Assassin's Creed : catastrophe en vue ?

Mise à jour : 12/12/2016 20:53 - Créé : 8 décembre 2016 - Sophie Sthul
Photo Michael Fassbender
188 réactions

Adaptation en grande pompe d’une des saga vidéo-ludiques parmi les plus populaires du moment, Assassin’s Creed est un des films les plus attendus de cette fin d’année. Mais depuis plusieurs mois, le film multiplie les signaux inquiétants.

 

Le Petit Tueur dans la prairie

Mélange d’action, de cape et d’épées et de science-fiction, la franchise Assassin’s Creed se présente depuis ses origines comme un matériau idéal pour le cinéma. Répondant parfaitement aux exigences actuelles des studios, en quête d’œuvres autorisant la sérialisation, les univers étendus, déjà connues du grand public, le produit avait tout pour séduire Hollywood.

 

Photo Michael Fassbender

 

Quand sont sortis les noms de Michael Fassbender, Marion Cotillard, Ariane Labed et Jeremy Irons, nous nous sommes réjouis, cette addition de talent s’avérant très prometteuse. Quant au choix de Justin Kurzel pour mettre en scène cette adaptation, il est apparu aussi courageux qu’intéressant. Le réalisateur des Crimes de Snowtown et Macbeth est en effet un plasticien accompli, auteur remarqué au Festival de Cannes. Lui confier le job, c’est faire le choix d’une vraie proposition de cinéma.

Ajoutons à cela la volonté affichée de s’attacher la collaboration de cascadeurs de renom, de mettre en avant les cascades à l’ancienne et de tourner en décor réels sur l’île de Malte et il semblait évident que la Fox et Ubisoft avaient l’intention de se hisser au-dessus du tout venant de la production de blockbusters. Comme on le disait ici et , on attendait d’Assassin’s Creed qu’il nous propose enfin une adaptation de jeu digne de ce nom.

 

Photo Justin Kurzel

 

Houston, on a un problème

Et les choses ont commencé à lentement dévisser. Initialement programmé pour le 19 juin 2015 aux Etats-Unis, le métrage a une première fois été repoussé au mois d’août, avant de passer en mode silence radio pour être reprogrammé au 21 décembre 2016. Evidemment de tels délais ne traduisent pas nécessairement des problèmes de production, mais il est difficile de ne pas y penser, tant les précédents sont nombreux et éclairants.

 

Photo Michael Fassbender

 

On songe logiquement à G.I. Joe 2, ou encore World War Z, dont les reports avaient pour but de permettre des transformations profondes, d’ordre narratif ou purement technique, mais dont le résultat artistique a souvent été très discutable.

Autre symptôme inquiétant, Assassin’s Creed ne communique pas, ou alors très peu. À peine quelques déclarations des producteurs ou de Fassbender ici et là. Mais aucune photo officielle, quasiment aucun cliché de tournage, teaser ou visuel ne débarque, quand bien même le tournage est achevé depuis belle lurette.

Or, des productions titanesques de ce type ont besoin de fédérer le grand public, de rassembler autour d’eux une communauté soudée, qui se ruera dans les salles. Leurs budgets colossaux et la concurrence impressionnante que se livrent les studios les forcent à tout miser sur la première semaine d’exploitation du film, à fortiori quand la sortie du produit est quasi-simultanée dans le monde.

 

Photo

 

Hara Kiri Creed ?

Le premier teaser d’Assassin’s Creed est dévoilé le 11 mai 2016, alors que s’ouvre le Festival de Cannes. Non seulement la date n’est pas idéale, alors que nombre de médias se focalisent sur la Croisette, mais la vidéo va de surcroit recevoir un accueil tiède, pour ne pas dire glacial. Signe qui ne trompe pas, le teaser culmine sur Youtube à 17 millions de vues, quand celui des Gardiens de la Galaxie 2 en a amassées 81 millions en 24 heures. Si le second bénéficie bien sûr du passif et du savoir-faire de Disney, cet écart interpelle.

Puis viendra une déclaration à priori anodine, mais qui fera froid dans le dos à nombre de joueurs. Le réalisateur Justin Kurzel annonce dans un entretien que 65% du film se déroulera dans le présent. C’est une claque pour tous ceux qui espéraient voir un film presque exclusivement situé en pleine inquisition espagnole et un motif de désintérêt pour certains.

Alain Corre, le chef de la division européenne d'Ubisoft, n'arrange pas l'image du film lorsqu'il déclare en juillet "Nous n'allons pas gagner beaucoup d'argent avec ce film. C'est plus une arme marketing qu'autre chose, puisque cela va bénéficier à l'image de la marque. (...) L'objectif est de faire connaitre Assassin's Creed a encore plus de monde. Nous avons notre noyau dur de fans, mais nous voulons l'élargir à des gens qui pourront peut-être se procurer le prochain jeu grâce au film." Face aux réactions du public, peu charmé par ce cynisme assumé, il revient sur ses propos. Mais le message est semble t-il passé.

 

Photo Michael Fassbender

 

Assassin’s Euthanasie ?

Sortir Assassin’s Creed le 21 décembre est un choix qui ressemble de plus en plus à un positionnement suicidaire. Arriver sur les écrans une semaine après Star Wars : Rogue One, alors que Vaiana, mais aussi Les Animaux Fantastiques seront encore en salles, voilà qui relève du défi. Or, à 15 jours de la sortie, les signaux négatifs se multiplient.

