Justice League vs. the Fatal Five : critique temporelle

Christophe Foltzer | 3 avril 2019

DC Comics continue en animation ce qu'il échoue à réaliser au cinéma : exploiter de façon efficace ses licences dans de nouvelles aventures. Après un Règne des Supermen qui avait plus qu'agréablement surpris, c'est au tour de la Justice League d'être au centre d'un nouveau long-métrage d'animation : Justice League vs. the Fatal Five.

Affiche officielle
44 réactions

TOUCHE PAS À MON SUPER POTE

En matière d'animation, DC Comics n'a plus rien à prouver. Avec une cadence régulière d'environ un nouveau film tous les six mois, l'univers DC n'a jamais été aussi prolifique et mieux représenté qu'actuellement, ce qui nous réserve toujours de sacrées surprises. En effet, plutôt que de se cantonner à nous raconter des histoires ultra connues, le studio préfère diversifier son offre et explorer ses personnages les moins populaires.

 

photo Fatal FiveJessica Cruz, le coeur de l'histoire

 

Cette évidence n'aura jamais été aussi vraie qu'avec ce Justice League vs. the Fatal Five puisque le film nous met en scène les Fatal Cinq, créés en 1967 et pas vraiment mis en avant jusqu'à présent dans les déclinaisons animées de cet univers. Un groupe de terribles super-méchants, en provenance directe du 31e Siècle, qui arrivent à eux-seuls à vaincre la Légion des Super-Héros et décident de remonter le temps dans un but mystérieux.

Bon, ok, les Fatal Five ne sont plus que trois mais cela n'enlève rien à leur dangerosité. Star Boy, dans un ultime effort, parvient à se coller à l'appareil et se retrouve lui-aussi au 21e Siècle. Malheureusment, à court de traitement, il perd la mémoire et se retrouve interné à Arkham.

En parallèle, nous suivons Jessica Cruz, nouvelle recrue du Green Lantern Corps, qui a bien du mal à surmonter un traumatisme récent et doute d'être à la hauteur de son rôle. Mais quand les Fatal Five partent à sa recherche, il apparait rapidement qu'elle est la clé de notre avenir. Ou peut-être sa perte.

 

photo Fatal FiveLa Justice League a aussi ses stagaires, mais ils sont moins drôles que notre Elliot

 

Un postulat donc assez original pour un film DC qui n'est pas sans rappeler Terminator mais qui se suit avec un certain plaisir et intérêt, au début toutefois. Pourtant, le film montre rapidement ses limites. Dans sa réalisation tout d'abord puisque l'on s'est rarement retrouvé face à une animation aussi rigide et minimaliste dans un film direct-to-video du studio.

Il n'y a, à proprement parler, aucun réel moment de bravoure qui retient l'attention et si le film rejoint la charte graphique du vieux dessin animé La Ligue des justiciers, à aucun moment il ne dépasse une animation digne d'une série télé confectionnée dans l'urgence. Et quand on voit les précédentes réalisations du studio, c'est un peu dommage.

 

photo Fatal FiveLes Fatal Five au grand complet

 

COMBATTRE LE TURFU

L'autre problème, et il est de taille, c'est son scénario, qui ne passionne jamais vraiment. Si le parallèle entre le traumatisme de Jessica Cruz et l'arrivée des Fatal Five est évident, et intéressant, il n'est jamais correctement traité. La faute à un récit qui s'éparpille beaucoup trop parce qu'il a bien trop de choses à raconter en 1h15 et qu'il ne semble jamais se décider sur ce qui l'intéresse le plus.

On en arrive alors à un gros déséquilibre entre l'arc propre à Cruz, intéressant sans plus, celui de Star Boy, passionnant mais sous-traité, ou encore l'impuissance de la Justice League face à ces nouveaux adversaires, qui aurait mérité un film entier.

 

photo Fatal FiveOk, là, ça craint

 

Les grands perdants, ce sont les Fatal Five eux-mêmes. Impressionnants et parcourus de rapports complexes les uns avec les autres, ils ne prennent jamais vraiment corps. Pourtant leurs pouvoirs semblent gigantesques, leur quête très intéressante dans la mesure où elle amène un point de vue assez inattendu sur leur intimité et que cela aurait constitué une motivation passionnante, et leurs actions se résument à du pan-pan-boum-boum des plus classiques.

On n'a pas l'impression qu'il se passe grand-chose dans le film tant toutes les thématiques sont survolées et que l'on passe d'une partie à l'autre sans un vrai enchainement organique ou naturel. Justice League vs. the Fatal Five ne passionne jamais réellement et on ne peut que regretter que les très belles pistes évoquées ici et là ne mènent jamais vraiment quelque part. Un beau rendez-vous manqué.

 

Affiche officielle

Résumé

Justice League vs the Fatal Five déçoit par son manque d'ambition, son scénario mal maitrisé qui détruit l'aura pourtant importante de ses personnages. On a une sale impression de vite fait, mal fait et on s'y ennuie pas mal. Dommage.

commentaires lecteurs votre commentaire !

Blunote
16/08/2019 à 12:22

La vf est elle bien ?

Lemartien
03/04/2019 à 22:15

Pour moi l'animation est moyenne mais la real est bonne. Jentends que les olans et la dynamique sont tres bons

Flemmard
03/04/2019 à 20:45

Zut

Number6
03/04/2019 à 18:36

Ah mince. J'ai trouvé le diptyque de la mort de superman complètement foiré, notamment le second qui était une purge. Donc si celui ci aussi est mauvais, ça craint.

Negan
03/04/2019 à 14:04

Rarement vu un film d animation DC aussi moche et ennuyeux une belle perte de temps

votre commentaire