Test : Summer wars

Tonton BDM | 3 novembre 2010
Tonton BDM | 3 novembre 2010

Quelques années après La traversée du temps, Mamoru Hosoda délivre avec Summer wars une jolie réflexion sur la notion de communauté (opposant avec habileté communauté familiale et virtuelle), qui fait le grand écart entre les scènes de vie de famille et les séquences de baston les plus violentes. C'est drôle, chaleureux, tendre, bien torché, c'est superbement mis en scène, mais c'est un poil chiant tout de même, il manque un petit quelque chose pour qu'on accroche réellement à 100%. Dans le même ordre d'idées, le character design des personnages, très allongé, peut parfois légèrement nuire à des scènes par ailleurs  très réalistes, dans le sens où ce petit détail empêche par moments l'immersion complète du spectateur dans le récit. Cela dit, ce n'est pas tous les jours qu'on tombe sur un dessin animé aussi ambitieux et généreux, et on pinaille sur des petits détails parce que dans le fond, on a bien conscience d'être en présence d'un "grand" film (ou en tous cas de ne pas en être passé bien loin).

 

 

Habitué aux transferts de mangas sur support SD, Kazé connait son boulot et les limites du format. Le rendu est ainsi excellent, mais n'évite pas quelques écueils propres au support : le niveau de détail n'est naturellement pas aussi bon que sur son grand frère Blu-ray, et les fourmillements à l'écran -notamment sur la créature en fin de métrage- ont tendance à pixelliser par moments, même s'il vaut avouer que l'éditeur s'en sort plutôt bien. Mis à part ce petit souci, l'encodage est exemplaire, parfois même proche d'un rendu HD avec un bon upscalling, même si les couleurs paraissent forcément beaucoup plus "fades" qu'en Blu-ray.

Niveau son, le film est proposé en Dolby Digital 5.1 en version française et japonaise. Le rendu sonore est excellent, faisant intervenir avec intelligence toutes les voies sonores ; que ce soit dans les scènes familiales ou les scènes d'action, les enceintes arrières et le caisson de basses sont régulièrement sollicités, et à bon escient.

 

 

Saluons aussi la belle attention de Kazé qui propose une sur-jaquette + une jaquette réversible, c'est à dire trois visuels différents pour habiller le DVD selon son humeur du jour. Disons que ce petit gadget compense un peu l'absence totale de bonus (uniquement présents sur l'édition collector proposant de surcroît un disque Blu-ray), si ce n'est une bande-annonce.

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire