A Cure for Life : Critique noyée

Mise à jour : 28/03/2017 09:52 - Créé : 16 février 2017 - Geoffrey Crété

Derrière le faiseur de blockbusters, qui a connu la gloire avec la trilogie Pirates des Caraïbes et la honte avec Lone Ranger, il y a un cinéaste plus humble, qui a brillé avec le remake de Ring et The Weather Man. Après plusieurs années d'absence, Gore Verbinski est de retour avec un film de genre tordu, aux dimensions plus discrètes, où un homme d'affaires enquête sur les coulisses inquiétants d'une station thermale miraculeuse. 

Photo Dane DeHaan
90 réactions

DARK WATER

Gore Verbinski avait prouvé avec le remake hollywoodien de Ring qu'il était plus que capable d'instaurer une ambiance délicatement effrayante, grâce à une mise en scène précise, une direction artistique soignée et une fine gestion des effets. Avec A Cure for Life, il se libère d'un poids : un scénario original et l'un des plus petits budgets de sa carrière.

Le film reflète cette configuration. Tordue, obscure et lancinante, cette plongée ténébreuse dans les coulisses terrifiants d'une station thermale miraculeuse résiste aux attentes et aux codes avec une assurance désarmante. Elle rappelle aussi, par sa longueur excessive et ses errances narratives, toutes les faiblesses du réalisateur de Pirates des Caraïbes et Lone Ranger, particulièrement gênantes sur un territoire si fabuleux.

 

Photo Dane DeHaan

 

LE SECRET DE LA CURE MAUDITE

Dans un premier temps, A Cure for Life emballe et envoûte par son univers et sa direction artistique. La magnifique photo de Bojan Bazelli, déjà à l'oeuvre sur Le Cercle, impose d'emblée une vision saisissante et anxiogène du monde. Les cadrages stylisés et le montage précis créent ce sentiment fabuleux d'être emporté dans une dimension parallèle, où les reflets et couleurs des buildings new-yorkais semblent sortir d'un cauchemar.

Filmé par Gore Verbinski, n'importe quel couloir et n'importe quel figurant s'illumine. Sous le ciel nuageux ou dans les sous-sols humides, il déploie avec un plaisir évident ses outils de cinéaste, organisant à merveille l'action et les cadres pour composer une horreur sournoise. Le décor de la station thermale est très réussi, et le film offre de nombreuses images marquantes, à mi-chemin entre la poésie et l'horreur pure, avec une poignée de moments susceptibles de faire grincer les dents sensibles.

  

Photo

 

TRAITEMENT DES CHOCS

Mais Gore Verbinski se repose trop sur sa mise en scène : le réalisateur a beau avoir un sens extraordinaire de l'image et du son, il a trop confiance en lui pour avoir conscience de ses faiblesses. A Cure for Life ressemble ainsi plus à un livre d'images qu'à un film : un interminable livre d'images, si lourd qu'il en perd toute substance et se mue peu à peu en une entreprise clinquante mais creuse.

Avec ses airs de Traitement de choc avec Annie Girardot et Youth de Pablo Sorrentino, A Cure for Life tente ainsi de construire un labyrinthe ténébreux, entre expériences scientifiques tordues et société secrète tentaculaire. Le mélange amuse, notamment parce qu'il recycle des motifs de série B avec un goût immodéré. Sauf que l'intrigue est incapable d'organiser tous ces éléments, et se contente de les accumuler sans chercher à créer une harmonie - voir un sens quelconque dans certains cas.

La manie de Gore Verbinski à étirer excessivement ses films (2h29 pour Lone Rangerentre 2h23 et 2h48 pour Pirates des Caraïbes) enfonce un peu plus A Cure for Life. Au fil des scènes, des digressions et des dialogues forcés, c'est une véritable hémorragie à laquelle on assiste, et qui vide peu à peu le film de sa force.

 

Photo Mia Goth

 

DIAGNOSTIC VITAL

Que reste t-il alors ? Des ambitions séduisantes, un univers fascinant, des moments mémorables. La première séance aquatique dans la cuve, le sous-sol de la peur, une séance improvisée chez un dentiste, ou encore un visage qui en cache un autre. 

Avec un scénario plus solide, avec moins de stéréotypes vides et plus d'enjeux excitants, Gore Verbinski aurait certainement livré une oeuvre folle et instantanément culte. En l'état, A Cure for Life s'apparente à un exercice de style troublant et moyennement satisfaisant, dont le pouvoir de fascinantion ne résiste pas à la fragilité narrative. C'est d'autant plus dommage que ce type de production intermédiaire (un film de genre à 40 millions de dollars, sans star) est une denrée rare et appréciée.

 

Photo Dane DeHaan

 

Résumé

Gore Verbinski rappelle qu'il est un réalisateur plus que compétent, capable d'instaurer une ambiance fabuleuse et orchestrer des scènes sensationnelles. Il confirme aussi, de manière déplorable, qu'il lui manque un vrai sens de la narration avec ces 2h27 interminables et peu satisfaisantes.

commentaires

jango56700 20/02/2017 à 18:17

Ba moi j'ai pas vu les 2h27 passé, je l'ai trouvé bien ce film, moi je met 4/5.
Bien content d'avoir été le voir au cinéma celui la, et je dis pas ça souvent !!

Nicoco 16/02/2017 à 22:52

J en sors et suis très déçu pr le kitch des scènes finales notamment. On est effectivement dedans la moitié du film mais tout est un peu trop exagéré et le.dernier quart est pathétique. Et la dernière scène à contresens... non vraiment ce serait 2/5 pour ma part !

Stan 16/02/2017 à 15:18

Mention spéciale au dos de Dane DeHaan qui brise toute sorte d'objets possibles durant le film.

La Rédaction - Rédaction 16/02/2017 à 14:03

@KibuK

On explique aussi longuement en quoi ça reste un pur objet de cinéma, d'une beauté sidérante, avec de nombreux moments fantastiques, et qui occupe une place fragile et précieuse sur le marché. Ouais ouais.

KibuK 16/02/2017 à 13:58

"... 2h27 interminables et peu satisfaisantes." = 3 étoiles sur 5 ???... M'ouais.

votre commentaire