Test : Prémonitions

Julien Foussereau | 14 avril 2008
Julien Foussereau | 14 avril 2008

« Oh ! Le NA-NARD ! » c'est l'exclamation libératrice et évidente qu'on lâche à la fin de Prémonitions. Et parce qu'on a bien ricané devant ce drame fantastique à la temporalité éclatée, sorte de Lost Highway pour les cons, on se dit qu'on en reprendrait bien une couche avec les suppléments, nan ? Et on aurait bien raison tant ils sont à la hauteur du film !

 

 

 

Making of : la genèse de Prémonitions commença par une belle aventure humaine. Un scénario écrit à la va-vite rencontra des producteurs d'origine indienne désireux de percer aux States. Malheureusement, c'était de belles radasses, ils rognèrent sur tout en choisissant un réal dans le bottin allemand et Sandra Bullock parce que... parce que quoi d'ailleurs ?!?

 

Scènes coupées : quatre minutes de questionnements éditoriaux intenses. Eliminer cette transition où Sandra Bullock jette un sac dans une poubelle nuira-il à l'intégrité artistique de Prémonitions ?

 

Fin alternative : pas vraiment un happy ending, ni un épilogue sans concession. Juste une fin en queue de poisson aussi pourrave que celle retenue en salle.

 

La fin du chaos : Le chouchou de l'auteur de ces lignes. Le réalisateur annonce avec diplomatie : « Comme on sait que vous êtes des spectateurs un peu cons, on va vous montrer le résumé de Prémonitions dans l'ordre chronologique ! » Alors ? Bah, c'est bien rangé... mais c'est toujours autant la honte !

 

Aux portes du réel : un documentaire atroce de 45 minutes avec gros effets de montage et voix off martiale qui annonce « Il a vu sa mort avec 5 jours d'avance ! Elle a rêvé l'ouragan 48 heures avant qu'il ne s'abatte sur sa maison ! » Perso, j'ai deviné avec 6 minutes d'avance que j'arrêterai de me faire du mal avant la vingtième minute de cette horreur.

 

Private jokes : C'était ambiance colonie de vacances sur le tournage. Sandra est une grosse déconneuse quand elle fait du bouche à bouche avec une tête coupée. Si elle savait que ce moment de poilade était une belle métaphore de sa carrière, rirait-elle autant ?

TF1 Vidéo oblige, le transfert DVD de Prémonitions est une réussite. Saturation, contrastes, compression, définition générale, rendu argentique, rien à redire, c'est du bel ouvrage. Deux, trois faiblesses sur une scène en basse lumière, c'est ridicule comparé aux 90 minutes. Bravo, TF1 Vidéo ! Cliquez sur les captures ci-dessous pour les visionner en HD.

 

 

 

Même chose pour le son. 2.0 VO et VF pour les SHCF (Sans Home Cinéma Fixe) car il ne faut pas oublier les miséreux de la spatialisation. Les odieux bourgeois capitalistes dotés de système 5.1 se dirigeront naturellement vers les mix ambiophoniques. Ils n'auraient pas tort tant cela reste du sound design pro avec une bonne spatialisation et quelques effets horrifiques efficaces sur les arrières.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire