Critique : M.A.S.H.

Mise à jour : 11/05/2015 16:05 - Créé : 28 avril 2007 - Laurent Pécha
0 réactions

Fraîchement arrivé du monde de la télévision, Robert Altman signe avec Mash un brûlot cynique souvent désopilant envers la guerre du Vietnam (le récit se situant en Corée uniquement par pression de la Fox qui ne voulait pas à l’époque faire de vagues).

Sorte de père spirituel du cinéma indépendant qui allait fleurir dans les années 70, Altman parvient à réaliser avec malice et roublardise au sein même d’un des plus grands studios hollywoodiens une authentique farce, une satire féroce, réquisitoire ô combien malin et savoureux contre l’absurdité de la guerre.

En filmant de manière proche du documentaire, en se refusant de raconter une véritable histoire (on assiste en effet plus à une multitude de saynètes, de sketchs, le film n’ayant ni vraiment de début ni de fin) et en choisissant des comédiens presque tous inconnus, Altman obtient cette véracité qui fait que Mash, trente ans après sa réalisation, continue d’être aussi réjouissant et pertinent qu’à sa sortie.

Parvenir à faire un film antimilatariste aussi fort avec seulement deux coups de feu (ceux des arbitres durant le match de football américain qui clôture le film !) est un tour de force génialissime, un des nombreux que réserve cet indispensable électron libre qu’est Mash.

Résumé

commentaires lecteurs votre commentaire !

Aucun commentaire.

votre commentaire