Test : Man on fire

Stéphane Argentin | 10 février 2009
Stéphane Argentin | 10 février 2009

Côté suppléments, le (très) gros calibre est également de sortie. Non content ,en effet, de reprendre les bonus de la précédente édition DVD testée à cette adresse, le Blu-ray injecte plusieurs nouveautés poids-lourds. Sauf précision contraire, tous les suppléments sont proposés en VOSTF et au format d’image standard :

 

Commentaire audio de Tony Scott (déjà présent sur DVD)

 

Commentaire audio de Lucas Foster (producteur), Brian Helgeland (scénariste) et Dakota Fanning : Le contenu est certes moins complet qu’en compagnie du réalisateur mais le tout ne manque pas pour autant d’intérêt et de bonne humeur grâce notamment aux nombreuses remarques d’une Dakota Fanning volontiers rigolarde tout en évoquant le plus sincèrement du monde son expérience sur le tournage. De surcroît, les sempiternels « j’adore cette scène » nous sont épargnés la plupart du temps.

 

Envie de vengeance : Réinventer Man on fire (72min 42s) : C’est LA nouveauté poids-lourd de cette édition. Un making of à la durée plus que conséquente chapitré en 5 parties distinctes qui revient successivement sur l’adaptation du livre (une action plus contemporaine et transposée au Mexique), la contribution des conseillers techniques (policiers, juge…), le choix des acteurs et notamment de la petite Dakota Fanning, le tournage à Mexico à proprement dit et quelques anecdotes pour le moins épicées (et armées) narrées par un Tony Scott qui en rigole encore, sans oublier bien sûr le style visuel du film où la parole est abondamment cédée au directeur de la photographie.

 

15 scènes inédites (32min 30s) dont une fin alternative avec commentaire optionnel du réalisateur, déjà présentes sur le DVD.

 

L’enlèvement de Pita : La séquence en question nous est proposée selon 4 angles de caméra différents (4min 16s) avec commentaire optionnel du réalisateur (très précis dans ses explications techniques). Les storyboards de Tony Scott (HD) ainsi qu’un extrait du script (VO) pour ladite séquence sont également disponibles.

 

Galerie de photos (HD)

 

Vidéoclip (3min 24s)

 

3 bandes-annonces (7min 44s, VO)

 

Apport HD : Une image et un son de killer. Une interactivité poids-lourd. L’ensemble éclipse totalement le précédent DVD paru en 2005. Que demander de plus ?

 

Cliquez sur la capture pour la voir en HD

Retrouvez la liste récapitulant tous les titres Blu-ray du marché français à cette adresse.

Quatrième long-métrage de Tony Scott à paraître en Blu-ray en France après Déjà vu, Ennemi d’État et USS Alabama, Man on fire est une nouvelle réussite technique sur le support.

 

Cliquez sur la capture pour la voir en HD

Toutefois, autant être prévenu d’entrée de jeu : avec Domino, Man on fire est sans doute le film le plus « extrême » du réalisateur à ce jour. Un parti-pris qui se traduit du côté de l’image par une photographie volontiers granuleuse, des filtres en veux-tu en voilà, un montage clipesque et une caméra perpétuellement en mouvement. Ce postulat de départ étant établi, ce n’était pas les difficultés techniques qui, à priori, allait manquer pour le passage à la HD. Sorti en 2005, le DVD s’en sortait haut la main. Aujourd’hui, sa déclinaison Blu-ray lui emboîte le pas. Avec son master irréprochable de propreté et un encodage AVC du même ordre, le rendu vidéo transcende les excentricités photographiques susnommées. Jamais lissé, le grain originel transparait admirablement tandis que les couleurs ressortent plus accentuées que jamais grâce à une saturation et un niveau de contrastes optimums. Mais le plus impressionnant reste encore la précision de l’ensemble ainsi que la profondeur de champ (cf. les plans larges de Mexico, ville ô combien grouillante et tentaculaire). La résultante visuelle pourra bien sûr surprendre, voire même rebuter (d’autant plus que l’écran de visionnage sera grand) mais en l’état, le rendu est le plus fidèle qui sied aux intentions originelles de Scott.

 

À noter pour finir que le master employé est français. Ainsi, les différents sous-titres façon « bandes dessinées » qui se baladent aux quatre coins de l’écran au cours du film apparaitront-ils dans la langue de Molière. Soit un constat similaire au DVD qui, in fine, forme un tout homogène pour qui visionnera le film soit en VF soit en VOSTF mais qui pourra toutefois déranger ceux qui auraient préféré une immersion totale en version originale (voix + texte).

 

Cliquez sur la capture pour la voir en HD

Tout comme l’image, la « pesanteur » de la bande son pourra, à la longue, finir par incommoder tant l’expérience acoustique se révèle éprouvante sur la durée (2h26 rappelons-le). En effet, particulièrement chargé en basses fréquences et ce, dès le générique d’ouverture, le mix 5.1 ne fait vraiment pas dans la dentelle. Et encore, les 45 premières minutes sont de la musique classique à côté de ce qui nous attend lorsque survient l’enlèvement de la petite Dakota Fanning (chapitre 12). À partir de ce moment, c’est littéralement open bar sur tous les canaux disponibles. Entre les interrogatoires pour le moins musclés et les différents affrontements armés, depuis le simple pétard jusqu’à l’artillerie lourde (lance-roquette et grenade à main au chapitre 23), les enceintes vont (sur)chauffer et pas qu’un peu.

 

D’autant que, fidèle à ses habitudes, l’éditeur Fox a, lui aussi, opté pour le gros calibre avec du DTS-HD Master Audio 5.1, y compris en VF, traditionnellement reléguée à du DTS mi-débit à 768Kb/s et qui, pour l’occasion, se hisse au même niveau que son homologue anglais (ce dernier se révélant peut-être un peu plus homogène par endroits). Dire que les indicateurs usuels propres au flux HD virent au rouge serait un doux euphémisme tant les critères de puissance, dynamisme et basses fréquences sont au plus fort de leur potentiel. Pour certains, le résultat sera encore plus cacophonique que sur DVD, pour d’autres, ils seront en présence du nirvana acoustique. Question de goût.

 

Cliquez sur la capture pour la voir en HD

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire