Sébastien
14/10/2019 à 19:10

Petite mise au point:
1) La polémique n'existe que pour vendre du papier de la part de journalistes en manquent de sujets.
2) Ce qui dérange surtout, c'est que ce soit Scorsese qui l'ouvre. Gênant...Et humiliant. Ce qui démontre l"hypocrisie et l'artificialité légendaire de ce milieu.

Scorsese explique simplement qu'il existe d'un côté des produits, de l'autre des oeuvres. La polémique vient du fait qu'il tient à cette séparation, et il a raison. En face (Disney pour faire court), on voudrait faire passer les uns pour les autres, ce qui pourrait être qualifié d'escroquerie.

Quant vous avez ce réalisateur, plus un Spielberg (ils sont amis, comme c'est étonnant) qui disent la même chose, sachant que ces réalisateurs peuvent aussi bien être les porte-voix posthumes de réalisateurs comme Kubrick, effectivement, on peut dire qu'il s'agit d'un bon coup de pied dans la fourmillière.

M1pats
14/10/2019 à 18:47

Il est trop vieux le papy, il est temps de prendre ses medocs et au lit maintenant

Tom’s
14/10/2019 à 17:44

Il a tord si il veut comparer ces films à des parc d’attraction, souvent de grand films mais là je n’ai pas d’exemple en tête on été comparé par les critiques à un « grand huit «  par ex, ce n’es absolument pas le cas niveau sensation malgré la surenchère visuel on n’est pas scotcher à l’écran par l’originalité des plans ect, le Mcu va nous fatigué avec ces films dont il ne reste que ds bribes en tête, le carton de joker pourrais tout changer à voir par la suite mais dans les grandes lignes il a raison.

Decker
14/10/2019 à 17:21

Scorsese a raison, à nous de lire entre les lignes pour nuancer et traduire ses propos en langage Compréhensif pour le commun des mortels. Il dit juste qu'il y a une différence entre cinéma et Cinéma. Avant on parlait de classification A pour les films d'auteurs, B pour les films de genre et Z... Les vrais amateurs de B, qui ont en générale une culture cinématographique solide, ne seront ni surpris, ni blessés par les déclarations de Scorses. Il s'agit juste de prendre du recul, et de pas mettre au même plan Fellini, Hitchcock, Bresson.. avec un Spielberg, un Waititi, James Gunn... aussi doués soient-ils.
Que les Marvels, Dc et autres Blockbusters soient des grosses séries B qui tachent c'est plutôt une bonne chose, puisque c'est ce qu'on leur demande.
Quand en BD ou en pub on parle d'Art, ou de Musique dans The Voice, ben on se trompe. Ce n'est pas leur rendre service. En ciné c'est pareil il me semble.
Rien de plus énervant qu'un produit prétentieux, trop sérieux qui manque sa cible.

De plus, Scorses fait ici directement référence à l'histoire du cinéma (qu'il connait lui!), à savoir que se sont d'abord les parcs d'attractions et les amuseurs itinérants qui se sont intéressés au format (comme pour la photo). Et que Le cinéma n'aurait jamais évolué comme on le connait aujourd'hui si certains artistes en marge ne le s'étaient pas appropriés.
A la base, le "cinéma" était conçu à l'image d'une montagne russe par des professionnels des montagnes russes, donc pas besoin de scénario, ni de jeu d'acteur, de mise en scène...
Le problème est aujourd'hui que certain magnats du buisness (complétement incultes, et confondant intelligence, culture et argent) gardent cette conception ringarde comme seule vision possible du 7ème Art (qui du coup n'est plus le 7ème Art). Des gros bonnets séniles plein d'oseille, récompensant le petit peuple qu'ils méprisent avec des jeux si vous préférez..

Scorsese nous met juste en garde. Il tempère même ses déclarations. Qu'il se fasse autant allumé pose question, alors qu'il appel juste à plus de diversité.

Nope
14/10/2019 à 16:52

Ca pourrait se traduire par "chers exploitants de salles, en mettant en avant ces produits quelque part "limités", ça empêche de proposer des chouettes films à la place".
Sauf que c'est valable pour tout, de l'émission de télé réalité débilisante qui empêche de passer des documentaires instructifs, du clip de musique alimentaire désolant qui fait de l'ombre au prochain auteur de légende, etc... Et moi je lui dirais "Martin, en te faisant produire par Netflix au lieu de te faire financer par des producteurs indépendants, tu empêches un p'tit jeune qui n'a pas un rond de faire le prochain "c'est arrivé près de chez vous" en accaparant les fonds de Netflix.
Le serpent se mord la queue en somme.

LJK
14/10/2019 à 16:51

@Bishop

Marvel étant le fer de lance de la tendance, c'est probablement pour ça qu'il est la cible des propos. Mais comme tu dis, le problème vient avant tout de Disney qui prend trop de place dans le calendrier et les entrées.
Les problèmes du ciné indépendant ont certes toujours existé, mais ils empirent constamment. D'où l'exode vers la VOD et les séries.

Bishop
14/10/2019 à 16:24

Martin avait déjà des problèmes pour financer ses films avant (Gangs of NY...), je vois pas le rapport avec Marvel pour le coup.

Les films blockbusters aspirateurs de revenu au BO on toujours existé aussi (Avatar, Independance Day etc), c'est juste une question d'équilibre qui fait que entre Marvel, Star Wars, les remakes de films en live et les nouveaux Pixar, Disney se goinfre 7 films sur le top 10 des entrées