Escape Game : sous-Saw-critique

Créé : 30 janvier 2019 - Geoffrey Crété

Des gens enfermés dans un labyrinthe truffé de pièges diaboliques, à la recherche d'une sortie, sans comprendre ce qui leur arrive : toute ressemblance avec Saw et Cube n'est pas fortuite. Avec en plus un titre qui surfe sur le phénomène de ces jeux grandeur nature où un groupe doit sortir d'une pièce en résolvant des énigmes plus ou moins tordues, Escape Game est la petite promesse d'un spectacle amusant. 

photo
153 réactions

ISSUE DE SECOURS 

Qu'il existe déjà deux films portant le même titre, avec cet Escape Game (Escape Room en VO) et le médiocre Escape Room sorti directement en vidéo l'année dernière, indique bien que les producteurs ont flairé un éventuel coup. La popularité de ces salles de jeux où un groupe a une heure pour trouver des codes et des clés a inspiré, du moins en surface. Car difficile de ne pas sentir l'espoir de franchise à la Saw dans ce film signé Adam Robitel.

Après s'être fait la main sur les fonds de franchises à succès avec Insidious 4 : La Dernière Clé et Paranormal Activity 5 : Ghost Dimension, le réalisateur se retrouve à la barre d'une nouvelle histoire d'inconnus réunis autour d'un jeu pervers, dont ils ne comprennent ni les règles ni les enjeux avant de voir la mort leur tomber dessus. Le prétexte est ici celui d'un escape game donc, qui commence innocemment avant de vite signaler que la résolution des énigmes est le prix à payer pour survivre, et vite.

Un principe aussi bête que méchant qui vend légèrement du rêve à quiconque apprécie ces films à formule simples à consommer, dont la tonne de clichés est pardonnée grâce à une générosité et une inventivité en matière d'effets et ficelles. En la matière, Escape Room est trop gentillet pour être une franche réussite, mais il est suffisamment efficace pour attirer l'indulgence.

 

photo Aveuglés par le génie des scénaristes (non)

 

RUBIK'S KILL

Intro à sensation qui vend du rêve, et place le curseur du spectacle afin que le spectateur patiente : check. Présentation de personnages aussi sommaire que leur caractérisation (une nerd super intelligente mais introvertie, un mâle alpha poli mais inquiétant ou encore une warrior traumatisée) : check. En quelques scènes, le spectateur habitué au genre captera les signaux. Escape Game n'a pas de grande ambitions, ne changera pas la donne, et se place comme un modeste tour de montagnes russes.

C'est à cette condition, et avec l'indulgence qui va avec, qu'il pourra s'apprécier. En d'autres termes : prendre son mal en patience durant la première partie, afin de pouvoir s'amuser quand le jeu commence. Et la partie sera à peu près à la hauteur. Peurs du feu, du froid, du vide seront alignées les unes après les autres, tandis que le compte à rebours contre la mort prendra diverses formes plus ou moins stupides et réjouissantes. Le décor du bar reste probablement le plus réussi et efficace, offrant quelques sueurs froides pour quiconque est sensible au vertige.

Les transitions sont simplettes, le nombre de pièces et pièges bien trop maigre, et le potentiel d'un escape game trop peu exploité, mais le divertissement à petit frisson est assuré grâce à quelques ficelles amusantes, et une volonté claire de diversifier au maximum les ambiances et menaces. 

 

photo, Deborah Ann Woll Deborah Ann Woll sur un bar perchée

 

PUZZLE DES NEURONES

Mais si le spectateur pourra pardonner la réussite très moyenne de certaines pièces, avec notamment un gros raté qui ressemble à un mauvais clip des années 90, il affrontera bien pire dans la conclusion. Le dernier acte est ainsi un condensé des pires effets et ficelles de mauvais film de genre, avec des révélations, retournements de situation et affrontements ridicules aux airs de vieille série B. Oubliez le sens, la notion d'espace et la logique : ici préside le spectacle, aussi gratuit et bête puisse t-il être.

C'est là que le puzzle devient très clair. Derrière les jeux et les morts, il y a bien un plan diabolique, qui apparaît dans la dernière ligne droite: celui de créer une mythologie aussi simplette et propice à la franchise que Saw et son Jigsaw vengeur et justicier. 

 

photo, Logan MillerQuand le producteur pense avoir trouvé le plan du succès

 

Peu importe si certains personnages ont été sacrifiés et parfaitement négligés, si leurs histoires personnelles si lourdement mises en avant ont une utilité plus que relative, si la logique elle-même semble parfois avoir été enfermée à double tour dans un coffre : Escape Game a de toute évidence les yeux tournés vers l'avenir. Avec son petit budget (environ 9 millions), le succès était quasi garanti, et la prochaine pièce des producteurs semble déjà construite.

Lorsqu'arrive la conclusion du film, le cœur est tiraillé entre un rire gêné face à une telle lourdeur, et une curiosité régressive de voir la suite de ces aventures absurdes. Sûrement la preuve que malgré ses grosses faiblesses, le piège Escape Game a un peu fonctionné.

 

Affiche française

Résumé

Absolument pas fin ou même malin, à peine inventif, Escape Game est pourtant amusant et très efficace dans ses meilleurs moments. Assurément de quoi en faire un bon petit plaisir, simple et sans conséquence.

commentaires lecteurs votre commentaire !

Hanndy
16/03/2019 à 00:44

Pour l'avoir vu, je le trouve très bon des le commencement , on est prit dans le jeu nous même, avec le stress, l'angoisse, et aussi les indices a trouver puis arrive la fin du film et on sent qu'il n'y a plus d’Idée et ça bascule dans le n'importe quoi et nous faire voir une éventuelle suite, bon ça se regarde une fois entre amis puis basta, ça vaut un 6/10

Feel free to stay away
03/03/2019 à 13:53

Trouver le titre d'un film pour gagner 10 000 cacahuètes, voici les indices : procès pour plagiat, pigeons, escroquerie.

ALex
28/02/2019 à 11:48

J'ai failli faire demi-tour en voyant " tout public " après avoir pris mon billet et j'aurais clairement dû ... Ce film n'a aucun intérêt, un film moyen mais gore ou décalé c'est fun mais alors là c'est carrément moi qui avait l'impression d'être pris au piège, rien à sauver.

caribou
27/02/2019 à 20:02

Vu cet aprem en étant le seul couillon dans la salle. Mal m'en a pris. Un nanar a 1000 lieus des films qui l'ont inspirés ( cube ,saw etc..) film pour ados au scénario et rebondissements tirés par les cheveux , et a la ( double ) fin , navrante de stupidité. Un moment d'absence de ma part. ça m'apprendra !

Rorov94
27/02/2019 à 10:35

Ce film est super.
Humble,bien torché (incroyable décors et sfx pour un si petit budget)
Les twist sont sympas.
Moi je le rapproche plutôt de THE COLLECTOR et THE COLLECTION.

Chris
31/01/2019 à 00:09

En gros c'est exactement la même chose que Escape Room sorti il y a moins de 2 ans non?

Geoffrey Crété - Rédaction
14/01/2019 à 23:32

@Adri

Ce n'est pas qu'à votre avis : le réal s'est exprimé à ce sujet et a dit être intéressé.

Stavos
14/01/2019 à 19:25

Ce concept de groupe qui doit re'soudre des pièges mortels pour passer à l'épreuve suivante, c'est pas un peu EXACTEMENT le pitch de "Saw II" ?

Adri
14/01/2019 à 19:07

A mon avis le réalisateur fera le prochain Saw pour 2019

votre commentaire