Tests Blu-ray : Vague Fox / MGM de juin

Tonton BDM | 24 juin 2011
Tonton BDM | 24 juin 2011

Après une vague de seulement quelques titres le mois dernier, MGM/Fox continue sur sa lancée et poursuit les conversions des (plus ou moins) grands classiques de son catalogue sur format Blu-ray. 11 titres qui arrivent dans des éditions en dents de scie, oscillant entre l'excellent (L'Arnaqueur) et le catastrophique (Un poisson nommé Wanda). Entre les deux extrêmes, on se retrouve avec des masters abîmés, non restaurés (et faire un upgrade HD en prenant pour base un master non restauré et/ou abîmé, cela revient approximativement à faire des enluminures sur du papier cul), devant lesquels on peste régulièrement en constatant la disparition de sous-titres sur les suppléments... pourtant disponibles sur leurs équivalents DVD ! Il est temps que les éditeurs intègrent les cinq commandements du Blu-ray rédigés sur Ecran Large par notre rédacteur Stéphane Argentin dans son excellent article :

- 1er commandement : Une restauration image et son de qualité tu effectueras.

- 2ème commandement : Une VF en DTS-HD tu proposeras.

- 3ème commandement : Tous les bonus de ses ancêtres tu incluras.

- 4ème commandement : De nouveaux bonus exclusifs tu créeras.

- 5ème commandement : Des sous-titres VF sur tous les bonus tu proposeras.

 

- Be cool

- Casino royale

- Get shorty

- L'affaire Thomas Crown

- L'arnaqueur

- Ladyhawke

- Les cavaliers

- Macadam cowboy

- Priscilla, folle du désert

- Tigerland

- Un poisson nommé Wanda

 

 

Be cool

 

Be cool, la suite des aventures de Chili Palmer à Hollywood, s'offre un très joli transfert, précis et coloré. Le master est impeccable, et le piqué est vraiment étonnant, même si on note un grain légèrement plus envahissant en basse lumière. Du côté des enceintes, vu que le film se déroule dans le monde de la musique, il multiplie les ambiances et alterne gros sons et passages intimistes, finement spatialisés. On privilégiera naturellement la VO en DTS-HD Master Audio 5.1 à la VF encodée en mi-débit (DTS 5.1). La section "suppléments" en revanche sera suceptible de créer quelques contrariétés : si l'intégralité des bonus de l'édition DVD chroniquée ici répond bien à l'appel, les sous-titres français ont malheureusement tous disparus pendant l'upgrade, sauf sur les cinq featurettes que notre rédacteur Patrick Antona trouvait déjà "fort dispensables" il y a six ans. Dommage...

Image : 4,5/5

Son : 4/5

Interactivité : 2/5

 


Casino Royale

 

Malgré un générique blindé de stars, Casino royale est indéniablement le vilain petit canard de cette nouvelle vague MGM. La faute tout d'abord à un master très inégal, probablement pas de première fraîcheur si l'on en croit l'état des couleurs ou les multiples poussières, griffes et autres points blancs qui fleurissent à l'écran. De fait, l'image oscille entre le bon et le beaucoup moins bon. Niveau son, y'a pas photo : la VF ne propose qu'un vieux mono des familles tandis que le mixage VO propose un DTS-HD Master Audio 5.1 ample, généreux et bien spatialisé. Et du côté des suppléments, la déception est également de mise, avec la présence d'un riche commentaire audio... non sous-titré (sic) et d'un intéressant making of... malheureusement uniquement sous-titré en anglais (re-sic). Et les francophones, ils sentent le pâté ?

Image : 2,5/5

Son : 3,5/5

Interactivité : 1/5

 

 

Get shorty

 

Petit à petit, les films de Barry Sonnenfeld, auteur phare de l'entertainment des années 90, se frayent un chemin vers la HD. Aujourd'hui, c'est au tour de Get shorty. Niveau transfert, le film s'en sort plutôt très bien : belle définition, couleurs naturelles... Niveau son, le film étant extrêmement bavard, le Blu-ray ne tient pas de la piste de démo, et se contente d'une légère spatialisation et d'effets discrets, histoire de placer les dialogues au mieux et de façon la plus claire possible. La grosse déception de la galette se situe au niveau des suppléments : mis à part le module sur le tournage de Be cool (dont la disparition peut paraître légitime), tous les bonus de l'édition collector DVD ont fait le voyage. Le hic, c'est qu'AUCUN des bonus chroniqués ici ne propose de sous-titres. Alors ça peut paraître absurde de râler pour quelques suppléments en SD quand le boulot effectué sur le film est bon, mais pour le coup, on ne peut s'empêcher de penser que MGM se fout du consommateur français...

