Vaiana, la légende du bout du monde : critique qui prend l'eau

Christophe Foltzer | 24 décembre 2017 - MAJ : 06/01/2019 16:14

Vaiana, la légende du bout du monde n'est pas n'importe quel film Disney puisqu'il s'agit de la nouvelle réalisation de Ron Clements et John Musker, les papas de La Petite SirèneAladdin et La Princesse et la grenouille. Et c'est un détail très important.

Affiche
94 réactions

LE GRAND BLEU AVEC UNE CHAUSSURE NOIRE

Comme toutes les héroïnes Disney, Vaïana s'ennuie ferme sur son île du Pacifique Sud et rêve de parcourir les mers alors que son père, le chef du village le lui interdit pour préserver la communauté des hypothétiques menaces du monde extérieur. Mais lorsque l'île commence à être atteinte par un mal étrange, la jeune femme prend son courage à deux mains et s'embarque dans une aventure qui va la transformer à jamais.

En chemin, elle devra retrouver Maui, un demi-dieu imbu de lui-même et le convaincre de la suivre pour réparer un tort qu'il a lui-même causé il y a fort longtemps. Au programme : un poulet suicidaire, des pirates en mode Mad Max, un crabe géant qui se croit à Broadway et un démon fait de lave particulièrement énervé. Bref, tout ce qu'il faut pour faire une grande aventure.

 

Photo VaianaPour petits et grands !

 

Ce qui marque tout de suite dans Vaiana, la légende du bout du monde, c'est l'excellence technique de l'ensemble, réellement impressionnant. Il n'y a qu'à voir l'une des premières scènes avec l'héroïne encore bébé et son premier contact avec l'océan pour en saisir toute la magie et la portée émotionnelle. Si depuis qu'il est passé à la 3D, le Studio Disney a fait des merveilles, on peut sans conteste affirmer qu'avec ce film, il livre son travail le plus abouti. Le plus magique aussi. Vaiana, la légende du bout du monde alterne ainsi les morceaux de bravoure et des moments plus contemplatifs mais tout aussi magnifiques qui marqueront durablement le spectateur et le plongeront dans une ambiance si particulière et douce qu'elle durera encore plusieurs heures après la fin de la projection.

 

Photo MoanaLa lumière ici est particulièrement impressionnante

LAME DE FOND

Mais la grande force du film, c'est évidemment son propos qui semble enfin s'écarter des canons du genre. Comme on pouvait s'y attendre, l'histoire nous parle encore d'une ado qui s'ennuie, qui veut s'émanciper, avec la sempiternelle chanson qui présente ses désirs enfouis en montant dans les aigus, bref, les fans de La Petite Sirène y retrouveront sans conteste leurs marques. Mais les deux réalisateurs ont également fait Aladdin et de ce fait, Maui peut s'apparenter à une nouvelle version du génie, du moins au tout début. Car, en effet, conscients des lieux communs qu'ils sont en train d'utiliser, les réalisateurs pervertissent rapidement ces conventions en déplaçant légèrement le curseur, suffisamment pour apporter un petit vent frais sans déconcerter le public.

Ainsi, Vaïana refuse son statut de princesse (et par extension, de Princesse Disney), il n'y a pas d'histoire d'amour ni de prince charmant dans le film (ce qui fait un bien fou) et Maui, ce proto-génie de la lampe, trahit immédiatement une fierté et un narcissisme qui le propulsent très loin de nos attentes. Car, en utilisant les ressorts classiques d'un récit Disney, le film nous raconte une toute autre histoire.

 

Photo

Vaiana, la légende du bout du monde est avant tout une quête de soi, un voyage initiatique pour découvrir qui l'on est et ce qui nous relie aux autres. A l'image de la saga Dragons, il n'est pas ici question de partir définitivement de son berceau pour vivre une existence insouciante, mais de s'en écarter provisoirement pour faire son chemin et y revenir en acceptant ses responsabilités. Car, et c'est la grande nouveauté, à aucun moment l'héroïne ne renie son statut de future chef du village et ce qui pourrait passer pour une rébellion adolescente mal digérée prend en réalité un tout autre sens.

Le film nous raconte ce besoin d'ouverture, cette nécessité d'abaisser les barrières, cette obligation d'aller à la rencontre de l'autre, sans quoi aucune évolution, personnelle et collective, n'est possible. Avec en parallèle cette hypothèse un peu folle personnifiée par Maui qui voudrait qu'on ne peut vraiment connaitre et apprécier l'autre qu'en mettant en veilleuse son propre égo. Du coup, c'est le film entier qui prend une toute autre dimension et révèle une profondeur et une richesse que l'on n'attendait pas forcément. Et ça fait du bien.

