Tim Lepus
30/04/2019 à 14:38

@Starfox Oui, je l'ai précisé. C'est prêt dans 2 minutes. :)

Starfox
30/04/2019 à 14:34

"Concernant Apocalypse Noow, Faudrait que je le vois en entier, j'ai essayé une fois, ça m'est sorti par les yeux."

Oui donc c'était vraiment pour apporter ta petite goutte sans importance pendant ton repas cuit...

Tim Lepus
30/04/2019 à 14:27

Le petit débat m'amuse, la phrase me semble assez malheureuse, effectivement, du coup j'ai envie d'apporter ma petite goutte sans importance (même moi, je m'en fous, dans le fond, c'est juste pendant que mon repas cuit). Deux éléments retiennent mon attention dans la phrase de Christophe Foltzer. D'un côté, en effet, l'idée de "vulgaires objets de consommation", où l'épithète apporte le jugement de valeur à l'activité économique. Mon opinion rejoint celle de Godard : ce qu'on appelle cinéma, c'est l'industrie du divertissement. Qu'on aille voir un film grand public ou un film d'art et essai, pour le dire vite, c'est un échange économique (cinéma, télévision, DVD, VOD), on reste une cible marketing. Surtout aujourd'hui, à l'ère de Hadopi, "consommer" un film en marge du système (parce que épuisé ou non sorti dans le réseau, par exemple) passe pour un crime innommable, dénoncé notamment par des artistes rentrés dans leurs frais en 2 ou 3 semaines d'exploitation. Qu'on soit excité par une ressortie 4K de ce film de Coppola, qui revient, pour moi, à se caresser au-dessus d'un dictionnaire, je vois très peu de différences avec ceux qui s'excitent à l'idée du futur blockbuster de saga Disney. De mon point de vue, consommer une œuvre d'art à l'heure actuelle, auteur ou mainstream, est un acte vulgaire. En outre, la dichotomie entre intellectuel et populaire n'a de réalité que le fantasme de celui qui la reproduit. Il n'appartient qu'aux penseurs d'intellectualiser des œuvres grand public. On peut théoriser le système esthétique de Michael Bay, par exemple. Parce que ces films "pop corn" (le divertissement par l'anglicisme, phénomène d'assimilation et de soumission de masse fascinant) parlent de notre société, j'en suis persuadé, contrairement à ce que disait quelqu'un précédemment : ils parlent de notre rapport à l'espace et au temps, à l'environnement naturel et social. Refuser tout crédit à ces films, en revanche, ça parle de l'individu.

L'autre idée qui m'interpelle est celle des "monuments du cinéma" : une des grandes erreurs de la "cinéphilie", je pense, est cette obsession maladive de vouloir écrire l'histoire en instantané. Pour prendre des exemples, je suis rentré en école de cinéma en 2008, après la sortie de The Dark Knight de Nolan, qui a aujourd'hui l'aura populaire qu'on lui connait. J'ai défendu des réalisateurs oubliés comme René Laloux ou Richard Lester, qui étaient pourtant parmi les fétiches des revues critiques historiques, et d'autres cinéastes mainstream comme Gore Verbinski, parce que j'aime leurs films mais aussi pour lutter contre ce formatage encyclopédique que je trouve mortifère, qui impose une direction intellectuelle - faut aimer que les grands noms adoubés par les maîtres à penser (par exemple Hitchcock et Truffaut pour ne citer que 2 réalisateurs dont j'apprécie difficilement le travail) sinon on est pas un vrai, on est pas dans le game. Cimino, Welles, Leone... effectivement, y a énormément de cinéastes qui ont été conspués à la sortie de leurs films puis "rétablis" en estime, et d'autres, à l'inverse, encensés pour mieux tomber dans un oubli assez violent. Tout cela est d'une contingence vertigineuse, je ne dis pas ça uniquement pour jouer mon sempiternel va-tout relativiste, mais parce que je trouve que ça n'a strictement aucun intérêt intellectuel.

