L'intégrale de Phantasm est sortie en Blu-Ray et c'est un indispensable

Christophe Foltzer | 19 novembre 2017
Christophe Foltzer | 19 novembre 2017

Après un Doigt dans le Culte consacré au premier Phantasm hier, on reparle de la saga de Don Coscarelli à l'occasion de la sortie en Blu-Ray de l'intégrale de la série chez ESC. Et, croyez-nous, ça vaut le détour.

Alors oui, le coffret est sorti le 31 octobre et nous n'en parlons que le 19 novembre. Mais on a une excuse : il a fallu le dépouiller, le disséquer, l'analyser dans ses moindres recoins avant de pouvoir vous en parler. Et on s'est bien fait prendre au piège, puisque ce qui s'annonçait comme un simple état des lieux s'est rapidement transformé en visionnage de tous les films.

Parce que Phantasm n'a jamais eu droit à une distribution vidéo française qui faisait honneur à cette saga culte. Le premier restait honteusement inédit chez nous tandis que nous n'avions eu droit qu'aux épisodes 3 et 4, il y a quasiment 20 ans dans des éditions dénuées de bonus et dans des masters pas vraiment fameux. Le pire étant qu'évidemment nous avions été privés de l'extraordinaire coffret DVD Zone 1 qui regroupait les 4 films dans un boitier en forme de sphère et qui nous faisait rêver dans toutes les boutiques qui proposaient de l'import. Autant dire qu'il y avait là une énorme injustice.

 

Photo Coffret Phantasm

 

COPIE NEUVE CERTIFIEE J.J. ABRAMS

Comme le premier Phantasm a subi une restauration 4K supervisée par J.J. Abrams il y a quelques mois et que le cinquième épisode, Ravager est sorti en 2015, c'était l'occasion idéale pour réparer cette erreur. Et on peut dire que l'éditeur ESC ne s'est pas moqué de nous tant son coffert est gavé de bonus et propose des masters d'excellente facture.

Le premier film, déjà, qui est quand même le plus important, est resplendissant dans sa copie neuve et propose une piste 5.1. Si le master dévoile quelques faiblesses, notamment dans ses plans nocturnes au début, ce n'est pas à mettre sur le dos de la restauration parfaite en tout point mais bel et bien du film d'origine tourné avec des bouts de ficelle. Non, l'image est parfaite, on a l'impression que le film a été tourné hier dans sa grande majorité et la qualité de cette version rend enfin justice au film. Du très, très beau boulot. Evidemment, les autres films n'ont pas subi le même traitement exceptionnel mais se révèlent tout aussi beau. Bien entendu, il y a clairement un écart mais les copies restent magnifiques, nettes et propres, la plus réussie étant évidemment celle de Ravager, ce qui est normal puisque le film a deux ans. On pourra par contre regretter que les pistes françaises ne proposent qu'un DTS-HD 2.0 stéréo mais comme ces films ne se regardent qu'en V.O. (pour entendre la voix caverneuse d'Angus Scrimm), ce n'est pas trop grave.

 

Photo Phantasm

 

 

DES BONUS, EN VEUX-TU, EN VOILA

Côté bonus, c'est la grosse teuf. Déjà, le packaging est très beau même si on dénote un positionnement des deux disques de Phantasm I et II pas très heureux puisque les deux disques sont posés l'un sur l'autre et que l'encoche qui les maintient n'est pas très solide. Le premier supplément que l'on découvre, c'est évidemment le livre de 152 pages Don Coscarelli, le droit à l'horreur (très beau titre au passage) du légendaire Marc Toullec qui revient dans les détails sur la carrière du réalisateur, la génèse et le destin de la saga en multipliant les révélations sur ses secrets de fabrication et en faisant participer les grandes figures du casting. Rien n'est épargné, la saga dévoile son visage de parcours du combattant et c'est passionnant du début à la fin. Seule ombre au tableau, le livre aurait mérité d'être relu avant impression, tant il est bardé de coquilles et de fautes. Dommage mais en aucun cas rédhibitoire au final. 

 

Photo Phantasm

Puisqu'on vous dit que la restauration 4K est fofolle...

 

L'autre gros morceau, c'est le DVD bonus Phantasmagoria, documentaire inédit de plus d'une heure et demi qui retrace la saga en intégralité avec images et interventions d'époque et entretiens récents et qui nous fait revivre cette incroyable histoire. Passionnant, le documentaire se révèle malheureusement quelque peu redondant avec le livre, puisqu'ils partagent les mêmes informations mais fait au final office de très bon complément par la richesse des archives qu'il nous offre. Au rayon contenu inédit, citons également les interventions du réalisateur Julien Maury et de Guy Astic (directeur des éditions Rouge Profond et ancien co-rédacteur en chef de l'excellente revue Simulacres) qui, durant 20 minutes à chaque fois avant Phantasm I et II partagent avec nous leurs expériences avec la saga, nous dévoile d'autres petits secrets de fabrication et mettent en lumière quelques parallèles inédits et passionnants (notamment vis-à-vis d'Hellraiser). 

Le reste des suppléments reprend en gros ce que contenait le coffret DVD Zone 1 puisque nous y retrouvons des making-off d'époque de chaque film, des scènes coupées, du matériel promotionnel, les incontournables bandes-annonces, des modules sur les effets spéciaux et le très intéressant Phantasm Mystery Tour où Reggie Bannister revient 25 ans après Phantasm sur les lieux du tournage dans une déambulation riche en humour et en anecdotes.

 

ESC peut se targuer d'avoir fait honneur à la saga Phantasm en en proposant le coffret ultime. D'une grande qualité, proposant des copies merveilleuses, des bonus riches et intéressants (bien qu'un peu répétitifs), c'est un sans faute. Et si l'on peut trouver que le coffret coûte un peu cher (80 Euros), il les vaut largement et se positionne comme un cadeau idéal pour tous les fans de cinéma fantastique et c'est un indispensable pour ceux qui aiment la saga.

 

 

 

Photo Coffret Phantasm

commentaires

Loh
19/11/2017 à 17:24

Reçu l’intégrale Blu-ray et revu les 4 premiers et découvert le 5 cette semaine
L’image des 5 films est vraiment superbe dans l’ensemble ce qui est inespéré pour cette série de film longtemps boudée par les éditeurs en France
J’adore cette série et son univers construit parfois effectivement avec des bouts de ficelle mais avec une réelle sincérité et bcp d’idees Géniale
J’ai découvert le 5 sur lequel je n’avais pas entendu dire que du bien et personnellement j’ai adoré : des idées à foison, une histoire qui joue avec le vieillissement des personnages (Reggie est il simplement sénile?) et qui rappelle un peu Bubba Ho-Tep sur cet aspect, et qui côtoie des scènes post-apo en parallèle ! Une très chouette conclusion pour une saga qui se sera étalée sur 35 (!) ans

west666
19/11/2017 à 13:49

Encore faut 'il aimer les films bas de gamme pour acheter le coffret sans moi !!!!! chef d'oeuvre pour certains navet de série B pour d'autres chacun ses choix .

west666
19/11/2017 à 13:47

Encore faut 'il aimer les films bas de gamme pour l'acheter chef d'oeuvre pour certains mauvaise série b pour d'autres chacun ses choix ^^

votre commentaire