Critique : Âge d'homme... maintenant ou jamais ! (L')

Date de sortie 12/09/2007 01h28 Titre original Âge d'homme... maintenant ou jamais ! (L') Réalisé par Raphael Fejtö Avec Romain Duris , Aïssa Maïga , Clément Sibony , María Jurado , Rachid Djaidani , Tarubi , Nader Boussandel , Olivia Bonamy , Katharina Kowalewski , Olivier Till Genre Comédie dramatique Nationalité France
écranlarge
lecteurs votre avis
29/08/2007 - Critique Ilan Ferry

Un jeune homme hésite à prendre ses responsabilités et rentrer enfin dans l'âge adulte à l'aube de ses trente ans, ça vous rappelle quelque chose ? En l'état L'age d'homme fleurait bon la mauvaise copie carbone des Poupées Russes. Une crainte renforcée par la présence en tête d'affiche de Romain Duris (officiellement sacré porte parole des trentenaires en crise) et Aissa Maiga.

Contre toute attente, le film de Raphaël Fejto dissipe rapidement nos craintes les plus légitimes et se démarque de facto par sa légèreté et une liberté de ton inattendue. Odyssée ordinaire dans la vie d'un trentenaire qui ne s'assume pas, ponctuée de jeux de mots de bons alois comme autant de parenthèses enchantées donnant instantanément accès à l'univers singulier du jeune Samuel, L'age d'homme capitalise essentiellement sur le charme de ses acteurs à défaut de proposer une approche originale. 

Tour à tout insupportable et touchant, Romain Duris insuffle à son personnage de jeune indécis la touche d'humanisme nécessaire en l'occurrence. Mais si ce dernier forme avec la craquante Aissa Maiga un couple des plus crédibles, il n'en demeure pas moins assez fade comparé aux seconds rôles qui l'entoure. C'est un fait, un homme est peu de choses sans sa bande de potes toujours prêt à l'aiguiller dans la bonne ou mauvaise direction... Ici les oiseaux de bonnes augures sont interprétés avec panache par le trop rare Clément Sibony, parfait en semi macho fondant littéralement devant une copine qu'on ne verra jamais, et surtout l'outsider Rachid Djaïdani et sa désarmante candeur particulièrement attachante. Dommage qu'ils soient au final bien trop mis à l'écart tant ils contribuaient à la fraîcheur de cette sympathique réflexion sur les turpitudes de la trentaine.

Inégal, L'age d'homme tourne en rond à mi chemin mais arrive à faire illusion en faisant preuve d'une fantaisie rendant l'entreprise aussi sympathique que rafraîchissante.

Résumé

critiques lecteurs votre critique !

Aucun commentaire.

votre critique