Image : 4/5

Son : 3/5

Interactivité : 1,5/5

 

 

L'affaire Thomas Crown

 
Cette formidable Affaire Thomas Crown méritait un traitement HD d'exception. Alors, qu'en est-il au final ? Hé bien malheureusement, comme pour quelques autres titres de cette vague, le master n'a pas été restauré et cela se ressent assez souvent : tâches, stries et autres griffes font régulièrement leur apparition à l'écran, persistant parfois pendant de longs moments. Dommage, parce qu'à côté de cela, le piqué HD répond bel et bien à l'appel, et les couleurs sont éclatantes. Côté son, c'est la stupéfaction, avec la découverte de deux pistes mono : on évitera la VF Dolby Digtal, qui fait disparaitre bon nombre d'ambiances perceptibles sur la VO encodée en DTS-HD Master Audio. Côté bonus, les tendances francophobes de l'éditeur se poursuivent, avec la présence d'un commentaire audio de Norman Jewison, sur lequel on déplore la tragique absence de... ? Sous-titres français, oui, bravo, y'en a deux qui suivent.

Image : 3/5

Son : 2/5

Interactivité : 1/5

 

 

L'arnaqueur

 

Si ce n'est assurément pas le cas de tous les titres qui composent cette vague Blu-ray, L'arnaqueur a tout de l'upgrade exemplaire. Le soin apporté à l'image est tout simplement admirable : une belle restauration a été faite, la définition et le piqué sont au top, les noirs sont profonds, le lifting est renversant, et le grain cinéma a été conservé. Que demander de plus ? Côté son, le film est proposé en VO DTS-HD Master Audio 5.1, et la VF en DTS 5.1 : deux pistes restaurées et plutôt solides compte tenu de l'âge du film. La spatialisation n'est pas vraiment mise en avant (peu de surrounds), mais redécouvrir le film dans ces conditions est un vrai plaisir. Rayon bonus, plus de trois heures de suppléments (dont quelques modules en HD), et le tout intégralement sous-titré. Excellent !

Image : 4,5/5

Son : 4/5

Interactivité : 4/5

 

 

Ladyhawke

 

Si le film a pris un sacré coup de vieux avec sa photo quasi « Hamiltonienne » et sa musique top ringarde, son passage à la HD lui donne un coup de fouet assez hallucinant, permettant en tous points de redécouvrir le film. Le piqué est d'une précision étonnante, les couleurs éclatantes, et le grain cinéma ajoute encore un peu de classe aux images. Seules quelques séquences posent des problèmes de contrastes. C'est inattendu, mais la spatialisation sonore est également épatante, presque aussi bien gérée en VO DTS-HD Master Audio 5.1 qu'en VF DTS 5.1. Du beau boulot. On aurait aimé vous parler des bonus, mais comme sur son équivalent DVD... Hé ben il n'y en a pas (une bande-annonce et pi c'est tout).

Image : 4/5

Son : 4/5

Interactivité : 0/5

 

 

Les cavaliers

 

La riche filmographie de John Wayne n'est pour le moment pas bien représentée en Blu-ray. MGM tente de rattraper un peu cet état de fait avec Les Cavaliers, qui s'offre malheureusement un upgrade HD bien éloigné des normes d'excellence imposées par le format. Copie abîmée, nombreux plans exempts de restauration, grain un peu trop prononcé, piqué assez moyen... Peut mieux faire, même si les couleurs sont plus punchy que sur un simple DVD. Côté son, deux pistes mono, la VF en Dolby Digital, la VO en DTS-HD Master Audio. Le mixage français manque parfois de clarté, notamment quand plusieurs personnages parlent en même temps, tandis que la VO dose beaucoup mieux ses effets. Du côté des bonus, seulement une bande-annonce, en HD (applaudissements enthousiastes) et VO (amers soupirs de déception). Bref, autant dire rien.

