How It Ends : critique conclusive

Christophe Foltzer | 15 juillet 2018 - MAJ : 15/07/2018 11:21

L'Homme a toujours été hanté par son propre anéantissement, par sa fin annoncée et il a utilisé ce fantasme pour nourrir son art. Alors que les technologies sont à présent suffisamment compétentes pour arriver au plus près d'une réalité certaine du drame, que le monde semble y aller tout droit, Netflix nous prépare à l'inévitable avec How it ends.

Affiche
189 réactions

FURY ROAD

Comme à son habitude, Netflix n'a pas fait grand bruit avec la promotion d'How It Ends de David M. Rosenthal. Une grosse bande-annonce, une ou deux déclarations et puis basta. De toute façon, tout le monde allait regarder pour voir ce que c'est. En l'occurrence, notre sentiment était particulièrement mitigé. Un bon casting certes, mais un trailer qui trahissait déjà un manque de rythme, voire une certaine frilosité du propos. Et puis, il faut dire aussi que les récents exploits du network dans le domaine (The Cloverfield ParadoxCargo) ne nous inspiraient pas forcément confiance. 

 

photo how it endsForest Whitaker et Théo James

 

Pourtant, How it ends cache bien son jeu et possède plus d'une qualité. Que ceux qui cherchent avant tout un actioner bourrin à la Mad Max : Fury Road passent leur chemin, nous ne sommes pas dans cette catégorie. Non, ici, nous assistons à la fin de la civilisation humaine, rien de plus, rien de moins. Et pour cela, nous suivons Will qui se rend à Chicago pour voir ses beaux-parents et demander, la trouille au ventre, la main de sa chérie au terriblement autoritaire Tom. Le repas ne se passe pas très bien mais le matin, quelque chose se produit. Seattle (là où se trouve Sam, sa fiancée qui, pas de bol, est enceinte) subit une catastrophe indéterminée, tout le courant électrique disparait et le phénomène semble se propager au reste des Etats-Unis. Will et Tom décident de prendre la route, malgré la confusion et le danger, pour aller sauver Sam, et régler leurs différents en chemin.

Un postulat des plus classiques donc, qui est habilement détourné dès le départ puisque, alors que nous attendions une confrontation entre les deux hommes et un concours du "c'est qui qui domine", nos personnages passent immédiatement en mode survie et l'expérience passe avant l'audace. Ancien Marines, Tom sait quoi faire, et très vite, le périple se transforme en douloureux apprentissage pour Will qui devra dépasser son statut d'homme moderne un peu effacé et vivant dans sa bulle consumériste pour se transformer en mâle Alpha capable de sauver les siens et rendre les coups. Une approche sympathique qui renforce le lien qui se crée entre les deux hommes, nous réserve quelques belles séquences mais qui, paradoxalement, devient l'un des plus gros points faibles du film.

 

photo theo james

 

THIS IS THE END

En effet, partant de cette base, l'amateur du genre ne sera guère surpris par la suite des événements. Malgré les multiples rencontres et le combat intérieur de Will pour survivre dans un monde qui change brutalement tout en conservant ses bribes d'humanité, le plan est clair dès le départ. Nous savons plus ou moins où nous allons et cela amenuise considérablement l'impact du propos. Cela dit, cette grosse faiblesse s'équilibre grâce au charisme et au talent des comédiens. Theo James est excellent dans les deux versants de son personnage. Forest Whitaker est juste parfait et compose un personnage très subtil, en proie à lui-même, maitrisant sa peur à défaut de la combattre et qui dépasse très vite cette figure de père autoritaire dans laquelle il a été placé au départ. Il en devient touchant, émouvant et une vraie alchimie existe entre eux.

 

photo how it endsVision de cauchemar

 

Dans son déroulé narratif, How it ends accuse aussi de gros temps morts. Volontiers atmosphérique et contemplatif, ses péripéties ne sont pas d'une originalité folle et on déjà été vues et revues partout ailleurs. Pourtant, à notre grande surprise, ce mélange fragile fonctionne à la perfection. Cela est probablement dû à la photographie, magnifique et crépusculaire, du film, à la composition musicale lancinante et mélancolique, tout comme aux nombreux tableaux apocalyptiques que le métrage nous offre. David Rosenthal maitrise son sujet de façon formelle, c'est une évidence, et il s'amuse comme un petit fou. Par contre, on n'en dira pas tant de la dernière partie du film, bien que logique narrativement parlant, qui retombe quelque peu comme un soufflet en rallongeant son discours un peu inutilement et en nous offrant une conclusion plutôt déceptive, tout autant que précipitée.

