Johan van der Keuken - Coffret 1

Date de sortie 01/01/2005 (06h37) Titre original Johan van der Keuken - Coffret 1 Réalisé par Johan van der Keuken Avec - Genre Documentaire Nationalité Pays-Bas

Critique Ecran Large

Lecteurs

Votre note ?

Synopsis Johan van der Keuken - Coffret 1

Disque 1 :

- I LOVE $ : New York, Genève, Hong-Kong, Amsterdam sont des plaques tournantes de l'économie mondiale. L'argent y circule et tandis que la pauvreté est omniprésente dans les rues de New York, la richesse est bien protégée derrière les façades propres de Genève.
- BEAUTY : Le monde de rêve d'un espion fasciste : Beauty. Il se détruira en voulant imposer un ordre uniforme et fonctionnel.
- UN MOMENT DE SILENCE : Ce film, réalisé avec des moyens extrêmement modestes, est l'un des premiers travaux autonomes de Johan van der Keuken.

Disque 2 :

- L'OEIL AU-DESSUS DU PUITS : Que reste-t -il d'une culture vieille de mille ans en Inde? Van der Keuken explore l'histoire orale; l'enseignement des traditions musicales, de danse et de rites sacrées du hindouisme; ainsi que la vie sociale au XXe siècle.
- LUCEBERT, TEMPS ET ADIEUX / UN TRIPTIQUE DE JOHAN VAN DER KEUKEN : Lucebert, Temps et Adieux, est composé de trois films courts sur le peintre et poète hollandais, Lucebert.
- LA QUESTION SANS RÉPONSE : Poème didactique sur la mécanique (ou plutôt sur "l'organique") de la mémoire, et donc du cinéma.
- ON ANIMAL LOCOMOTION : ce film dont le titre a été emprunté à l'œuvre d'Edward Muybridge, photographe et précurseur du cinéma, a été réalisé dans le cadre du projet Hexagon : six compositeurs néerlandais inspirent six cinéastes.

Disque 3 :

- FACE VALUE : Refusant la linéarité du récit, le cinéaste propose une véritable polyphonie des apparences, une cartographie de visages, reflet d'une Europe imaginaire et partielle, entre Londres, Marseille, Prague, et les Pays-Bas.
- LE MASQUE : A l'occasion de la célébration du bicentenaire de la révolution, Johan Van der Keurken vient réaliser un film sur la France de l'égalité, de la liberté et de la fraternité. Plutôt que de s'attarder sur les festivités, son regard s'attarde sur la foule du métro, et s'arrête sur ceux qui restent sur le quai.