Simon Riaux - Rédaction
04/08/2015 à 17:56

@Alix
Donc pas de dérive, Love n'ayant jamais eu l'intention de viser tous les publics.

Le sexe peut revêtir n'importe quel caractère, c'est une question de mise en scène. C'est en partie ce qui différencie Love de la pornographie. Ou un film tel que Shortbus, qui contient nombre de scènes de sexe "live" et peut difficilement être qualifié de pornographie. Justement parce qu'il est cartoonesque.

Alix
04/08/2015 à 17:49

Bonjour
@ la rédaction
Je n'ai pas ici pour ambition de promouvoir une quelconque association du nom de "promouvoir" ni de m'inscrire dans son sillon idéologique.
@ Grift
La notion de dérive est selon moi bien plus à pointer du doigt lorsque certaines personnes s'efforcent de tout banaliser auprès de publics inadaptés au nom d'une soi-disant liberté artistique.
Pour rejoindre à votre question, le sexe n'est pas plus intolérable que la violence. Je pense seulement que dans un domaine comme dans l'autre, il faut faire en sorte de ne pas exposer tout le monde à certaines œuvres.
Une dernière remarque cependant. La violence peut revêtir un caractère cartoonesque qui peut désamorcer la dimension violente d'une œuvre (Mad Max, le cinéma gore etc. )
En est-il de même pour le cinéma porno? Ou pour le cinéma auteurisant (ou prétendument auteurisant) incluant certaines scènes explicitement sexuelles?

Grift
04/08/2015 à 17:41

Pardon je voulais dire @Alix

Grift
04/08/2015 à 17:37

@Alex : Merci d'avoir répondu.

Il y avait deux point dans mes remarques :
- le 1er : Le fait qu'on ne doit pas traiter un film pornographique de la même manière qu'un film qui contient des éléments à caracteres sexuel avancé (voir pornographique) et que pour ces derniers nous avions des critères qui filtraient déjà les personnes ayant accès au film (Ex : -16 ans).
- Le 2eme : le fait qu'il vous semblait "normal" qu'on defende Max Max contre la censure alors qu'il est clairement violent et montre des morts régulièrement tout au long du metrage mais qu'il vous semble "anormale" qu'on se batte pour une film qui montre du sexe. C'est surtout ce point que je voulais mettre en avant. Le fait que je pense qu l'héritage judeo-chretiens apporte cette derive a notre societé n'est qu'une remarque sur lequel vous semblez beaucoup focalisez sans finalement repondre a l'interrogation que je soulevais : Le sexe est-il plus intolérable que la violence dans une logique éducative ?

Simon Riaux - Rédaction
04/08/2015 à 17:13

@Alix

Promouvoir se présente comme une association qui entend "promouvoir les valeurs judéo-chrétiennes dans tous les aspects de la vie commune".
Difficile donc de faire l'impasse sur la dimension religieuse, puisque c'est l'association elle-même qui met cette question au centre du débat.

Alix
04/08/2015 à 17:04

@ GRIFT
Bonjour Grift,
Comme je crois l'avoir déjà dit, on ne peut pas toujours se réfugier derrière l'argument artistique.
Quitte à oublier la notion de pornographie.
N'ayons pas un raisonnement binaire. Je n'ai jamais dit que la violence explicite était moins préjudiciable que le sexe explicite.
Ma question était pragmatique, universaliste et libre de toute considération juridique ou religieuse.
D'ailleurs pourquoi tout ramener à la religion? Croyez-vous que l'on puisse circonscrire une personne à cet aspect? Et dans la perspective où mon raisonnement serait conditionné par une quelconque religion, où serait-le mal? Dans le questionnement où dans le fait que vous percevez ledit questionnement comme étant de nature religieuse ? N'êtes-vous pas de ceux qui paradoxalement, mesurent leur ouverture d'esprit, leur idéaux pseudo-modernistes à travers la négation de la religion sans même en connaître l'essence? Ne confondez-vous pas religion et religieux? Pourquoi confond-on moins démocratie et démocrate ? République et républicain?
Au final, n'avez-vous pas un problème avec la religion?
C'est tout à fait votre droit mais posez-vous la question suivante, n'y a-t-il pas quelque chose de religieux, de dévot à toujours supposer quelques chose à nier?
J'arrête ici car vous pourriez voir dans mon texte une forme de prosélytisme...

Simon Riaux - Rédaction
04/08/2015 à 14:57

Voilà le problème. Et surtout, des faits.

1 - Love n'a JAMAIS été mis à la disposition d'enfants, mais de mineurs de PLUS de 16 ans, si accompagné d'un adulte. La nuance est fondamentale.

2 - LOVE n'est pas une oeuvre pornographique, les scènes de sexe qu'il contient n'ont pas été simulées certes, mais ne sont absolument filmées "à la manière" d'un film pornographique.

3 - la méthode de Promouvoir est simple et problématique, faire juger la classification d'une oeuvre par une autorité judiciaire plus haute que le comité de classification, mais incompétent en matière d'art et/ou de cinéma. Ici le tribunal administratif de Paris. On peut critiquer très légitimement le comité de classification. De là à estimer qu'un tribunal administratif est le plus compétent...

4 - Le but de Promouvoir n'est pas de changer l'âge de visibilité du film. D'ailleurs, l'âge minimum pour voir LOVE n'a pas été changé. Promouvoir demande LE RETRAIT DU VISA D'EXPLOITATION, ce qui rend impossible toute exploitation commerciale du film. Quand Promouvoir prétend défendre la jeunesse c'est factuellement inexact. Ils n'empêchent pas "les jeunes" de voir le film, mais tout le monde.

5 - Ils ne s'attaquent pas à la pornographie, mais à tout ce qui leur déplaît. Voire Saw 3D, et prochainement Mad Max.

Grift
04/08/2015 à 14:24

Je suis fan de Mad Max aussi. Cela fait longtemps que j'avais pas eu autant de sensation au cinéma. Loin de moi donc l'idée de vouloir censurée d'une maniere que ce soit ce film.

Cependant quelque chose me gène dans votre raisonnement. Si je force le trait voila ce que je li : La violence explicite c'est pas méchant, le sexe explicite si.

Je ne suis pas naïf et je sais dans quel société je vis, cependant accepter aussi facilement que tuer des gens c'est "pas mal" à l'écran alors que se faire du bien avec du sexe ça l'est... je trouve ça vraiment inquiétant. Et mon instinct me dit que ce n'est que le reflet d'une influence religieuse passé (ou présente...)

Grift
04/08/2015 à 14:20

@Alix : Votre raisonnement est sensé mais vous oubliez les restrictions à disposition pour réglementer les sorties (interdit au -16 ans par exemple. Ainsi l'enfant de 13 ans ne voit pas le film).

Est ce un oubli ou souhaiteriez vous qu'un film comme Love, qui a une ambition artistique et n'est pas seulement à but pornographique (je n'ai pas vu le film non plus) soit simplement indisponible en salle ?

Alix
04/08/2015 à 14:14

J'ajouterai que je suis un grand fan de Mad Max mais contrairement à certains, plutôt que de me battre pour qu'un film (potentiellement ) pornographique soit accessible à des gosses au nom d'une lutte contre l'autocensure de certains réalisateurs, je me battrai plutôt pour que l'on ne fasse pas d'amalgames entre différents types d'œuvre et que l'on ne confonde pas Mad Max avec un film (potentiellement explicitement ) pornographique.
Laisser ce film ( s'il est porno, j'insiste bien) être accessible à tous au nom de la lutte contre l'autocensure peut aussi avoir pour effet d'encourager certaines œuvres qui défieront toutes les lois de la décence.

Plus