29/10/2019 à 20:53

Bein!
Moi j'ai vu le film,et je l'ai trouvé divertissant !! Déçu par rapport à John Connor mais j'ai trouvé que le protecteur avait quelque chose de spécial !! 3,5/5

Simon Riaux - Rédaction
29/10/2019 à 16:19

@Dark

Et Dark Fate en est un excellent exemple.
Jusque dans la vidéo bilan, on passe quelques minutes sur les rares points positifs de la chose.

Bordel, si on était malveillants, le site aurait une autre tronche.

Dark
29/10/2019 à 16:12

... nous sommes bienveillants avec les films que nous critiquons ...
Je suis mort de rire !

Flo
29/10/2019 à 14:51

Donc Tim Miller, né en 1970, a raté T-2 à sa sortie... et ne l'aurait vu qu'en 1997... l'année du Jugement Dernier. ;-)

Paehon
29/10/2019 à 11:21

C'est moi où des gens découvrent aujourd'hui le principe d'une critique.

Je ne suis pas toujours en accord avec EL mais c'est leur boulot de donner une critique. Qu'elle plaise ou non n'est pas de leur ressort.

Par ailleurs une critique est systématiquement subjective car elle dépend avant tout de sa propre culture.

Si tu n'as jamais vu de Terminator tu trouveras peut-être ce film bien mais il te manquera un élément de comparaison. Si tu as vu les autres tu es obligé de le mettre en parallèle et forcément d'être plus dur.

J'ajouterais que si le film s'appelait différemment EL serait (peut-être) plus gentil, et ce serait normal.

Entrer dans une saga c'est accepter d'être comparé, disséqué, évalué, critiqué...

Geoffrey Crété - Rédaction
29/10/2019 à 09:55

@Niconico

Ceci est de la légèreté, de l'humour. En aucun cas un ordre.
Cela fait partie de l'esprit Ecran Large depuis sa création.

Et pour une phrase comme ça, vous pouvez en trouver 10 autres où on répond sérieusement et humblement pour dire que chacun devrait se faire son propre avis, et accepter la diversité des opinions. Vous pouvez vérifier.

En outre, c'est ici une news. Qui renvoie dès le début vers la critique, espace où notre avis est développé.

@Parkarmel

Mais de quel bordel parlez-vous ? Celui créé lorsque l'on croise un avis différent, où l'on débat et échange passionnément avec un autre cinéphile ? Celui où on invite chacun à se faire son avis, le partager, car personne n'a "raison" ou "tort" ?

Etant donné que j'ai écrit précédemment ici que nous assumions sans problème nos avis sans nous excuser, aucun soucis pour avoir le "courage" d'assumer notre travail.

L'objectivité est un leurre pour nous. Elle serait l'autorité, l'avis suprême, imposé au lecteur, comme une parole d'évangile impossible à remettre en question. On rejette ça, car modestement on sait que nous sommes des cinéphiles comme vous, et que l'Histoire a maintes fois prouvé qu'un film pouvait être incompris par ses contemporains.
Par ailleurs, si la critique était objective, pourquoi serait-elle si multiple et diversifiée ? Jamais la critique ne parle d'une seule voix.
On assume donc notre subjectivité.

Sachez que vous avez bien heureusement le droit de chercher l'objectivité, rejeter la subjectivité et la sensibilité d'autrui, et réagir comme tel face à un avis probablement différent du vôtre. Sachez aussi qu'on continuera, car on protège cet espace de débat où chacun peut s'exprimer, sans police de la bonne cinéphilie. On continuera à écrire, en sachant qu'il est impossible de ne froisser personne ou plaire à tout le monde. On continuera à répéter qu'il est tout à fait possible d'assumer et affirmer un avis, tout en invitant chacun à réfléchir, s'interroger, penser par lui-même, se faire son propre avis, et travailler sa fibre critique dans le cadre d'un débat cinéphile.
Et si c'est ça, "foutre le bordel", alors on continuera à foutre le bordel.

Niconico
29/10/2019 à 09:28

"vous pouvez nous croire quand on vous dit que c'est vraiment pas bon."
Mais non, la rédac donne juste son avis. Ils n'ont pas l'intention d'influencer les lecteurs...
C'est cela oui...
C'est assez pour moi avec cet énième article.
Asta la vista ecran large et continuez comme ça c'est super.

Parkarmel
29/10/2019 à 01:13

@Geoffrey Crété - Rédaction,

Ayez au moins le courage d'assumer votre travail. Si vous n'aviez pas l'intention d'influencer qui que ce soit, vous n'aurez pas perdu du temps à écrire un article. Maintenant, je suis au moins content que vous acceptez que vos avis sont loin d'être objectifs. Sachez que le manque d'objectivité est toujours un critère de mauvaise qualité. Alors, si vous voulez que votre avis ait un quelconque intérêt pour les abonnés et internautes de votre site, il va falloir revenir à la raison. Sinon, n'ecrivez plus d'article. Vous êtes libres d'avoir un avis personnel, mais vous n'êtes pas libre de foutre le bordel.

Katai
29/10/2019 à 00:48

Dans T2, le T800 ne se met pas à ressentir des sentiments humains (même si la voix off le suggère). Ce qui rend la scène du "coup de pouce" mémorable, signifiante et bien senti, c'est qu'elle montre à la fois que le robot a évolué au contact de celui qu'il protège presque "paternellement" et que sa mission est menée à terme, jusqu'à prendre "réflexivement" la mesure de se qui fait exactement le désarroi de l'humanité à travers le jeune John (l'absence de "père" est une absence axiologique, calqué sur l'absence du "sauveur" christique : le futur est vécu comme un destinée libre de toute détermination et de tout salut, déployée dans un néant existentialiste... la philosophie moderne se télescope ici avec le grands récits religieux et la culture punkrock)... et d'y répondre symboliquement... Tout l'ouverture de ce qui se passe à l'intérieur du circuit de ce cyborg est laissé à l'interprétation. Ne pas comprendre la force et la sobriété narrative contenu dans ce geste, ne pas saisir son utilité vis-à-vis du dénouement (rendu dans les paroles de sarah) et expliquer qu'il s'agit là d'une question d'âge et de maturité relève à mon avis d'un manque d'analyse sur ce qui fait de Terminator 1&2 une œuvre maîtresse de l'histoire du cinéma... tout registre confondu.

AlonzoBistro
28/10/2019 à 22:06

"LA scène qui résume la saga à elle toute seule"

Alors, juste NON. Cette scène franchement cucul la praloche ne résume pas LA saga. Elle résume le tournant pris par la suite de Terminator. Dans le 1er, c'est une impitoyable machine à tuer. Mais entre temps, l'acteur qui l'interprétait est devenu célèbre, donc plus question de jouer les méchants. Pirouette scénaristique, il revient mais il est gentil. T2 est super bien foutu, mais pitié ne survendait pas ses grosses ficelles émotionnelles !..

Plus