Si le film a depuis dévoilé plusieurs bandes-annonces et teaser, force est de constater qu’ils déclenchent un enthousiasme relativement modéré, et que le métrage n’est pas en mode « promotion panzer », alors même qu’il paraît en avoir grand besoin. À bien y regarder, la situation rappelle étrangement celle de Warcaft, qu’Universal avait quasiment renoncé à vendre au public, ne sachant par quel bout attraper cette production colossale à l’univers très particulier.

 

Photo Michael Fassbender

 

Si les projections d’Assassin’s Creed ont débuté, elles sont sous embargo jusqu’à la veille de la sortie du film, ce qui indique au minimum que le studio redoute les avis de la presse (ce qui peut s’entendre, l’enjeu financier étant de taille, et la critique ne goûtant pas toujours les adaptations de jeu vidéo). Enfin, se pose le problème des extraits récemment dévoilés.

 

Catastrophe en vue ?

La scène d’action ci-dessous nous aura laissé comme deux ronds de flanc. Alors que le blockbuster doit logiquement miser sur ses séquences d’action, emblématiques dans les jeux, supposé point fort du film, ce que nous découvrons ici est proche du cataclysme total.

 

 

 

On notera combien la photo est belle, mais en l’état, l’action est quasiment illisible, la gestion de l’espace laisse à désirer – même si encore une fois il s'agit d'un extrait qui a donc été en partie remonté. Pire : tout paraît accéléré n’importe comment, la scène ne respire pas, et interdit aux cascades, aux rebondissements, d’avoir le moindre impact dramatique. Notre héros, censé être un assassin de haut vol, y distribue des grosses mandales de bourrin, le tout au gré d’un montage elliptique qui achève de rendre la chose illisible.

Bien sûr, on ne peut juger l’ensemble à l’aune de cette unique scène, dont il est impossible de juger si elle est représentative du produit final. Il n’empêche qu’on se demande encore pourquoi le studio l’a sélectionnée pour promouvoir son blockbuster de fin d’année.

Coincé par un agenda impitoyable, victime d’une promotion hésitante et peu désireux de se dévoiler à la presse, Assassin’s Creed a de plus en plus des airs de catastrophe industrielle. Espérons que le film nous fera mentir et redressera la barre, tant son réalisateur, ses comédiens (et l’ADN du projet) méritent de faire mentir l’adage selon lequel les adaptations de jeux vidéo sont maudites.

 

Photo Michael Fassbender

commentaires

Riku 12/12/2016 à 20:53

@Prometheus

Tu as lu l'article ? Ils jugent pas quelques minutes de trailer. C'est anglé sur la promo, sur la manière dont c'est vendu, sur quelques éléments clairs (genre les déclarations du mec d'Ubisoft qui sont bien minables), et comparé aux méthodes promo des superproductions.
Et parmi tout ça, y'a un paragraphe sur un extrait. Mais c'est pas juste ça.

Comme d'hab y'a une meute qui s'excite sur un titre et une lecture qui semble avoir été faite en diagonale (je parle de certains plus haut), et bloque sur les parties qui les arrangent pour tenir leur argumentaire agressif ordinaire.

Prometheus 12/12/2016 à 20:45

Perso je ne sens pas le film. L'acteur principal est un mauvais choix pour ma part.
Après on pourra tjrs critiquer un article qui avance méthodiquement tout un tas d'hypothèses juste sur la base de quelques minutes de BA.
Verdict bientôt !

Coco 10/12/2016 à 09:45

Ambiance, musique, chorégraphie, entre la bande annonce ciné et ce trailer de 2011, on a quand même un grouffre
https://www.youtube.com/watch?v=bavMvN_1WOg

flash 10/12/2016 à 09:26

@ Carolin : t'as que ça à foutre !

Billobib 09/12/2016 à 23:12

La seule chose que ça annonce concrètement, c'est que le film fera un flop au box-office, peu importe que le film soit bon ou mauvais. Les bande-annonces pas top, la promotion légère du film, la hype peu présente chez le grand public.... Honnêtement, c'est tout, parce qu'à regarder les infos et les extraits (remonté) du film, le film s'annonce pour être (au moins) bon.

Et aussi, le ratio passé/présent de 35-65%, ça veut seulement dire que des "fans" vont être déçu que le film soit différent des jeux avant même de l'avoir vu, et même qu'en tant que fan de la licence, je suis l'un des seuls à avoir applaudi à la nouvelle (même Hollywood a compris que l'histoire principale de la série était celle de Desmond Miles quoi).

Nope 09/12/2016 à 16:54

Merci EL pour ce billet de propagande nauséabond et entièrement spéculatoire, avec des vrais morceaux d'infos erronées et incomplète dedans.

Alan Smithee 09/12/2016 à 01:58

Si ça permet à Karim Debbache de relancer Crossed, je signe pour un navet.

Razieldo 09/12/2016 à 01:19

Article totalement à charge basé sur une analyse totalement tronquée des éléments . Écran large quoi...

La Rédaction 08/12/2016 à 21:51

@Neodraken

Nous on a l'impression que votre impression n'est qu'une impression.

Rendez-vous le 20 pour la critique. Là, on parlera du film lui-même en fait, comme on fait habituellement (qu'on aime ou pas).

Neodraken 08/12/2016 à 20:52

cette article serait il pas un moyen caché de dire que ce film est effectivement une catastrophe sans faire une critique a cause de l'embargo.

Je l'impression que cela doit être le cas.

Plus

votre commentaire