Parce que, en termes de développement personnel, se construire une identité en réaction aux autres, en critiquant et en condescendant les autres, je peux vous témoigner après des mois de psychothérapie que ça n'aboutit à rien d'intéressant.

Concernant Apocalypse Noow, Faudrait que je le vois en entier, j'ai essayé une fois, ça m'est sorti par les yeux.

Starfox
30/04/2019 à 14:08

Mais bien sûr que tu as pris du plaisir à regarder infinity war. C'est fait pour.

C'est comme de bouffer du McDo, tu le sais que c'est dégueu pour ta santé et pourtant tu te l'ingurgites avec plaisir.

Même Jean-Pierre Coffe a dit un jour qu'un McDo c'était pas dégueu et c'est ça le pire !

Simon Riaux - Rédaction
30/04/2019 à 14:05

@Victeam

Il ne dit nulle part qu'on ne peut pas apprécier les deux.
Et ayant foutu 4,5/5 au dernier Gardien de la Galaxie, on serait tenté de penser que c'est son cas.

Victeam
30/04/2019 à 14:02

Non non andarioch, il dit textuellement que ce ne sont pas des œuvres cinématographiques mais de vulgaires objets de consommation. Ce sont ses mots. Or oui, ce sont des produits (le mot vulgaire étant de trop et preuve de la condescendance de l'auteur) mais ce sont aussi des œuvres, qu'on ne veuille ou non. Il ne s'agit pas comme le dit starfox de crier au chef d'œuvre. La n'est pas le débat. J'ai pris du plaisir à regarder infinity War mais je ne cri pas au génie non plus. Le cinéma Hollywoodien est très loin de son âge d'or. C'est factuel. Mais c'est pas nouveau. Encore une fois le cinéma américain pour le pire ou le meilleur a de rares exceptions près cible les ados et les jeunes adultes. Lucas et Spielberg en sont précurseur bien malgré eux.

Starfox
30/04/2019 à 13:31

Il est marrant Victeam, il nous parle de Leone ou Spielberg comme quoi ils n'étaient pas reconnus à leur juste valeur à leur époque... Et bien pourquoi pas !

Poussons le raisonnement. Je pose la question. Combien d'années a-t-il fallu pour qu'une poignée de dollars, par exemple, soit reconnu à sa juste valeur. 2 ans ? 5 ans ? 10 ans ? Allez, disons 10 ans.

Spiderman de Sam Raimi, que l'on peut considérer, sauf erreur de ma part, comme étant le premier vrai MCU, est sorti en 2002. Ca fait donc 17 ans. Ca en fait du recul pour apprécier une oeuvre.

Combien de réalisateurs et/ou critiques ont cité Spiderman comme étant une référence du cinéma mondial ? Fait-il partie de je ne sais quel liste habituelle des meilleurs films de l'histoire du cinéma ?

Je sais pas moi ! Chers défenseurs des avengers, thor et ses amis, faut m'expliquer !

Andarioch
30/04/2019 à 13:07

@Victeam
EL semble juste préciser que les avengers et autres ne sont pas des chef d'oeuvre, comme l'est apocalypse now, mais des produits qui ne sont en rien la vision d'un réalisateur de génie. Après, je suis le premier à reconnaître qu'il y a du bon dans le MCU, voire du très bon comme le premier avengers. Mais ça reste du cinéma pop corn qui ne dit pas grand chose.

Matt
30/04/2019 à 12:38

Question de goût concernant cette version Final Cut (surtout qu'un film, donc sa durée au montage, appartient au réalisateur).
Je reste persuadé que la version cinoche reste bien supérieure, malgré quelques très belles scènes dans le Redux (et d'autres moins comme la séquence de la plantation qui m'aurait suffit en bonus "scène coupée").

starfox
30/04/2019 à 12:10

"Il serait donc impossible selon vous de savoir apprécier Fassbinder, ozu ou John Ford et un Avenger en même temps".

Impossible !

" Tous les amateurs du mcu ne sont pas des gogos stupides"

Si !

Plus