Image : 2,5/5

Son : 2/5

Interactivité : 0/5

 

 

Macadam cowboy

 

Si l'encodage ne pose pas de problème majeur, si la définition et l'étalonnage colorimétrique permettent de ressentir un réel apport HD, le master de Macadam Cowboy ne doit pas être de première jeunesse : tâché, griffé, affichant par moments de légers tremblements, il est dommage que le film n'ait pas été restauré avant de passer par la case HD. Côté son, la VO en DTS-HD Master Audio 5.1 est naturellement plus fine que son équivalent dans la langue de Molière (encodée en DTS 5.1), mais cette dernière se rattrape presque lors des passages les plus musicaux, bien spatialisés. Les bonus sont inédits en France (le DVD du film ne contenait pas de suppléments), et tous sous-titrés, sauf le commentaire audio du producteur : dommage, car même s'il n'est pas présent sur toute la durée du métrage, il s'agissait d'une mine d'informations intéressantes.

Image : 3,5/5

Son : 3,5/5

Interactivité : 3,5/5

 

 

Priscilla, folle du désert

 
Priscilla, folle du désert : voilà un film plein de couleurs chatoyantes et de musique qui se devait de retrouver sur support Blu-ray tout le glam dont le privait un encodage SD ! Et force est de constater que MGM a fait le job. Master impeccable, piqué précis, couleurs qui pètent... Tout est réuni pour s'éclater entre filles, d'autant plus que les deux mixages audio explosent durant les passages musicaux. On affiche tout de même une nette préférence pour le petit cul de la VO, encodée en DTS-HD Master Audio 5.1. La VF Dolby Digital 5.1 est bien spatialisée, mais on ne s'habitue pas au doublage français signé Jean-Claude Brialy. Du côté des bonus, l'intégralité des suppléments de l'édition collector DVD a fait le voyage... Mais à nouveau sans leurs sous-titres. Pourquoi certains titres ont-ils droit à un traitement de faveur de la part de l'éditeur et d'autres perdent-ils leurs sous-titres pendant l'upgrade HD ? Le mystère reste entier...

Image : 4,5/5

Son : 4/5

Interactivité : 1,5/5

 

 

Tigerland

 

Tourné en 16 mm, le Blu-ray de Tigerland ne prétendra probablement pas au titre de la plus belle image disponible sur le support cette année. Cela dit, malgré un grain omniprésent, la définition et le piqué profitent bel et bien du passage à la HD, de même que la palette chromatique, assez différente de son équivalent DVD. Côté son, pas de différence flagrante entre la VO DTS-HD Master Audio 5.1 et la VF encodée, comme traditionnellement chez l'éditeur, en DTS 5.1, mais une belle spatialisation, discrète mais efficace et bien enveloppante. Niveau suppléments, le Blu-ray reprend l'intégralité des bonus du DVD de 2001 (en SD et VOST), et y ajoute une poignée de suppléments inédits, en HD et entièrement sous-titrés.

Image : 3,5/5

Son : 3,5/5

Interactivité : 3,5/5

 

 

Un poisson nommé Wanda

 

Autant être clair d'entrée de jeu : le traitement réservé par MGM à cette comédie cultissime pour son passage à la HD risque de sérieusement décevoir, voire même de franchement énerver le consommateur français. Le rendu visuel est digne d'un DVD upscalé (aucun piqué, couleurs fades, grain excessif), et les deux mixages audio (DTS 5.1 pour la VF, DTS-HD Master Audio 5.1 pour la VO) manquent franchement de patate, ne proposant que de timides surrounds jamais à 100% convaincants, surtout en VF. Tous les bonus ne sont pas sous-titrés en français, et les suppléments de l'édition DVD collector sortie en 2006 ne sont pas reportés en intégralité : l'excellent documentaire Les premiers adieux de John Cleese a tout simplement disparu pendant l'upgrade. En gros, on tient là l'exemple type à ne pas suivre pour une conversion Blu-ray...

Image : 2/5

Son : 2,5/5

Interactivité : 2/5

 

  

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire