rrrr 30/03/2018 à 14:10

Ready Player One fait partie de ses films rares où les morceaux de bravoures, idées se succèdent de manière tellement fluide en balayant la concurrence à chaque fois qu'il faudra plusieurs visionnages pour apprécier à sa juste valeur le film dans son ensemble. On a plus l'habitude vu le vide de la majorité des blockbusters en termes d'idée et en plus le film est dans une league qui lui est propre.

Une scène en particulier relève du jamais vu au cinéma (une idée de ce qu'aurai pu être Inception dans les mains de Spielberg) et tend à éclipser le reste au premier visionnage alors que tout le film est largement au dessus de toute la concurrence.

A raison d'une fois par semaine pendant le mois suivant devrait permettre de rééquilibrer les choses :)


La dernière fois qu'il y a eu autant d'idées par minutes c'était Mad Max Fury Road :)

rrrr 30/03/2018 à 13:38

@Gaspard

Je pense que Spielberg rend les choses tellement fluides et évidentes que certaines personnes ne se rendent pas compte de la prouesse et du travail derrière pour atteindre cela.

Il en allait de même pour Avatar et Gravity.

Dirty Harry 30/03/2018 à 11:15

Raaaa....un Blockbuster avec âme : cela me soigne des Last Jar-Jar.
A l'heure où personne ne sait pondre une bonne adaptation de jeu vidéo, Spielberg mêle intelligemment la logique des vidéo games avec la philosophie de vie (ou plutôt de non-vie !) d'Halliday, le créateur de l'Oasis. Les 3 épreuves sont superbes en terme de spectacle mais c'est surtout l'esprit Amblin qui m'a touché : les ados sont attachants, leur bande se crée au fur et à mesure des péripéties au sein d'un buffet visuel richissime, et le scénario est bien construit (beaucoup de rebondissements, un suspense haletant...) et Spielberg sait toujours filmer des scènes d'action où l'on sait qui est où et où est qui en plus d'une maitrise parfaite de son découpage (tout est "évident"). Après faut aimer le violet et les tubes années 80, quoique le score de Silvestri retrouve cette ambiance 80's mais nul doute que c'est le Blockbuster de l'année. Voir ce film en 3D était très exaltant : je crois qu'après Avatar et Gravity il rentre dans mon top3D facilement (en plus vu en 4DX, avec des sièges qui bougent avec l'action on aurait dit l'aventure ultime au futuroscope).

Cervo 30/03/2018 à 11:05

@Gaspard

Je ne remets pas en question ton ressenti sur le film hein. On a tous une opinion, c'est la vie c'est normal.

Mais tu dis des trucs très, très discutables. Si dans la séquence Ferris Bruller tu ne comprends pas comment Spielberg se moque de l'esthétiqeu 80's, des studios et des geeks beaufs, bah c'est quand même problématique.

Après, tu trouves le film dépassé techniquement, quand il accomplit un paquet de trucs jamais vus à l'écran. c'est ton droit, mais je me dis, étant comme toi passionné, et constatant les commentaires d'un paquet de pontes de l'industrie des VFX vont dans mon sens, que tu confonds peut être direction artistique et qualité technique.

Je n'étale pas des termes, je te propose des domaines dans lequel le film me parâit extrêmement abouti.

Concernant la structure narrative, oui ,c'est très clairement ce qu'il y a de plus faible dans le film, y a pas photo.

Les eprsonnages creux... Bordel l'écriture d'Olivia Cooke est assez folle de finesse, et Aesh... Dans la catégorie, travail sur le genre et l'iconisation des personnages, c'est dément.

Et alors les influences mal digérés, mon petit pote, quand tu trouveras un artiste occidental capable de comprendre aussi bien la culture nippone... Bah tu reliras tes commentaires.

Ber al Digital 30/03/2018 à 10:32

Un excellent Spielberg divertissant a souhait et bien au dessus des derniers blockbusters kleenex type the last Jedi

Goodspeed 30/03/2018 à 09:17

Sans être aussi virulent car j'ai bien aimé les scènes "d'action", je suis de l'avis de Gaspard perso.

Je suis très déçu du film.
Scénario affligeant, personnages nullissimes, dialogues idem. Aucun enjeux.
Mais je n'ai peut être pas perçu la subtilité du message de fond...

Gaspard 29/03/2018 à 20:28

Effectivement c'est pas grave! Je ne doute pas qu'un t'as de sujet me passent au-dessus de la tête, je pense juste que tu ne peux pas te fier à un commentaire d'une quinzaine de lignes pour statuer sur la capacité de quelqu'un à se positionner sur une œuvre. Après, c'est sans doute pas de chance, mais je suis un passionné d'effets spéciaux et je maintiens que le film n'est pas une dinguerie à ce niveau! Alors tu peux étaler tous les termes techniques que tu veux comme de la confiotte sur une tartine, il n'empêche que si tu juges les films comme tu juges les hommes, pardonne moi de ne pas prendre ton avis au sérieux!

