Critique : Yeux bandés (Les)

Thomas Messias | 7 janvier 2008
0 réactions

Il est toujours étonnant de constater comme un même postulat peut aboutir à deux films fondamentalement différents. Ainsi, Les yeux bandés partage son point de départ avec L'humanité, le film de Bruno Dumont. La grisaille du Nord, un viol, une enquête, des tensions. Évidemment moins radical que Dumont, Thomas Lilti semble néanmoins emprunter un chemin voisin, favorisant l'atmosphère à l'investigation, n'utilisant l'affaire policière que comme une façon de révéler la vraie nature des hommes. Le film suit un homme qui, apprenant que son frère adoptif est soupçonné d'être un tueur et un violeur, décide non pas de tenter de le disculper, mais simplement de comprendre pourquoi il serait plus coupable qu'un autre. La mise en scène est posée, efficace, bien troussée, avec un joli travail sur le son.


Lilti installe plutôt bien une ambiance âpre et tendue, dont on sent qu'elle pourrait tourner façon Chiens de paille. Ne néglige aucun personnage secondaire. Puis se focalise peu à peu sur le vrai noeud du film, le face-à-face entre les deux frères qui cherchent encore et toujours à s'apprivoiser. C'est à partir de là que le film commence à se casser la figure, perdant son rythme et sa crédibilité. D'abord parce que la prestation de Guillaume Depardieu est proprement grotesque, ce qui est suffisamment rare pour être souligné ; ensuite parce qu'il devient alors très clair que l'auteur-réalisateur ne sait absolument pas où il va. Il multiplie les flashbacks avec une insistance plutôt grossière et ne renoue jamais avec la sobriété qui caractérisait le début du film. On le sent alors très tenté à l'idée d'une fin-choc, et puis finalement non, à moins que, et cette hésitation permanente mène vers un dénouement désorienté et sans réelle signification, laissant une dernière impression négative à l'issue d'un film qui n'a pas vraiment tenu toutes ses promesses.

Résumé

commentaires lecteurs votre commentaire !

Aucun commentaire.

votre commentaire