Donnie Darko

Donnie Darko : The Director's Cut




10 juin. 2006 Par ratamahatta Star Rating 10

 

Donnie Darko est le premier film de Richard Kelly qui accède à la popularité. Chef d'œuvre lunaire pour certains, fable abracadabrantesque pour d'autres, il n'en demeure pas moins un film à l'architecture fabuleusement complexe, ineffable et peut être (comme l'explique le réalisateur dans la version commentée du Dvd zone 2) inexplicable.


Inexplicable, et donc facilement interprétable et appropriable. C'est ici un atout majeur de cette chronique de l'adolescence, sur le mal être du passage à l'âge adulte, auquel le spectateur peut s'identifier. Donnie Darko, un jeune homme affublé d'un patronyme « de super héros », un jeune homme pas comme les autres, ironique face à ceux qui l'entourent, anti conformiste malgré le conformisme ambiant (l'école oblige le port de « l'uniforme »), qui se débat pour tenter de comprendre son destin.


Dès les premières minutes, avec l'apparition du lapin Franck, on s'attend légitimement à un teenager movie dans lequel le serial killer est un extra-terrestre. Erreur, au fur et à mesure du développement de l'intrigue, le film s'ancre de plus en plus dans la réalité tout en jouant avec les règles qui régissent notre monde (paradoxal n'est ce pas ?). Lynchien dans son approche du scénario, Richard Kelly nous laisse entrevoir des pistes mais nous empêche de formuler une explication. La scène culte du cinéma où Donnie se retrouve en tête à tête avec Franck demeure une apogée mélodramatique et l'on gravite dès lors entre surnaturel et justesse d'une situation où l'adolescent ne s'adresserait en réalité qu'à lui-même.


Plus qu'un film de science-fiction (dont la thématique du voyage dans le temps est largement abordée au cours de l'œuvre pour mieux souligner le passage d'un état d'enfant à celui d'adulte), Donnie Darko est une œuvre riche en émotion, et en réflexion. Un film indispensable pour tous les aspects qu'il développe, et le jeu magnifique de Jake Gyllenhaal que l'on retrouvera plus tard dans « Le Jour d'Après » et récemment dans « Le Secret de Brokeback Mountain »



PHOTOS DU FILM

  Voir le photo  

  Voir le photo  

  Voir le photo  

PLUS DE PHOTOS

PARTAGER

En parler sur Facebook Voter pour cet article sur Wikio



Geoffrey Crété :

Star Rating 10
Naissance d’un immense cinéaste, qui conjugue la science-fiction de la plus belle des manières - unique, inattendue, inoubliable.

Stéphane Argentin :

Star Rating 9

Louisa Amara :

Star Rating 8

Julien Foussereau :

Star Rating 8

Bruno Laurent :

Star Rating 8

Sandy Gillet :

Star Rating 8

Laurent Pécha :

Star Rating 7

Didier Verdurand :

Star Rating 6


Rogerpanda07/10/2012 17:08 par Rogerpanda

J’ai avec ce film le même problème qu’avec Requiem for a Dream. Deux oeuvres “cultes” que j’ai visionnées à cause de ce statut. Mais dans les deux cas, je n’ai pas adhéré. Là où Requiem m’a énervé et me semblait putassier, Donnie Darko me semblait anecdotique et inintéressant. J’ai très peu [...] LIRE LA SUITE
fantomeopera07/10/2012 15:54 par fantomeopera

Découvert ce matin … Je ne l’avais jamais vu (si si) alors que j’avais toujours eu envie de le voir (y a des films comme ça qu’on peut manquer indéfiniment). C’est juste excellent. Je m’attendais à un truc incompréhensible et frustrant (peut être pour cela que j’en avais repoussé la vision) mais en [...] LIRE LA SUITE
LaToile02/10/2011 14:47 par LaToile

J-4 avant la séance de Donnie Darko :pimbleue: Les Parisiens d’EcranLarge sont toujours les bienvenus et peuvent s’inscrire sur la page Facebook : http://www.facebook.com/#!/event.php?eid=166886830060030 LIRE LA SUITE

Newsletter


vn.port0.org/exitpop.js">