captp
14/10/2019 à 08:58

un film auquel on continu de penser 3 jours après l'avoir vu est une réussite.
Ce que j’apprécie c'est qu'il satisfait dans l'ensemble ,les amateurs des comics (donc de batman) ainsi que les autre qui n'ont pour certain jamais été voir d'adaptation de comics.
plus qu'un simple hommage grossier au nouvel Hollywood des années 70 ,Todd Phillips à réussi à faire un des ces films, qui ironiquement à l'époque avait changé tout le cinéma face aux super-production hollywoodienne au budget pharamineux.
une plongée dans la folie d'un homme à l'étroit partout et en décalage (comme son rire) dans un gotam crade étouffant et sinistre scindé entre les puissants et les autres.
Un Joaquim Phoenix magistral qui à du mettre Jared Leto en dépression .
Tout n'est pas parfait bien sur (scénario super prévisible,plans magnifiques trop vite cutés,pas si subversif que ça) mais joker est assurément un film puissant a la photographie sublime qui prouve qu'une histoire où l'émotion et le personnage sont mis au 1er plan vaut tout les blockbusters au service unique des cgi du monde.
Peut on rêver que ce succès apporte un meilleur équilibre dans l'industrie à l'avenir ? j'y crois :)

blackflag57
13/10/2019 à 22:27

Bonsoir.
C'est la première fois, et peut être la dernière, que je laisse un commentaire sur ce site que je découvre aujourd'hui au hasard de recherches sur ce film étrange et pénétrant que j'ai vu hier soir. Difficile, et sans doute hâtif, d'en parler à chaud mais je ressens le besoin de m'exprimer.
Je vais peu au cinéma et ne connais pas grand chose à l'univers des comics américains. Je ne savais rien hier encore de ce personnage du "Joker".
J'ai donc vu ce film comme une entité autonome et détachée, (débarrassée ?), de ses références multiples et apparemment omniprésentes. La bande-annonce m'avait accroché mais je ne m'attendais pas à quelque chose d'aussi radical.
Ce film est une plongée douloureuse dans le monde des troubles psychiques, doublée d'une évocation brutale, qui n'est déjà plus prémonitoire, des fractures irréversibles de notre temps.
Il y a comme une fascination vénéneuse à voir ce type se libérer de ses chaînes mentales en basculant dans la folie et la violence. L'esthétique du film est trouble, puissante.
Les danses hypnotiques du personnage sur cette bande-son incroyable, c'est vraiment quelque chose à voir et à entendre. L'interprétation de Joaquin Phoenix est hallucinante. Il a du voyager loin.
Je ne savais pas avant de voir "Joker" que Todd Pillips est aussi l'auteur des trois "Very bad trip", que j'ai bien aimé, et dont le propos est bien plus profond qu'il en avait l'air. Cette fois la référence aux comics, comme je l'ai lu quelque part, n'est sans doute qu'un prétexte. Les amateurs du genre ont du être surpris.
Je vais revoir "Joker". Pour savoir si mon impression se confirme d'avoir eu affaire à un truc rare.
Bye everybody.

Nonoo
13/10/2019 à 21:02

Je n'aime pas Batman et je n'aime pas DC (ça partait mal xD) mais j'ai absolument adoré ce film Joker. Le genre/style du film m'a plu, on est loin du genre super-héroïque et même si on voit une ref à Batman il n'est pas là et c'est tant mieux. Le seul héro et le seul méchant c'est le Joker lui-même. Joaquin est incroyable, vraiment. Il arrive à se mettre à merveille dans la peau de ce personnage torturé. On voyait parfaitement la souffrance derrière le rire et le sourire de ce dernier... et quand il dansait et s'exprimait dans la peau du Joker (vers la fin) il avait un charisme de fou. D'un côté, il était classe, bad ass, de l'autre il était creepy. Wow. C'est perturbant, je ne savais pas trop quoi penser à la sortie de la séance, preuve qu'il ne m'a pas laissé indifférent. Mais oui, ce que j'ai adoré est le fait que ce film soit "à part", il peut prendre plus de liberté, raconter plus de choses. Et puis impossible de ne pas voir de parallèle avec notre société d'aujourd'hui. Tous les messages que ce film essaye de faire passer, que ce soit par certaines scènes, par le personnage du Joker ou par des choses écrites ou orales... c'est tellement vrai malheureusement.

Franchement, je n'en attendais pas grand-chose et je me suis pris une sacrée claque xD Par contre, je n'aimerais pas une suite, je pense que ce film se suffit à lui-même et fonctionne seul.

Superat
13/10/2019 à 15:04

Pas ressenti de "seïsme" comme certains, ce n'est pas le brûlot subversif annoncé. La vision de la société de Gotham est quand même super simpliste (les méchants riches d'un côté et la plebe de l'autre). La vie est injuste, pas besoin du Joker pour le savoir, peut-être le propos du film résonne plus chez certains jeunes spectateurs découvrant le monde...

Birdy
13/10/2019 à 01:01

Bon après, il a quand même un bon pet au casque le Fleck, hein... parce que tuer sa moman parce qu'elle a peut être été pas cool y a des années, avec grosse suspicion de mytho de papa W., il a vite disparu le Forrest Gump au rire d'asthmatique.

Birdy
13/10/2019 à 00:55

@Dutch Shaeffer : l'un n'empêche pas l'autre, je n'ai jamais dit qu'il n'était pas naif, candide, ou plutôt sympathique au départ. Mais qu'il ne semblait pas en mesure de devenir ce génie du crime qui tient tête à Batman toute sa vie. Sa "réussite" tient plus du concours de circonstances que du prémédité. Mais pourquoi pas, l'auteur présente son film comme un "one shot" qui se suffit à lui même, et c'est ainsi que je prends ce magnifique film.

Dutch Schaefer
12/10/2019 à 18:33

Benjamin: ARRÊTE LA FUMETTE MON P'TI GARS!!!!!!!!
La drogue tue (l'alcool aussi...)

Dutch Schaefer
12/10/2019 à 18:29

@Aurelie:..... LOL!
Retourne voir Black Panther et Avengers Endgame, là tu seras dans ton élément!

Dutch Schaefer
12/10/2019 à 18:14

Je ne trouve pas que ce Joker soit "bête" ou manque d'intelligence comme certains le trouvent ici! Bien au contraire, il est décrit comme un être sensible, pur et presque innocent au départ!
Un candide!!!!
Toute la base du film repose la dessus: c'est une sorte de "naissance" d'éclosion d'un monstre en devenir.
Je trouve justement que ce que véhicule le film est bien: On ne naît pas méchant, ce sont les autres qui vous le font devenir! (et si en plus vous ajoutez à cela une pathologie psy... c'est pire!).
Et en cela la fin est tout simplement parfaite!

nyny87
12/10/2019 à 16:44

je comprends pas l'interet de ces critiques sans spoiler. le film "zigzag" à la fin, vous parlez de quoi exactement?

sinon tout à fait d'accord avec Birdy, j'imagine mal arthur fleck mettre au point l'évasion du commissariat de dark knight. Je pense que Todd aurait pu garder ce niveau de folie en y ajoutant une pointe (grosse pointe) d'intelligence.

Plus