Le Congrès : Critique

Créé : 16 mai 2013 - Vincent Julé
Image 648573
0 réactions

Après avoir inventé le documentaire animé avec Valse avec Bachir, le réalisateur israélien Ari Folman continue son exploration et son expérimentation de l'animation dans Le Congrès, adapté d'un roman de Stanislas Lem (Solaris). Librement adapté, puisqu'au professeur Ijon Tichy, le film préfère l'actrice Robin Wright. Il n'y sera donc pas question de futurologie mais de cinéma, ni de dystopie mais d'Hollywood. A moins que ce ne soit la même chose.

 

Image 648568

 

Dans un futur proche, Robin Wright se voit proposer par la Miramount d'être scannée afin que son image puisse être librement exploitée dans tous les blockbusters de la compagnie, sans qu'elle n'ait à tourner. Elle aura juste à disparaître pendant 20 ans, pour revenir en tant qu'invitée d'honneur au Congrès Miramount-Nagasaki. Si le portrait au vitriol qui est fait du Hollywood des studios n'est pas des plus subtils (Miramount ?), il reste réjouissant dans sa manière d'invoquer la carrière et la vie de la vraie Robin Wright ainsi que des stars, sous la forme d'un rôle (Harvey Keitel, Danny Huston) ou d'un clin d'oeil (Michelle Williams, Nicole Kidman). Mais la mise en abyme n'est convaincante que lorsqu'elle met en scène ce fameux « scanner », qui n'est autre que la Light Stage 5 utilisée par Alfonso Cuaron pour Gravity. Présentée à la fois comme l'avenir (à raison) et la fin (à tort) du cinéma, elle permet de questionner l'identité et la vérité des images. Et au film de basculer dans l'animation.

 

Image 648569

 

Bienvenue à Toonville, serait-on alors tenté de chanter. Mais c'est plutôt du côté du Paprika de Satoshi Kon ou du Fritz le chat de Crumb et Bakshi qu'Ari Folman veut lorgner, travaillant les formes, les couleurs, les visions comme autant de révélateurs du live, du fake. Sauf qu'au final, le cinéaste bouscule moins le regard du spectateur qu'il n'assène le sien, pessimiste, solennel, démagogique. Il ne croit plus en l'avenir. Et nous, un peu moins en sa proposition.

Résumé

commentaires lecteurs votre commentaire !

Aucun commentaire.

votre commentaire