Top des meilleures scènes de sexe - n° 3

Mise à jour : 09/08/2015 15:04 - Créé : 24 août 2010 - Vincent Julé
Top Sexe
2 réactions

Après vous avoir proposé nos classements des meilleurs films d'horreur puis des meilleurs films de science-fiction, l'équipe d'Ecran Large s'est très longuement réunie pour délibérer et choisir ses 25 meilleures scènes de sexe de l'histoire du cinéma. Deux mois de gestation - il a bien fallu revoir les dites séquences pour que le vote soit le plus éclairé possible - pour un classement qui prêtera forcement à débat.

Et comme on ne change pas une formule qui gagne, on a fait appel à notre guest préféré, le réalisateur Vincenzo Natali pour commenter notre classement. Un choix d'autant plus logique que son récent Splice, offre l'une des scènes de sexe les plus troublantes vues sur un écran de cinéma de récente mémoire. 

 

N°25  : Mickey Rourke a de la chance !

N°24 & 23 : Femmes des années 80

N°22 & 21 : Le verbe, le cul, le plaisir

N°20 & 19 : Le cul de Rebeccas, le zizi de Bruce

N°18 & 17 : Alors, ils ont vraiment baisés ou pas ?

N°16 & 15 : Viva España & Mexico !

N°14 & 13 : Oh, mais, mon Dieu, il va la tuer !

N°12 & 11 : Le tourisme sexuel, de la rue à l'escalier !

N°10 & 9 : Deux générations, deux frissons !

N°8 : Emmanuelle aime la gadoue !

N°7 : Faites l'amour, pas la guerre... ou alors les deux !

N°6 : La sodomie, c'est pas interdit !

N°5 : Christian Slater, notre maître à tous !

N°4 : L'amour, le vrai... à la papa !

 

 

 3Crash (1996) de David Cronenberg

Vincenzo Natali : Un scène bien fun. Si je pouvais choisir une scène de sexe dans ce film, je crois que j'aurais préféré prendre celle avec Rebecca Arquette et sa blessure à la jambe. Mais déjà, cette scène du lave-auto rend tout à fait justice à l'œuvre de Ballard, avec en prime du sperme sur le siège en similicuir. J'applaudis aussi la performance limite repoussante d'Elias Koteas.

 

Sandy Gillet : Adapté du sulfureux bouquin au titre éponyme de J.G. Ballard, Crash fut longtemps réputé inadaptable à l'écran. Mais un peu comme Huston pour Sous le volcan, Cronenberg s'est attaché non pas à tordre le matériau d'origine pour le faire rentrer de force au sein de son univers très codifié, mais plutôt à faire vivre le récit tout en s'attachant à le mettre en valeur via des scènes fortes. L'idée centrale étant de montrer la sexualité d'un couple arrivé à une sorte de maturité en forme d'impasse, et qu'il faut donc nourrir de nouvelles expériences et phantasmes. L'exploration qui s'ensuit les amenant alors vers la frontière du morbide où accidents de voitures et danger de mort réveillent une libido que l'on craignait paradoxalement sur le point de mourir. Ce qui intéresse surtout et toujours Cronenberg ici, c'est l'union de la chair et du métal donnant « naissance » à des être mutilés mais paradoxalement plein de « vit ». Le fait de lécher des cicatrices semblant par exemple donner une vitalité sexuelle hors norme mais qui doit tout de même passer par les codes « bourgeois » du fantasme comme celui laisser ici sa femme se faire prendre sur le siège arrière de sa voiture. Et le dernier plan de cette main pleine de foutre comme un gage de fidélité reste une des plus belles déclarations d'amour sur grand écran.

 

Extrait bonus :

 

 

 

 

 

commentaires

zero 09/08/2015

Il y a aussi "The human contract", moins connu mais contenant quelques belles scènes ! ^^

votre commentaire