 

Photo MoanaUne héroïne qui a du cran

 

Mais, Disney oblige, le film n'est pas parfait et comporte un certain nombre de défauts classiques : les parties musicales, sans être honteuses, ne sont pas transcendantes et beaucoup trop fréquentes. L'humour tombe parfois à plat et le film met beaucoup de temps à démarrer. On passera aussi sur quelques raccourcis scénaristiques embarrassant qui pourraient déranger les plus exigeants.

Au final, Vaiana, la légende du bout du monde arrive sans peine à dépasser ces quelques scories pour se révéler être une excellent cru. Profond, intelligent, drôle, sensible et émouvant, il plaira à tous les publics et émerveillera quiconque a encore accès à son coeur d'enfant. Ceux qui pensaient que La Reine des Neiges était le summum du studio risquent d'avoir une sacrée surprise.

Affiche

 

Résumé

Tour à tour drôle, intelligent, épique et émouvant, Vaiana conifrme que le studio Disney est au top de son talent actuellement et qu'il n'est pas prêt de céder sa place. Alors qu'on s'attendait à un petit film sympa sans plus, Vaiana nous met une de ces baffes qu'on accepte bien volontiers. Pire, on en redemande.

commentaires lecteurs votre commentaire !

FafanLeFanu
02/01/2019 à 15:28

En ce qui concerne les parties musicales, je ne sais pas pour la VF, mais en VO personnellement je les trouve excellents.
Ils sont le fruit de la collaboration entre 3 artistes, dont notamment Lin Manuel Miranda (Hamilton, un musical/ rap-opera sur la guerre d'Indépendance acclamé par le public et les professionnels aux US), et l'un des membres d'un groupe de musique néo-zélandais.

En plus la chanson "Shiny" se paie le luxe d'être un hommage (réussi selon moi) à David Bowie, peu de temps après son décès.

lemon
26/12/2018 à 11:08

Mes filles lui mettent 5 étoiles sur 5 et c'est tout ce qui compte

Ken
25/12/2018 à 02:15

6/10

Théo
09/12/2016 à 15:59

A force de dire que des film comme celui ci sont bon, vous perdrez tout crédit en tant que critique de cinéma.

Et j'a beaucoup aimé Zootopie.

mikegyver
07/12/2016 à 19:12

@rarara78:

le succes du film ne tient pas au contenu, mais a sa bande son en fait. Pas vu le film, mais c'est surtout la musique qui ressort.

mes filles ne regardent pas le film, mais le cd a tourné (maintenant moins c'est sur) en boucle a un moment.

amds films
06/12/2016 à 13:41

Très grand disney

Fennec
02/12/2016 à 16:49

"la grande force du film, c'est évidemment son propos qui semble enfin s'écarter des canons du genre (...) il n'y a pas d'histoire d'amour ni de prince charmant dans le film (ce qui fait un bien fou)"

C'est vraiment à la mode ce commentaire sur les films Disney... mais c'est absolument sans aucun fondement.

Il n'y a au final que très peu de films Disney de "Princesses et d'Amour", même s'ils ont excellé dans ce domaine là à plusieurs reprises.

Disney c'est aussi en vrac : Dumbo, Fantasia, Mowgli, Aristochats, Bambi, Pinocchio, Alice, Peter Pan, robin des Bois, 101 Dalmatiens, Merlin, Rox et Roucky, Bernard et Bianca, Basile Détective Privé, Le Roi Lion, le Bossu de Notre Dame, Lilo et Stitch, Frère des Ours, La ferme se rebelle, Les Robinsons, Ralph, Volt, Chicken Little, Big Hero 6, Kuzco, Zootopie... et des dizaines d'autres films sur autant de thématiques diverses.

Bref une liste longue, très hétéroclite.

Une liste qui contient aussi quelques princesses qui épousent des princes, mais en minorité, en fait...

alex
02/12/2016 à 00:53

J'ai lu la critique avant de voir le film et j'ai été déçu, alors oui techniquement c'est beau mais ça manque d'âme, tout est rapide, le timing est mal réparti. La morale naturaliste est trop sous entendue et imagée pour être comprise des plus petit et pas assez développée pour les grands. Même les incessantes chansons sont un peu lourdingues à la fin, et les persos secondaires un peu effacés.
Une belle démo technique qui n'a malheureusement pas la poésie et la profondeur de ses ancêtres.

Pseudo
30/11/2016 à 13:04

Vaiana est vraiment pas top. Hallucinant visuellement, mais le reste est creux. Très déçu.

maxleresistant
30/11/2016 à 09:08

Entre Zootopie, Le monde de Dory, Peter et Elliot le dragon et maintenant Vaiana, Disney a sortit beaucoup de film cette année.
Mais difficile de s'en plaindre lorsqu'on passe de si bons moments à les regarder...

Dommage pour la déception du BFG par contre.

Plus

votre commentaire