corleone
01/08/2017 à 16:35

Non vraiment, j'ai beau être aussi chauvin qu'un Leonidas et ses 300, je ne peux non plus encourager n'importe quoi. J'ai loué l'entreprise et l'ambition de ce passionnant projet dès ces débuts, mais le film est nul, non mais vraiment nul de chez nul. Effets spéciaux stupéfiants, mais scénario bancal à souhait. Et ces têtes d'affiches… non mais ces têtes d'affiches… non mais Luc à quoi pensais tu en castant ces acteurs ?? Et tu pensais vraiment créer une saga à la StarWars avec un casting pareil?? De mon coté c'est presque la même deception que pour BVS.

Quand à Leclercq, je lui dirais que notre image serait encore plus ternie, si nous montrons au monde entier que nous nous sommes de mauvaise foi intellectuelle.

Fisher
01/08/2017 à 12:27

@Jean Pierre

Donc Besson est un énorme menteur ou un amateur : il a répété qu'une grosse partie du budget de Valerian était couvert par ces ventes, de manière exceptionnellement plus élevée que la moyenne. A hauteur de 80 ou 90% qu'il disait le monsieur.

Et y'a une différence entre dire que tel film est nul, que tel réalisateur est un génie, que tel film est un ratage immonde... et venir dire qu'untel n'a pas le droit de penser ceci, pour de pseudo raisons de patriotisme, de jugeotte, de droiture intellectuelle. Là, Leclercq ne vient pas dire ce qu'il pense du FILM, partager son avis avec passion sur le FILM : il vient dire qu'on devrait l'aimer ou du moins ne pas dire qu'on aime pas, pour des raisons qui ne relèvent même pas de l'artistique, mais de la politique, de l'économie, de la conscience.

Certes, ce sont des discussions intéressantes, et on aura le droit d'aimer/détester un film au nom de ces arguments. Mais venir dire "vous ne devriez pas, vous méchants critiques, critiquer" sur la base de ces arguments uniquement : oui, je comprends que ça pose un problème. Et cette attitude n'a rien à avoir avec la diversité des opinions justement : c'est plus du procès d'intention (puisque le mec dit qu'en gros, si on aime le ciné français, on ne peut pas descendre Valerian).

alex
01/08/2017 à 12:26

Le cinéma Français n'a pas besoin que l'on soit tendre ou qu'on le considère avec plus d'indulgence juste parce que c'est une production hexagonale, on fait des bons films, dans certains genres. Le cinéma Français se perd quand il veut faire " comme " les américains, dès lors ça devient bancal. on sait qu'on peut faire des films de cette envergure, la question à se poser est pourquoi seul des mecs comme Besson peuvent en faire et passer pour le messie ou le porte drapeau d'un secteur tout entier. Valérian n'est pas un mauvais film, pas une daube non plus, mais chaque image est imprimée par cette volonté de montrer " ce qu'on peut faire " jusqu'a l'indégestion ( certains plans sont réellement trop chargés, tels ceux du big market totalement illisibles ) il manque une ame, une direction artstique précise et claire. le reste est là oui, on sait détourer des fonds verts, faire de la belle musique mais l'étincelle de folie s'est planquée bien profond derrière les montages financiers de cette grosse machine

john
01/08/2017 à 12:26

excuse sincère à ecranlarge mes commentaires ont réapparues :):) désolé :):)
bug de mon pc ...

john
01/08/2017 à 12:24

j'ai ecris 2 commentaires comme quoi le film est nul...Effacé aussi tot par ecranlarge ????
Liberté d'expression ? j'ai dit que la réa , le scénar et le casting étaient juste atroce :):)

Nigma
01/08/2017 à 12:08

@Fier

Pas besoin de me sentir visé ou insulté personnellement pour prendre le temps d'expliquer un point de vue en plus que quelques lignes (même si c'est peut-être devenu "anormal" à l'heure des commentaires raccourcis et punchlines)... Je peux prendre le temps de développer un avis ("un pavé") sans être dans ce rapport de force/de défense, mais dans un truc d'échange.

Je n'ai pas besoin de "preuve" pour partager une opinion sur un film, qui n'engage que moi par définition : quand on parle de qualité d'une oeuvre, à moins de se sentir demi-dieu, c'est du subjectif, et je ne le précise pas car c'est plus que logique.
En revanche, quand on parle au-delà de soi (les gens, les spectateurs, les Français, etc), c'est autre chose.
Quand je parle de l'accueil réservé aux films américains (au-delà de moi donc), je parle clairement de tonnes de commentaires et débats violents, lisibles sur la plupart des critiques de Marvel, DC et compagnie.

Sans compter que dire qu'un film est imparfait c'est à peu près vrai pour tout, au-delà de Besson : quel film est parfait, qui a la définition universelle de parfait...? Même les grands classiques du ciné ont leurs détracteurs, et c'est parfaitement normal et naturel. Là, j'enfonce une porte ouverte, comme je le disais : un film, hormis exceptions, sera aimé et détesté, adoré et critiqué, c'est normal. Nul besoin de prétendre que c'est à cause de la nationalité, de ceci ou de cela.

Fier
01/08/2017 à 11:51

@Nigma : Vous vous sentez visé par mon message pour en arriver à écrire un tel pavé ? Je ne vous visais pas pourtant, ce n'est pas de ma faute si vous vous êtes reconnu dans mes propos...

Ceci dit, vous parlez de "preuves claires" mais où sont les vôtres lorsque vous pointez du doigt les œuvres cinématographiques, lorsque vous dites, je cite : "son film est plus qu'imparfait, donc il donne lui même des raisons d'être partagé, nul besoin de prétendre qu'il est détesté car français" ?

Pour le reste, je suis d'accord.

Marc
01/08/2017 à 11:20

L'erreur du film c'est le casting des deux personnages principaux ! Tout le film pose sur ces deux acteurs.... Comme Ghost in the Shell le choix de Scarlett Johnson !??? mais quels blague .Arghhh... Le film originale dépasse de très loin se film sans intérêt. Le choix des acteurs peux flinguer un film .Que serait des films sans Sigourney Weaver dans ALIEN ,
Sans Arnold Schwarzenegger dans TERMINTOR et Harrison Ford dans BLADE RUNNER ou STAR WARS.

Boudet
01/08/2017 à 10:44

Sans compter que ce film a été tourné entièrement en anglais... Pour un film censé représenter la France, on repassera...

Nigma
01/08/2017 à 10:34

@Fier

"Les gens", "les moutons"
Toujours ces arguments abstraits, qui pointent du doigt les autres sur la base d'une impression, mais sans preuve claire.

Y'a qu'à voir chaque critique de Marvel ou DC ici, ou les articles sur Avatar : tous les blockbusters américains s'en prennent plein dans la tronche, aucune pitié. Des tas de blockbusters américains sont des flops retentissants (Jupiter des Wachowski, Pan avec Hugh Jackman, Le Roi Arthur). Valeria n'a rien d'une pauvre victime, c'est un film à 200 millions, de Besson, avec les effets spéciaux de la société de Peter Jackson.

Si vous voulez pleurer sur le ciné français, ce serait bien de le faire sur le reste, c'est-à-dire 99,8% du cinéma français. Et non, je ne parle pas (que) du ciné d'auteur sur lequel on aime tant cracher pour dire que c'est de la merde, ou ces grandes méchantes comédies populaires. Je parle des projets ambitieux, des premiers films qui osent, des films de genre qui se vautrent en salles (tout ça existe, faut juste pas suivre avec paresse la grosse actu). Là, y'a un combat, avec des victimes silencieuses. Plaindre Besson qui mène une usine à gros films depuis quelques décennies, parce qu'il a fait un film que tout le monde n'aime pas...
Alors que :
- c'est ce qui arrive à 99% des films, ne pas être vénéré par tous, et c'est même le propre de l'art et notamment du cinéma
- son film est plus qu'imparfait, donc il donne lui même des raisons d'être partagé, nul besoin de prétendre qu'il est détesté car français
- Besson a bénéficié de son statut dans le ciné français, avec une couverture médiatique dingue (journaux et TV où il a financé du reportage sur son film sur de grosses chaînes), et un intérêt de tous les médias/gens sur "le plus gros film du ciné français". A un moment, faut être bon joueur : tu peux pas profiter de l'intérêt et de la couverture médiatique pour exister et faire parler, puis te plaindre que certains voient le film et puissent avoir des critiques.

Plus