Streets Of Fire - Blu-Ray : Walter Hill et la fable rock'n'roll

Florian Descamps | 2 septembre 2015
Florian Descamps | 2 septembre 2015

Aujourd’hui 2 Septembre est un grand jour pour les fans de Walter Hill, puisque sort pour la première fois en Blu-Ray son mésestimé Streets Of Fire, paru en 1984. C’est l’ami Wild Side qui se cache derrière cette sortie et parce qu’il y a (beaucoup) des choses à en dire, on vous parle de l’édition.

Lorsque sort Streets Of Fire à l'été 1984, l'attention des spectateurs est ailleurs. Indiana Jones et le temple maudit occupe les salles depuis déjà 7 jours, le Gremlins de Joe Dante arrive lui à grand pas. La critique n'est en outre pas tendre : elle lui prête régulièrement une idéologie sexiste. Difficile  d'ailleurs de lui donner entièrement tort, tant, reflet de son époque, le film installe et use parmi ses personnages d'un archétype féminin sacrifié, qui menacée par l'antagoniste, qui entre les bras du héros, n'agira que comme femme-objet.


Résumer le film à ce seul postulat serait toutefois une erreur. Sorte de Phantom Of The Paradise de sa décennie, le film convoque nombre de références populaires sur fond de rock'n'roll, de l'allure mythique et esseulée de Dick Tracy à l'imagerie Punk-Rock déjà présente dans Les Guerriers de la nuit du réalisateur. Il se veut une « fable rock’n’roll » et use des moyens pour y parvenir. Ainsi, Hill confie son protagoniste au charmeur Michael Paré, révélé un an plus tôt avec Eddie and the Cruisers de Martin Davidson. L'acteur campe ici un chevalier solitaire, engagé à la poursuite du voyou Tom Cody (William Dafoe). Motard psychotique, Cody vient d'enlever en plein concert la chanteuse-nymphe Ellen Aim (Diane Lane) et compte s'amuser avec elle quelques temps. En somme une relecture assumée du conte littéraire où, n'écoutant que sa morale, le héros vole au secours de sa promise.



 Techniquement, le Blu-Ray de Wild Side s'avère très solide. Si un grain encore trop prononcé et de rares baisses de définition sont à déplorer, c'est à peu près tout. Visuellement très ancré dans la révolution MTV de l'ère Raegan (déjà empruntée par Francis Ford Coppola avec Coup de coeur et Rusty James quelques mois auparavant), l'imagerie du film y est formidablement restituée. Côté son, VF et VO sont en DTS-HD Master Audio 2.0 et restituent de façon tonitruante la bande originale endiablée du métrage. Assurément, les compositions de Ry Cooder y trouvent là un confortable écrin.


Seul supplément du disque, le passionnant documentaire Retour de Flamme : souvenirs de rues de feu, réalisé par Robert Fischer et sa Fiction Factory. On doit à l’homme les remarquables suppléments des éditions Blu-Ray de Blow Out et Deep End chez Carlotta ou de quelques disques Criterion et son travail est ici du même tonneau. Sur plus d’1h20, le module revient ainsi sans langue de bois sur la fourmillante production de Streets Of Fire. Walter Hill, Michael Paré, Amy Madigan et le directeur artistique du film James Allen y échangent de nombreuses anecdotes et reviennent par étapes sur leurs mois en plateau avec beaucoup de générosité. On y apprend le béguin réfoulé de Michael Paré pour Diane Lane, l'hilarité d'Amy Madigan face aux séances de « gonflette pré-scène » de William Dafoe ou encore les raisons qui ont poussé Walter Hill à modifier en dernière minute le personnage de McCoy pour le confier à une femme. Indispensable.

Résumé

Avec cette première réédition Blu-Ray de Streets Of Fire de Walter Hill, Wild Sild signe donc une édition de grande qualité. Techniquement aboutie, éditorialement passionnante, il serait dommage de passer à côté.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires
Flash
02/09/2015 à 09:32

ça ne me rajeunit pas, j'avais vu ce film lors de sa sortie, une bonne série B, avec une révélation en la personne du grand William Daffoe.
Quand à Michael Paré, il a promené sa belle gueule sur quelques rôles avant de disparaître des radars, (un peu comme Diane Lane).

votre commentaire