Si l'amateur hardcore du genre n'y trouvera probablement pas son compte, le spectateur occasionnel saura en profiter. Par les thèmes qu'il aborde, le mystère de sa catastrophe, admirablement bien géré, et sa facture technique sans faille, sans oublier ses comédiens parfaits, How it ends constitue une très bonne initiation au genre post-apocalyptique. Et rien que pour ça, il mérite que l'on reconnaisse ses qualités.

 

Affiche

Résumé

How it ends ne s'adresse pas à tout le monde. Les fans hardcore resteront sur leur faim, tandis que les autres se laisseront volontiers embarquer par ses comédiens excellents et son atmosphère envoûtante. Si la route est un peu longue, le voyage n'en reste pas moins très plaisant.

commentaires lecteurs votre commentaire !

Nino Chilitto
11/04/2019 à 23:35

Bonsoir a tous moi pour ma part j ai beaucoup aimé mais une question m interroge , pensez vous qu il y aura une suite a sa ???

J'ai tous compris
28/03/2019 à 02:28

Yes

Lulu
20/01/2019 à 02:30

Cc
Je pense qu'on nous laisse le choix de la fin du film ?chacun se fait sa propre version nan?
En tout cas soit j'ai rien compris ???? soit tout est possible

Fred
14/01/2019 à 20:46

Regarder le filme The Core et vous comprendrez ce qui ce passe.
Le filme explique très bien ces phénomène ;-)

Pat
06/01/2019 à 17:07

Et personne ne pense à une inversion des pôles?

Benjamin103o
03/01/2019 à 05:40

Lol les ga ne le prenez pas mal mais vous vous êtes endormi avant la fin ou quoi ? Parce que moi je pense que c'est ça'' moi je pense que c'est ça '' ya pas de moi je pense que c'est ça. A la fin quand Will retrouve sa copine et son voisin. Le voisin dit clairement que c'est une simulation Parce que une bombe nucléaire a exploser ce qui a créé un black-out, un tsunami, éruption volcanique et autres mais Will n'y a pas cru et c'est pour ça que le voisin a voulu tuer Will pour lui prouvé et c'est aussi pour ça que le film s'arrete brusquement. Parce que temps que Will n'admettra pas être dans une simulation les catastrophe s'enchaînerons, voilà.

Jojo
31/12/2018 à 00:48

J’ai bien aimé le film, de mon avis il est très bien pour le genre, des scènes très imprévisibles et douteuses, malheureusement la fin m’a déçue, je m’attendais à ce que les mystères qui dure tout au long du film s’éclaircissent, qu’on sache ce qu’ils se qu’il y a derrière ses catastrophes qui transforme le pays en zone de guerre, mais on voit jusye que Will et Sam survivent mais voila c’est tout ce qu’il y a. Mais sinon dans l’ensemble j’ai bien aimé.

zelandine54
20/12/2018 à 13:35

J'ai aimé l’interprétation des personnages et les paysages C'est vrai que c'est frustrant On ne sait pas ce qu'il se passe et on s'imagine qu'ils meurent à la fin C'est évident Mais j'ai passé un bon moment

Dousou2b
12/10/2018 à 03:30

Boofffff décevant dans cette catégorie de film j’ai vu beaucoup mieux !!

Ctoilecon
10/09/2018 à 01:55

Si tu pouvais éviter de ramener des théories du complot et toutes autres bêtises du genre sur un si un site ou les gens viennent pour simplement, discuter, mieux comprendre ou donner leur avis sur le cinéma. Et si c'était une attaque contre le peuple pourquoi est ce qu'il raserait la planète a la fin ??
Rien qu'avec ton commentaire débile tu balances des siècles d'études et de connaissances accumulées sur le sujet que, à l'échelle de ta petite vie, même si tu l'avais consacré a ça, tu ne saurais pas le quart ce qu'il y a savoir. Enfin bref reste dans ton délire qui doit se rapprocher d'un platiste qui malgré tout chercher l'entrée de la terre creuse entouré de reptiliens avec les illuminati au pouvoir, et revois ton orthographe ce te fera pas de mal.

Plus

votre commentaire