Test : Astro Boy

Julien Foussereau | 8 avril 2010
Julien Foussereau | 8 avril 2010

M6 Vidéo se contente de reporter les bonus présents sur le Blu-ray américain et de les sous-titrés. Ils sont tous diffusés en HD.

Honnêtement, il n'y a pas grand-chose de bien passionnant à se mettre sous la dent. Les voix d'Astro Boy n'est qu'un EPK de plus sur le casting vocal dans lequel on se contente mollement de dire à quel point l'expérience était géniale. À ce petit jeu là, Kristen Bell se révèle la meilleure au point d'avoir envie de lui coller des beignes. On passe les galeries photos trop courtes et sommaires ainsi que le supplément kiddie pour apprendre à se faire avec du gel la coupe pas possible d'Astro.

 

 

 

En guise de saynettes, deux scènes coupées et, fait rare en animation, complètement finalisées dont une présentant un joli petit morceau d'action. Tellement joli que l'on se demande bien pourquoi il ne figure pas dans le montage final. En définitive, les deux meilleurs suppléments sont incontestablement La naissance d'un héros car on effleure des problématiques intéressantes à vouloir transformer le design plat et enfantin de Tezuka en volumes virtuels, et La conception de Metro City qui serait encore plus intéressant s'il n'y avait pas les interventions régulières et inutiles de Freddie Highmore en aimant à gniards.

 

Apport HD : On se doute que si l'interactivité est déjà à se taper la tête contre les murs en Blu-ray, celle du DVD risque d'être peu ou prou la même. Mais, heureusement pour lui, Astro Boy version HD a pour lui une présentation de très grande qualité.

Astro Boy déboule en Blu-ray avec un excellent transfert 1080p / AVC. Même si le trait d'Osamu Tezuka gonflé en volumes infographiques a tendance à plutôt engendrer des personnages lisses, la définition générale se révèle remarquable. Des gratte-ciels de Metro City à la décharge de la Surface en passant par les pointes de gazon « miyazakienne » balayées par les vents, ce disque haute définition sait afficher un magnifique piqué d'image. De fait, c'est davantage par la définition parfaite des textures, propres comme rouillées, et des arrière-plans stables, procurant un beau rendu tridimensionnel, que le Blu-ray tire son épingle du jeu. L'éventail colorimétrique fait également preuve de richesse alternant les teintes pastel, bleutées, pourpres et métalliques avec les couleurs plus roots, organiques et chaudes de la Surface. Astro Boy tient bien le choc dans les moments extrêmes avec du rouge primaire et des contrastes au-delà de tout reproche. Seul bémol, d'occasionnelles petites traces de stratification dans les dégradés et du crénelage dans les cheveux du Dr Tenma. Malgré cela, on a affaire à du bon. À noter que le master est français.

 

  Accédez à la galerie en cliquant sur les captures ci-dessous
 

 

M6 dégaine son codec DTS-HD Master Audio 5.1 en VO comme en VF pour faire parler les mitrailleuses fessières et les propulseurs « jambonniers ». Vu la nature du film, on n'en demandait pas moins... Plusieurs choses. Tout d'abord, il est agréable de constater l'excellente balance des mixages : bande-son ambiante, dialogues et score de John Powell coexistent sans jamais se heurter. Rien à redire sur la spatialisation frontale. Il est dommage que les satellites arrière soient davantage le territoire de la musique que de l'ambiance. Elles ne font clairement pas jeu égal. Autant des sound designers de génie comme Gary Rydstrom ou Randy Thom savent parfaitement exploiter les six canaux alloués en toutes circonstances, autant ceux d'Astro Boy manquent d'inventivité dans les phases posées du film. En revanche, dès que cela commence à cogner, les pistes démontrent sans mal qu'elles ont du répondant. Notamment dans l'affrontement final où coups de feu, robot-enfant véloce et pans entiers de building en chute libre s'invitent dans tout l'espace sonore avec force effets multidirectionnels et impulsions soniques du subwoofer.

 

 


 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire