Test : La Mémoire dans la peau - Édition Spéciale

Fabien Braule | 4 septembre 2006
Fabien Braule | 4 septembre 2006

Universal réédite cette nouvelle édition le jour même de la sortie en salle du second volet des aventures de Jason Bourne. Étrange politique éditoriale, puisque l'on y perd bien plus que l'on y gagne qualitativement. Les suppléments, atteints d'une étrange amnésie, ont oublié de faire ressurgir de leur passé le commentaire audio du réalisateur Doug Liman en sus de la piste audio DTS.

 

 

 

L'ouverture alternative en 4/3

 

 

 

 

On démarre cette nouvelle édition par le produit marketing le plus osé du moment, il faut bien l'avouer.

Les scènes d'ouverture et de fermeture alternatives (10min 47s) présentent ainsi un flash-back marquant l'entrée des États-Unis (dixit le scénariste Toby Gilroy et le producteur exécutif Frank Marshall) dans une nouvelle ère après les attentats du 11 Septembre. Message politique un peu douteux et quelque peu opportuniste de la part de ces messieurs, d'autant plus qu'il ne s'agit ni plus ni moins que des « rushes » coupés après les projections tests aux USA. De plus, les conditions de visionnage du DVD ne sont pas des plus idéales, tant le chargement des séquences demeure interminable. Dommage que même la technique ne suive pas, tant l'étalonnage reste douteux (sans parler de l'absence de compatibilité 16/9).

Le créateur de The Bourne, d'une durée effective de 5min 46s, n'est qu'une petite featurette trop complaisante sur Robert Ludlum, auteur de la trilogie The Bourne. Les proches y parlent de l'homme qu'il était, sous fond d'images d'archives. S'ensuivent une succession de featurette toutes plus promotionnelles les unes que les autres, ne laissant place qu'à de jolis sourires de tous les intéressés, ce qui n'apporte vraiment rien au sujet du film en question.

Seul La vitesse du son (4min 05s) tire un tant soit peu son épingle du jeu et nous offre quelques informations pertinentes sur le mixage 5.1. De plus, cette section s'affirme suffisamment ludique pour nous permettre de passer « un moment de bonheur », certes furtif, dans un univers ou il fait bon de jouer à fond la carte promotionnelle.

Les informations déclassifiées (7min) cachent derrière cette appellation bien mystérieuse quelques scènes coupées, quatre exactement, dont on comprend très vite pourquoi elles n'apparaissent pas au sein du métrage.

Enfin, avant le clip de Moby, le générique du DVD et la bande-annonce de... Van Helsing (la bande-annonce de La Mémoire dans la peau ne figure même pas au tableau de chasse), Universal nous offre une dernière featurette.

Au coeœur d'une scène de combat (4min 44s) s'affiche comme le meilleur supplément de cette Édition Spéciale, une succession de répétitions entre Matt Damon et son chorégraphe lors de la séquence dite « de l'ambassade ».

 

 

Robert Ludlum lors d'une interview télévisée

 

 

Au final, cette édition vendue à un prix compétitif saura séduire avant tout les malheureux non possesseurs du film. Les autres garderont sans doute l'ancienne édition, à moins qu'ils ne soient de grands fans devant l'éternel de ce premier opus des aventures de Jason Bourne, ce qui se comprend aisément.

La netteté reste surprenante et pérennise la qualité de la précédente édition parue il y a un peu plus d'un an. Les noirs sont profonds et la photographie, réaliste et très marquée par les années soixante-dix de Oliver Wood, est superbement retranscrite. Les détails et la profondeur de champ sont magnifiquement restitués.


Exit la piste DTS (en version française), mi-débit de la précédente édition. Ici, les pistes Dolby Digital font leur travail à merveille. Les basses sont puissantes, les effets arrière rondements menés, laissant la part belle à la musique de John Powell. Les voix sont parfaitement mises en avant, donnant aux séquences de dialogues un joli relief et une belle précision.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire