Numberz
23/12/2019 à 20:13

@ simon

Je suis tout à fait d'accord pour le traitement du film que j'ai appelé moi même fantasmagorique, et c'est ce qui m'a plus dans le trailer, en plus du fait que je suis amoureux de ces acteurs.
Mais la base historique est cependant la. Si tiré d'un roman, d'un comics ou autre, pourquoi pas, mais quand on s'attaque à une base réelle qui met en scène un fait et des personnages masculins dans ce cas, la question du changement est endm droit d'être soulevé. Après évidemment, si la personne si dessous est connu pour ce genre d'intervention, je peux comprendre votre réaction.

Declan
23/12/2019 à 19:13

@ simon riaux en lançant un tel pavé dans la mare va falloir cité les titres ! Non pas que je sois pas d accord avec vous mais honnêtement j ai pas le souvenir immédiat d un film qui ait pratiquė cette fameuse logique inverse que vous citez. Je suis très curieux et je me demande si je serais alors d accord avec vous

Simon Riaux - Rédaction
23/12/2019 à 18:25

@Numberz

C'est en effet problématique, mais il me semble qu'il y a deux données à prendre en compte.

Premièrement, est-ce un film qui revendique une forme de précision historique, une véracité documentaire ? Le trailer indique clairement que non.

Le cinéma souffre-t-il d'une tendance à féminiser ses personnages ? Non. Statistiquement, on a transformé des personnages qui n'étaient ni des hommes ni des blancs en hommes blancs, en masse et pendant des décennies. Que cette situation engendre un retour de balancier (qu'on peut analyser et discuter) ne me pose pas de problème, à priori.

Les observateurs qui hurlent leur rage à l'idée de voir un personnage féminin dans la situation du film The Aeronauts sont-ils légitimes ? C'est très facile à vérifier. S'ils ne pestent pas contre les dizaines de films qui ont pratiqué et pratiquent la logique inverse, ce sont des sexistes hypocrites et mascus fragiles.

Numberz
23/12/2019 à 18:09

@ simon à propos du Durden

Quelque part, je comprends un peu Durden. Bon, je ne connais pas l'histoire réel, ce film me donnait déjà foutrement envie et maintenant après la critique encore plus. J'adore felicity Jones. Mais je peux aussi concevoir que de remplacer dans x film qui veut retranscrire une réalité, même fantasmagorique, un homme par une femme ou une femme par un homme, c'est un procédé étrange.

J'espère que la politique d Amazon est différente de Netflix pour sortir les films parcontre, je me le serais bien pris en blu ray

Simon Riaux - Rédaction
23/12/2019 à 17:55

@B. Durden

Du coup, on vous attend sur les quelques dizaines de films inspirés de faits historiques dont les personnages féminins sont devenus des hommes, ou ont été lourdement réécrits pour avantager les personnages masculins.

D'ailleurs, vous les connaissez sans doute tous, d'ailleurs, il y a fort à parier que vous avez déjà laissé des commentaires outrés sous chacun d'eux, ce sujet vous tenant terriblement à coeur.

En tout cas, le contraire m'étonnerait beaucoup.

B. Durden
23/12/2019 à 17:49

Dans la réalité, James Glaisher était accompagné d'un autre homme : Henry Tracey Coxwell.
Coxwell est le véritable héros de cette expédition car dans un dernier sursaut de conscience, il est parvenu a sauvé son acolyte et lui-même d'un danger de mort imminent.

Dans la fiction, cet homme brave et courageux est remplacé par... Une femme, dont le personnage a été créé de toutes pièces. Parce que c'est bien, de remplacer des héros historiques masculins par des femmes vous voyez, c'est progressiste, moderne et anti-oppressif.

Henry Coxwell ? Rien à foutre, complètement évincé.
Il n'est même pas crédité au générique de ce film qui ne mérite que notre mépris (et donc boycott) le plus total.

À quand Magellan, Vasco De Gama, Christophe Colomb ou bien Galilée interprétés par des femmes..?