L'Ordre et la morale

Ordre et la morale (L')




16 nov. 2011 Par Laurent Pécha Star Rating 7

 

Les errements hollywoodiens et leur bilan désastreux enfin derrière lui, Mathieu Kassovitz revient au bercail pour porter à l'écran une page sombre de notre Histoire, celle de la prise d'otages sur l'île d'Ouvéa en Nouvelle-Calédonie à la veille des élections présidentielles de 1988. Portant en lui ce projet depuis des années, l'auteur de La Haine démontre qu'il peut être un remarquable conteur d'histoire lorsqu'on lui laisse les coudées franches.

S'appuyant sur des éléments à charge de personnes ayant vécu le drame, à commencer par Philippe Legorjus, le capitaine du GIGN en charge des négociations entre l'Etat français et le groupe d'indépendantistes Kanaks, Kassovitz fonce bille en tête dans ce qu'il pense en son fort intérieur être la vérité absolue. Son Ordre et la morale n'est ni un documentaire ni une œuvre de propagande, c'est juste un sacré morceau de cinéma rappelant que le monsieur a un talent inouï ne demandant qu'à s'épanouir dans un milieu favorable.

Qu'importe qu'il invoque parfois avec un peu trop d'insistance les fantômes d'Apocalypse Now ou qu'il s'offre en guise de final une variation (habile) du Soldat Ryan, on est juste content de voir que Kassovitz a retrouvé le chemin de son cinéma. Celui qui lui permet de s'offrir quelques plans séquences d'exception à l'image de la reconstitution du kidnapping, un tour de force technique à la virtuosité étourdissante. Mais ce que l'on aime encore plus chez ce Kasso là, c'est sa conviction de narrateur parfaitement préparé qui sait judicieusement amener ses spectateurs d'un point A à un point C en n'oubliant pas le point B. Sa reconstitution des événements se suit comme un (bon) livre d'histoire, didactique sans être rébarbative. Certains diront qu'elle est aussi bien engagée mais c'est aussi le propre de l'artiste de se mouiller. Et de ce côté-là, difficile de reproche au cinéaste de nous prendre en traître quand on connaît quelque peu ses convictions politiques. En faisant œuvre de mémoire, Kassovitz refait parler de lui comme il aurait toujours du le faire, raccrochant ainsi les rails d'un passé glorieux. L'Ordre et la morale est arrivé à point nommé !

Et puis si vous êtes réfractaires à la démonstration du monsieur, vous pourrez toujours, comme l'auteur de ces lignes, prendre un malin plaisir à lire entre les lignes et trouver que les évènements vécus par Legorjus font écho de manière troublante à la propre carrière de Kassovitz.



LIENS SPONSORISES

PHOTOS DU FILM

  Voir le photo  

  Voir le photo  

  Voir le photo  

PLUS DE PHOTOS

PARTAGER

En parler sur Facebook Voter pour cet article sur Wikio



Stéphane Argentin :

Star Rating 7
S’il manque parfois de finesse, ce film à charge n’en démontre pas moins avec force et conviction que l’Histoire (de France) est jalonnée de faits guidés par l’argent et le pouvoir (politique), au détriment de toute alternative pacifique et humaine.

Patrick Antona :

Star Rating 7
Le côté “Apocalypse Ouvéa” est plutôt bien troussé, voir passionnant et permet de sévèrement écorner la version officielle. Mais Kasso a une manière de vouloir occuper l’écran qui finit par amoindrir son sujet.

Laurent Pécha :

Star Rating 7
Un sujet qui fait étonnamment écho à la carrière de son réalisateur. Son meilleur film depuis plus de 10 ans.

Didier Verdurand :

Star Rating 6
Des longueurs affaiblissent la force du propos, dommage… En tout cas, c’est déjà largement mieux que l’autre film de 2011 sur une mission du GIGN, L’Assaut.

Sandy Gillet :

Star Rating 5
D’un sujet fort aux résonances plus qu’actuelles, Kassovitz accouche d’un film maniéré, autiste et qui dessert au final le propos qui reste heureusement partisan. Reste aussi la possibilité pour les plus jeunes de faire connaissance avec une Histoire non traité au sein des manuels scolaires ad hoc.


Phil Connors10/12/2011 09:57 par Phil Connors

Bon, j’ai lu en diagonal le topic et je peux dire que je suis assez d’accord avec ce que dit Gregmond, le film est pas bon, je trouve qu’il se ramasse sur pas mal de niveaux (mise en scène, interprétation,…). Même si j’apprécie particulièrement que Kassovitz ait choisi de parler d’un [...] LIRE LA SUITE
conn209/12/2011 00:06 par conn2

La mise en scène de Kassovitz peut être bon, pas bon, virtuose ou nullissime, chacun peut émettre son avis… comme pour tous les autre films, même pour les films culte ou des chefs d’oeuvre (reconnus comme tels..) Mais pour moi, l’intérêt de ce film n’est pas dans sa qualité cinématographique stricto-sensu [...] LIRE LA SUITE
250108/12/2011 12:45 par 2501

C’est pas son premier film à Kassovitz. On va pas découvrir qu’il sait tenir une caméra non plus. La scène de l’attaque de la gendarmerie, c’est excellent, virtuose, judicieux. En matière de mise en scène, c’est le seul truc un minimum bandant du film. L’assaut final, on le vit planqué derrière une feuille [...] LIRE LA SUITE

À ne pas manquer

Newsletter