Lenny : Blu-ray collector pour Stand-Up terminal

Mise à jour : 24/04/2017 04:08 - Créé : 7 avril 2016 - Simon Riaux

Lenny n’est peut-être pas l’œuvre issue du Nouvel Hollywood qui nous est parvenue la plus auréolée de gloire. Elle n’en demeure pas moins un très digne représentant, auquel Wild Side rend ici parfaitement hommage grâce à une superbe édition.

blu-ray
1 réactions

Lenny retrace l’existence de Lenny Bruce, visionnaire du stand up américain, connu pour ses provocations diverses et variés. Le cinéaste Bob Fosse choisit ici une narration éclatée, qui joue en permanence sur l’ambiguité du faux reportage et de la fiction, organisant un jeu complexe d’allers-retours entre les témoignages de ses proches et la vie du comédien.

Superbement interprété par Dustin Hoffman, Lenny sera aussi l’occasion de redécouvrir Valerie Perrine, comédienne un peu oubliée et trop souvent utilisée pour sa fabuleuse plastique, plus que pour le jeu délicat qu’elle déploie ici. Dans sa composition vulnérable, sensuelle et parfois furieuse, peut se lire une des interprétations secrètes du film, qui fonctionne également comme une continuation du Lauréat. Il n’est pas interdit de voir dans le couple tantôt flamboyant, tantôt carbonisé formé par Hoffman et Perrine un des futurs possibles du duo qu’il format avec Katharine Ross.

blu-ray

On l’aura compris, Lenny est une création trouble, incandescente et complexe, qu’on vous recommande chaudement. Bonne nouvelle, Wild Side lui a offert un écrin éditorial tout à fait digne de ses immenses qualités artistiques. Un film qui détonne, au sein de la carrière, pourtant brillante de son metteur en scène. car si Fosse obtiendra l'Oscar du meilleur film pour Cabaret et la Palme d'Or pour Que le Spectacle commence, il n'est pas incensé de voir dans Lenny un de ses travaux les plus accomplis, capables d'aspirer les influences esthétiques de son temps, tout en portant un genre encore relativement balbutiant (le biopic) vers des sommets d'intensité.

L’image tout d’abord, véritable festin de gris et de noirs particulièrement fidèle au travail accompli par le chef opérateur du film. Maître des basses lumières, Bruce Surtrees a ménagé ici ténèbres et lumières, à la faveur d’un film qui laisse son goût pour la nuance s’exprimer avec délice. Alors que les ombres et les plages luminescentes se mêlent génialement à l’image, la photo du film s’allie avec une rare perfection à la mise en scène à la fois douce et heurtée de Bob Fosse.

blu-ray

En reproduisant fidèlement le grain et en respectant une image éminemment organique, Wilde Side fait de Lenny un superbe objet plastique, témoignage impressionnant des possibilités offertes par le travail de la pellicule. 

Les fétichistes de la photographie, ou tout simplement les spectateurs qui seront restés bouche bée devant la superbe image du film pourront se repaître du documentaire consacré à Bruce Surtees, emmené par Darius Khondji. Un bonus passionnant et passionné.

blu-ray

Concernant le livre de 188 pages, signé Samuel Blumenfeld, nous n’avons pas eu l’occasion de le parcourir, même si un flagrant manque d’objectivité nous pousse à croire qu’il est probablement aussi réussi que les précédents ouvrages que Wild Bunch proposait avec ses éditions les plus prestigieuses.

La chose contenant en plus des photos de Valerie Perrine vêtue assez chaudement pour survivre à une canicule impitoyable, on voit mal comment trouver à redire à la chose. Mais quand bien même, pour ce film devenu trop rare, son image superbe et l’excellent bonus qui l’accompagne, cette édition de Lenny est indispensable (et déjà en vente).

Blu-ray

Résumé

Visuellement somptueuse et artistiquement riche en informations, cette édition rend parfaitement grâce à un beau tour de force, un biopic mélancolique et fiévreux, qu'on vous recommande absolument.

commentaires

Ded 09/04/2016 à 22:43

Si je ne me trompe, il a été le premier à appuyer là où ça fait mal (?!)... En fustigeant "l'Amérique" puritaine, stupide et raciste. Je l'ai vu il y a très longtemps, j'étais jeune... Je ne conteste pas les qualités intrinsèques du film mais les nombreuses allusions, explicites pour le public américain, l'ont rendu assez hermétique à moi, spectateur français...

votre commentaire