Coolattitudedu67
23/09/2019 à 15:29

Bonjour, après avoir adoré Incassable je ne pouvais qu'être déçu par ce film bancal qui laisse sur sa faim. Et Bruce qui se fait assassiner dans une flaque d'eau... J'en ai pleuré de rage...

Faurefrc
17/05/2019 à 08:13

Et la musique... celle d’Incassable était magnifique et chargée d’émotions. On y ressentait toute la mélancolie du personnage et le poids du destin qu’il devait embrasser.
D’ailleurs, c’est cette même musique, à la toute fin de Split, qui résonnait et annonçait un film prometteur.

La partition de Glass a été comme une douche froide. Aucun thème marquant ou sublimant les images.

Or, comme le disait si bien Sergio Leone, la musique c’est 50% d’un film.
Que serait Jaws sans la composition de John Williams?

ParaFango
07/02/2019 à 02:16

Moi je suis assez d'accord avec Sylvain. La première partie réunit des personnages plein d'assurance, mis en abîme face aux doutes que le psy assure dans la 2ème partie pour être mis dans une nouvelle lumière. Les personnages sont entraînés dans cette désescalade... nous sommes manipulés comme d'habitude par Shyamalan et on le sait. Et ça y va tout droit, dans l'abîme chercher quel est le plan, chercher les pourquoi, chercher Kevin, chercher le repos du héros... pour les voir enfin s'affronter et les faire enfin s'exposer à la lumière...
Ceux qui ont vu le film comprendront... film méta ? Assurément. Et une excellente conclusion finalement mais qui en laissera les 9/10 èmes sur le carreau.

Sébastien
25/01/2019 à 01:47

Vous avez très bien su expliquer les problèmes du film, qui laisse vraiment sur notre fin. Trop de maladresses, trop de rendez-vous manqués.
Ce qui est somme toute assez marrant, c'est que M.N.Shyamalan a du mal à se retrouver... Tout comme ses personnages.

Benjamin
22/01/2019 à 15:11

Tout à fait d'accord avec cette critique : Shyamalan se prend à son propre piège. Glass se veut une alternative aux Marvel, et s'amuse à déjouer nos attentes autour de l'affrontement final. Pourquoi pas, mais derrière, tout est d'une telle lourdeur. David Dunn, qui dans mon souvenir était un type ordinaire qui apprivoisait peu à peu ses pouvoirs, est ici un vulgaire justicier secondé par son brillant informaticien de fils. Kevin, qui était patiemment introduit dans Split, passe maintenant d'une personnalité à l'autre comme on zappe sur une autre chaîne. Sa relation avec Anya Taylor Joy est maintenant un pur gimmick (un câlin pour résoudre les problèmes). Samuel L. Jackson, érudit dans Incassable, devient un simple commentateur de chaque scène, pour bien nous expliquer le discours méta de Shyamalan. Bref, tout ce qui était fouillé et intéressant dans les deux premiers volets devient une sorte de réchauffé dans le troisième : soit le genre de croisement sans intérêt que l'on peut reprocher à Marvel. Toujours de belles idées de mise en scène, cependant, et un twist assez réussi, mais ça ne fait pas tout.

charlie
22/01/2019 à 13:57

@Sébastien
mdr xptdr lol XD lMAO
Best troll ever

Sébastien
20/01/2019 à 13:59

Excellentissime ! Merci M. Shyamalan, quel plaisir de voir un auteur à son meilleur niveau. Je ne vois aucun reproche à faire, bon équilibre intello/émotion. Vraiment un très grand artisan du cinéma contemporain.

charlie
19/01/2019 à 18:15

Comparé ce bouzin à Incassable j'ai l'impression que ce serait comme comparé Zidane en 98 à Zidane en 2018.. forcement il est moins bon en 2018 qu'en 98, en 98 il était au mieux de sa forme... Du coup est-ce que cela vaudrait le coup un come back en 2018??....

tania
19/01/2019 à 01:23

déçue trois hommes qui se retrouvent dans un asile de fous impossible de voir leur vrai pouvoirs des hommes vieillisants une suite peut etre?

Simon Riaux - Rédaction
17/01/2019 à 18:23

@Sylvain

Je n'ai pas souvenir qu'Incassable ait été mal reçu, qu'il ait surpris, oui, peut-être, mais j'ai plutôt le souvenir d'un paquet de dithyrambes.

Plus