la schizophérnie du projet.

 

Photo Jake Johnson

Quand Tom Cruise se balade du côté d'Uncharted

 

Des revirements qui se sentent jusque dans le montage du film, lorsque d’une scène à l’autre des personnages préalablement réunis se retrouvent inexplicablement isolés, ou quand, au sein d’une situation désespérée, un Deus Ex Machina apparaît sans justification aucune à la faveur d’un plan d’insert grossier pour indiquer une issue. Tout concourt ici à un sentiment de précipitation et d’impréparation, comme si chaque comédien, chaque chef de poste du projet s’efforçait de travailler sur un film différent, maladroitement ajusté à posteriori.

 

Photo Annabelle Wallis

Annabelle Wellis : Lara Soft

 

PRODIGIUM IN RECTUM

Aussi effrayant qu'un épisode de Dora l'Exploratrice et techniquement déficient, le film pouvait espérer sauver les meubles avec son univers étendu. Certes, personne n’a envie de voir les Universal Monsters transformés en Avengers du pauvre, mais l’idée recèle néanmoins un fort potentiel pulp. Sauf qu'ici aussi, c’est un désagréable amateurisme qui prime.

 

russell crowe

Dr. Jekyll et M. heu...  Mr quoi exactement ?

 

Prodigium, l’organisation qui entend contrôler les forces du mal, n'est qu'un S.H.I.E.L.D. rabougri et ne nous offre qu’une nouvelle incarnation d’un gendarme du monde, totalement à côté de la plaque dans le cadre d’une franchise qui voudrait justement mettre les ténèbres en haut de l’affiche. Quant à Russell Crowe, son Mister Hyde évoque plus un Australien couperosé un peu trop porté sur le saucisson de crocodile que le double transgressif d’un lord anglais. Rien de vraiment surprenant ici, Crowe étant lui aussi assujetti à l’icône Cruise et ne pouvant prendre risque de lui faire de l’ombre.

C’est dans son dernier acte éparpillé entre climax mollasson et univers détendu que le film révèle l’hypocrisie avec laquelle il aborde sa matière première. L’objet n’est ici ni la Momie, ni les bébêtes qui suivront (L’Homme Invisible, la créature de Frankenstein et du Marais, évoqués au détour d'un plan) : c'est la création d’un super-héros poussiéreux, prolongement direct de Cruise lui-même, être immortel capable de tordre le récit à son seul bénéfice, quitte à abandonner le spectateur dans les tréfonds d'un tombeau Hollywoodien.

 

Affiche

Tom Cruise = La Momie 

Résumé

En lieu et place de la réinvention d'un des plus grands mythes du fantastique, Universal s'égare avec ce véhicule piraté par un Tom Cruise, aussi mal à l'aise en aventurier rigolard qu'en victime d'une malédiction ancestrale.

commentaires lecteurs votre commentaire !

miaoumiaou
15/06/2017 à 10:54

Je vais me faire des nouveaux amis encore.....J'ai bien aimé ce film, un film d'aventure en somme, avec un brin d'humour. Le duo Annabelle Wallis - Tom Cruise marche bien. JAke Johnson en zombie est marrant comme tout. La momie n'est pas effrayante pour un sous mais bon quand on veut faire du grand public.....l'horreur n'est plus horreur.
La 3D est encore une arnaque. J'ai vu que deux-trois bons films 3D en 2017, Le roi Arthur, baby boss et les Gardiens 2.
J'ai trouvé en matière de film aventure qu'il était plus divertissant que le nouveau Pirates.Bref chacun ses gouts. J'ai plutôt bien aimé...Allez Lundi Baywatch....

postman
14/06/2017 à 16:58

Vu et, effectivement, c'est pas terrible. Je ne peux pas en dire plus, j'ai déjà oublié...

zanzibar_007
09/06/2017 à 17:01

"Tout concourt ici à un sentiment de précipitation et d’impréparation, comme si chaque comédien, chaque chef de poste du projet s’efforçait de travailler sur un film différent, maladroitement ajusté à posteriori."

ça c'est le genre de liant de l'ordre du détail, mais tellement important dans un récit. Bref je n'ose imaginer le résultat final si c'est le cas, ne l'ayant aps vu, et n'en attendant rien, quand quelqu'un qui voit un nombre certains de films dit ça, ça craint, généralement.

Terminéator
09/06/2017 à 13:18

Pour la petite info comme tout le monde en parle . La scène de l'avion a été tournée à Bordeaux

Kolby
09/06/2017 à 12:32

@asher
Tu ne mettra pas la faute sur Tom cruise qui est mis en avant et tu ne parleras pas de son ego sur dimensionner non non plus.
Accuse plutôt la production, le scénariste ou encore le reasitateur qui le mettent en avant plutôt que...

Kolby
09/06/2017 à 12:20

Comme je le disais tantôt, je ne voudrai pas être la risée de mon propre commentaire. Je préférerais regarder d'abord le film avant de commenter

tenia
08/06/2017 à 20:41

'Tain, entre le moment où je vais sur RT et le moment où je vais sur la page The Mummy, le film est passé de 22 à 21% de critiques positives. C'te lol en barre.

Le film aura quand même quelque chose pour lui : sa bande annonce fuitée sans aucun design sonore, probablement ce qu'on retiendra de mieux du film.

Chris
08/06/2017 à 17:20

J'ai bien aimé Dracula: Untold moi, donc je me ferais mon avis sur la Momie, la BA donne envie en tout cas.

Greg
08/06/2017 à 16:24

Beaucoup de Trolls sur les forums d'Ecran Large !! ^^

"Tom Cruise est enorme dans le film et les effets spéciaux magnifique LE DARK UNIVERSE démarre fort !!!! Kiel film hate de voir le prochain . Ecranlarge encore frustré de voir un film changer de métier kiss"

Euh.... Tom Cruise fait le minimum syndicale, juste il nous prouve qu'à 50 piges il est encore bien gollé avec une scène à oilpé (pour ceux/celles que ça intéresse). Les "effets spéciaux magnifiques", c'est une blague ?? Il n'y a qu'une seule scène réellement spectaculaire, le crash aérien (qui n'est pas un plan séquence si c'est ce dont parlait un des trolls ici présent), tournée en condition réelle, et dont on a déjà tout vu dans la bande-annonce.
Pour le reste, une tempête de sable façon La Momie de Stephen Sommers (qui était bien plus divertissant au passage !), des genre de "zombies" pas effrayants pour 2 sous, et une semi-transformation pour Crowe, là aussi déjà vue dans les trailers...
Quand à la "mise en scène élégante" vendue par ce même troll... Le fait qu'il n'y est pas de mise en scène, ne la rend pas élégante ! On dirait une critique façon agence immobilière !! La mise en scène de ce film est aussi "élégante" que le studio moisi qu'on t'a vendu est "plein de charme" !!

Et pour le dernier troll, Vlad, qui n'a sans doute pas vu le film... Il n'y a pas de scène post-générique ! Donc pas la peine d'attendre Dracula ;)

julien2238
08/06/2017 à 15:52

le problème c que tom cruise est comme vin diesel, il produit en plus de jouer est du coup ya que leurs personnages qui comptent, ils prennent le contrôle de leurs films! ca affaiblit des films qui pourraient etre plus digestes en s"interessant a plus de personnages!

Plus

votre commentaire