Sur l'aboutissement technique et narratif de Spielberg, je suis dans doute passé à côté. Je doute pas que d'après toi c'est de ma faute, mais il se peut aussi que l'œuvre en question soit fautive, non? J'ai pas vu de portrait triste et une charge contre ses beauf de geeks mais c'est sûrement trop subtile pour moi! J'y ai juste vu un film produit bien trop vite, aux effets spéciaux dépassés (désolé), faisant un patchwork boursoufle de tout un tas d'influence mal digéré, à la narration terne, peu original et aux dialogues creux! Mais je ne suis pas le cervo entre nous deux j'oubliais!

Des quatre films que tu cites, j'accorderai grave au Pont des espions que j'ai trouve très bien fait sans être réellement qualifiable de chef d'œuvre!

Draven 29/03/2018 à 20:25

Le film n'a rien de marxiste, faut arrêter les conneries et d'utiliser des grands noms à tort et à travers pour discréditer ses interlocuteurs. En fait, dans son déroulement et surtout sa conclusion, on est plutôt dans du bon gros libéral bien ricain.
Peu importe la charge contre Hollywood (plutôt salée, il est vrai) et celle contre les geeks (bien plus gentillette : on est plus dans de la morale passe-partout que dans une vraie charge contre l'abrutissement des masses); ces deux thématiques ne suffisent pas à relier Marx à ce film.

Cervo 29/03/2018 à 20:10

@Gaspard
Bah écoute si en terme de gestion de la physique, de définition, de travail de la masse et d'interaction live/virtuel, tu ne vois pas en quoi le film est une dinguerie, c'est juste que c'est un sujet sur lequel tu n'es pas très compétent. Et c'est pas grave hein.

Bon après, vu ce que tu as à répondre, notamment sur la politique du film et le vocabulaire que tu emploies, y a un paquet de sujet qui te passent au-dessus de la tête. Ce n'est pas très grave non plus.

Je trouve que le film est un très bel aboutissement des questionnements narratifs et techniques de Spielberg. Un portrait très triste, et une charge extrêmement violente contre hollywood et ces gros beaufs de geeks.
Après ce n'est pas du tout une révolution. En rien. même la structure narrative est assez pauvre. Mais la mise en scène et le langage de Spielberg écrasent vraiment le délire.

Mais Pentagon, Cheval de Guerre, Le Pont des Espions et Lincoln sont très au-dessus à mon sens.

Gaspard 29/03/2018 à 17:34

Tour de force démentiel? Serieusement? Qu'apporte le film par rapport au Gollum des Deux Tours, a Avatar, a Tron, à Tintin, etc? J'ai trouvé l'animation bancal et les effets spéciaux bordéliques! Au risque de tirer la provocation assez loin, j'ai presque eu la même sensation que les Minimoys ou les 15 premières min de Valérian, c'est dire! Après tant mieux si t'as été ébloui(e)!

"Mauvaise foi", "connais rien au sujet" euh... on se connaît? Sans blague en quelques lignes t'as réussi à me cerner t'es un(e) génie!

Quant à mon champ lexical, je n'ai pas dit "le personnage negroide" j'ai dit avec un visage "aux traits negroides", nuance! si c'est la racine negro- qui te fait peur, ouvre un dictionnaire entre m et o, tu verras elle mord pas! Mais appelles moi Adolf ça ira plus vite et tu t'epargneras la figure de style qui confère au procès d'intention!
Quant au film marxiste idéal et multiculturel, fichtre, j'avais pas cette clé d'analyse! Ça m'epargnerait presque de lire Marx cette histoire! C'est tellement cool quand la dialectique du monde ouvert et tolérant contre le monde ferme et xénophobie est perçu par le prisme d'Hollywood, on percoit le monde différemment après que Spielberg soit passé par la!

Petite liste à la Prevert: Arrêtes moi si tu peux, Le Terminal, Guerre des mondes, Munich, Indy 4, Tintin, Cheval de Guerre, Lincoln, Pont des Espions, le Bon Gros Géant, Pentagone Papers! 4 chefs d'œuvre se sont glissés dans cette liste! Sauras tu les retrouver?

Et sinon, à part recentrer le débat sur ma personne, t'as pense quoi du film? Parce que j'arrive à me situer par rapport à Simon Riaux parce qu'il m'explique bien ce qu'il a ressenti et compris, mais toi j'ai pas saisi!

Plus